Accueil > Musique > 2012 > Archive - With Us Until You’re Dead

Archive - With Us Until You’re Dead

lundi 24 septembre 2012, par Marc

Motivation retrouvée


Qu’attendre d’un groupe dix ans après son pic de forme ? C’est la question légitime qu’on se pose chaque fois qu’une sortie d’Archive se profile. Et, souvent, on les retrouve avec un plaisir non feint teinté de l’indifférence que nous inspire une attente modérée. Après les deux Controlling Crowds et une tournée symphonique, on pensait à un calme retour aux affaires. Cette tournée avait d’ailleurs mis à jour certaines de leurs qualités (une écriture simple et limpide) mais aussi quelques complaisances, et des performances vocales parfois un peu mièvres. Mais peut-être qu’ils devaient aller au fond de ce principe, aller au bout de cette possibilité pour mieux revenir à leurs fondamentaux.

Dès le premier morceau, ils se sentent obligés de pousser de la voix dans ses derniers retranchements pour faire monter la sauce (et montrer leur motivation) et amener un déluge de percussions. On dirait qu’ils essaient de reproduire le mélange réussi de You All Look The Same To Me, et cette sensation durera toute l’écoute, surtout quand un Stick Me In My Heart retrouve un peu d’allant avec plus de beats. On est donc contents qu’ils ne perpétuent pas certaines habitudes qu’on pensait bien établies comme les passages d’un hip-hop daté ou les longues balades minimales façon Moby décoratif.

On retrouve donc avec plaisir un peu de nerf, avec ses corollaires étonnants comme la balade finale Rise qui ne semble pas vouloir se ralentir, ou une accumulation de moyens qui ne porte pas toujours ses fruits. Twisting mêle donc un chant plus expressif, une rythmique bien présente et des violons, ce qui témoigne de leur motivation retrouvée.

Pour le reste, on constatera avec plaisir que Hatchet prend vraiment de l’ampleur, notamment grâce à une vraie pulsation et un chant féminin au cordeau, alors que par le passé ils avaient souvent fait appel à des collaboratrices qui avaient de jolies voix peu évocatrices. Leurs mélodies sont encore une fois simples et directes. Stick Me In My Heart va donc droit au but avant de déterrer leur ancienne boite à rythme, puis de piquer celle d’Underworld (autres gloires de l’époque) sur le prolongement Conflict. Mais ils ne s’arrêtent pas là et terminent en brouillard de violons.

C’est la première fois que je peux parler de bonne surprise pour Archive, donc je ne vais pas me priver de manifester ma satisfaction, et ne pas hésiter que c’est leur meilleure production depuis le second album. Alors, avec eux jusqu’à la mort comme semble le suggérer le titre ? N’exagérons rien, mais les voir tellement en vie fait indéniablement plaisir. Quelle stimulus a pu ainsi faire sortir Archive de sa léthargie ? Difficile à dire, mais l’effet est indéniable et on s’en servirait bien pour en réveiller d’autres. Il ne manquait donc pas grand’ chose à Archive pour reprendre un peu de lustre. Avec eux jusqu’à plus tard donc.

http://www.archiveofficial.com/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Fanfara Station - Boussadia

    Fanfara Station, c’est le multi-instrumentiste tunisien Marzouk Mejri, le trompettiste américain Charles Ferris, et le producteur/DJ italien Marco Dalmasso. Ensemble, ils tentent de mélanger l’énergie des rythmes et chants du Maghreb avec celle d’un dancefloor. Et ça marche parce que Nagran est un méchant groove rehaussé d’électronique. Mais sans tomber dans le gros beat qui tache. Une performance en soi, un résultat à haute dose énergétique.
    Cet album est majoritairement chanté en Arabe et outre la (...)

  • C’mon Tigre – Scenario

    On connaissait déjà la formation à l’étrange patronyme félin mais on a bizarrement attendu leur troisième album pour vous en parler, sans doute parce que l’équilibre atteint ici nous parle plus. Leur style s’inspire un peu du Jazz mais plus pour l’ampleur et la liberté, le résultat étant souvent ensoleillé.
    Par exemple, Supernatural avec ses soli déstructurés se présente comme point médian entre Portishead et Calexico. Cette dialectique entre soleil et plus de froideur baigne tout cet album et en fait le (...)

  • Giovanni Dal Monte - Anestetico

    Et si on parlait d’un double album de musique électronique largement improvisée ? On est aussi là pour tester des limites aussi, même si ce double album ne vous perdra surement pas. Giovanni Dal Monte a une grande expérience en musique de films (ceux de Bruce LaBruce par exemple), de documentaires et d’expositions d’art et nous propose ici deux volumes pour englober deux concepts, articuler deux arcs.
    Le premier volume fait la part belle au glitch, voire un peu de techno déviante (Komm Tanz Mit (...)

  • I Speak Machine – War

    Les albums ne sont pas toujours ce qu’on en attend. Le titre et la présentation évoquent une violence qu’on ne retrouve pas forcément. La plage titulaire correspond assez pourtant, avec une electro martiale mais pas trop, qui fait forcément usage de sons des années ‘80 mais avec une verve moderne. On peut la situer dans le sillage de choses qui nous ont plu comme Camilla Sparksss ou Jeanne Added. Mais ces deux-là avaient placé leur barre tellement haut qu’il est compliqué de surpasser (surtout pour (...)