Accueil > Musique > 2013 > The Besnard Lakes - Until in Excess, Imperceptible UFO

The Besnard Lakes - Until in Excess, Imperceptible UFO

mardi 7 mai 2013, par Marc

L’autre façon de voler


Vous avez sans doute fait l’expérience d’une personne que vous vouliez appeler et qui vous contacte. J’ai eu à peine eu le temps de me demander ce que ferait Spencer Krug cette année que l’information est arrivée via cet album. Pour être tout à fait franc avec vous, je ne vois pas exactement en quoi et comment cette aide se fait sentir sur cet album, tant on écoute du Besnard Lakes pur jus.

The Besnard Lakes, c’est un rock aérien, tellement qu’on n’ose pas le qualifier de ‘planant’ (mot qu’on n’utilise plus depuis 30 ans de toute façon) et trop arrêté pour qu’on puisse l’associer à la très grosse vague de retour du shoegaze. Donc, une formation dont on a adoré les deux derniers albums, qu’on retrouve avec plaisir même si avec le temps la surprise s’est érodée. Il y a toujours ces titres d’albums un peu abscons, aussi.

On retrouve logiquement, ces plages de guitare étirées mais sans soli, ces mélodies toujours présentes, cette incroyable sensation d’espace. D’espace aérien, serait-on tentés d’ajouter, parce que rien ici ne ramène à la terre. Les voix des époux Jace Lasek et Olga Goreas restent perchées fort haut. Il y a de la structure, de la basse autour duquel les voix peuvent s’articuler. Comme une illusion bien faite, on ne voit pas les fils, mais seulement un objet qui flotte dans l’air comme par magie.

Et puis il y a cette rupture, ce moment où le nuage se teinte de sépia, et prend des allures d’harmonie hors d’âge. Ou alors ces vagues de guitare qu’on sent s’écraser sur la jetée de 46 satires, et on adore se faire fouetter le visage par les embruns de la sorte. Sur The Specter aussi, il y a ces remontées qui glissent et ils peuvent hausser le ton quand ça les chante (At Midnight), pour changer des slows éthérés (And Her Eyes Were Painted Gold) où on peut perdre le fil (Catalina). Le groupe de Montréal a su en tous cas imposer une personnalité certaine sans jamais se sentir obligés de suivre une mode ou une autre voie que celle de leur envie.

http://www.thebesnardlakes.com/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Metric – Fromentera

    Il est troublant de noter le retour de Metric quelques semaines après celui de Stars. On associe mentalement les deux groupes de Toronto parce qu’ils sont contemporains, que les chanteuses ont toutes deux participé à des albums de Broken Social Scene et surtout parce qu’ils ne nous ont jamais vraiment déçus.
    On sait tout de suite qu’on ne le sera pas cette fois-ci non plus grâce à Doomscroller. Leur caractéristique, c’est la tension de toute façon et elle est bien là. Ajouter des beats sans tomber (...)

  • Spencer Krug - Twenty Twenty Twenty Twenty One

    Même s’il y a eu quelques années fastes, même Jean-Louis Murat ne se montre pas aussi productif que Spender Krug. Lui qu’on a croisé avec Wolf Parade, Sunset Rubdown, Swan Lake et Moonface avec ou sans Siinai officie depuis l’an passé aussi sous son propre nom. Fading Graffiti n’avait pas laissé un souvenir impérissable. Mais connaissant le bonhomme, on savait qu’il ne faudrait pas attendre longtemps pour qu’il nous revienne en meilleure forme. Et disons-le d’emblée, c’est le cas ici
    Sans doute que le (...)

  • Stars – From Capelton Hill

    On a toujours eu besoin de Stars. Que ce soit conscient ou non. Ce n’est pas un appel impérieux, non, mais chaque livraison nous fait replonger. Issus de la grande vague canadienne du début du millénaire, ils s’en distinguaient un peu en tempérant l’indie héroïque du temps par une pop rêveuse mais toujours directe.
    C’est quand ils chantent tous les deux qu’on a leurs moments les plus caractéristiques. Et on aime cette douceur, cette mélancolie qui enveloppe Back To The End, la très belle mélodie de (...)

  • Arcade Fire - WE

    On ne va pas refaire inlassablement le match mais il faut quand même rappeler que la suite des trois premiers albums qui se sont imposés comme des classiques a vu le super-groupe de Montréal produire un album copieux et inégal qui comportait ses fulgurances puis un exercice plus cohérent mais qui restera comme un point noir de leur discographie. Peu de morceaux surnagent d’Everything Now et la très Abba-esque plage titulaire est quand même loin des standards de ce qu’on a aimé chez eux. Ils (...)