Accueil > Musique > 2013 > Sarah Neufeld - Hero Brother

Sarah Neufeld - Hero Brother

mercredi 11 septembre 2013, par Marc

Intime violon


La force d’un collectif peut aussi venir de la créativité de ses membres. Radiohead en est une belle illustration. En marge de l’habituelle escapade solo du chanteur, il y a les impeccables et tourmentées bandes-son de Johnny Greenwood mais aussi les très délicats albums folk du batteur Philippe Selway. Le cas d’Arcade Fire n’est pas trop différent, même si le casting plus large permet dès le départ plus de variations. C’est donc de la violoniste de ces derniers dont il s’agit aujourd’hui.

Il faudra quand même prévenir les amateurs occasionnels du big band de Montréal qu’on n’en retrouve pas du tout le côté spectaculaire. Par contre, les habitués du label Constellation (sur lequel sort cet album) trouveront tout de suite leurs marques. On verra la place qui lui est dévolue sur le prochain album d’Arcade Fire, mais au vu du seul titre disponible à l’heure actuelle et sachant que c’est James Murphy qui produit, on devrait logiquement s’éloigner de la musique plus ‘organique’ des débuts.

Est-ce cela qui a déclenché l’envie de Sarah Neufeld ? L’intéressée avoue en tous cas vouloir explorer sa relation avec le violon et ‘développer les graines de morceau qu’elle avait en elle’. C’est vrai que cet instrument peut présenter une belle gamme de variations, et que sa maîtrise n’est plus à prouver. Hero Brother est l’album solo d’une violoniste qui fonctionne seule, ne s’entoure pas de tonnes de boucles pour donner l’impression d’un orchestre et n’utilise sa voix que comme un prolongement de son instrument.

Cet album est donc logiquement moins proche de ce qu’on a entendu d’elle avec Bell Orchestre, son autre formation instrumentale où elle côtoie Richard Parry du groupe-que-vous-connaissez. Tout au plus s’en rappelle-ton quand un peu de rythme vient secouer gentiment la plage titulaire. Pour le reste, c’est un violon seul qui s’exprime. Le résultat est bien moins mélodique de ce que peut en faire un Yann Tiersen occasionnellement, et est bien plus aride. On peut aussi évoquer le travail de notre compatriote Catherine Graindorge (Nox).

Vous êtes fans du rock héroïque d’Arcade Fire, vous voulez une bonne dose d’envolées lyriques au violon, une luxuriance roborative ? Passez votre chemin. N’entrez que si vous avez envie de partager avec cet artiste douée quelques moments de réflexion et d’intimité portés par un violon complice.

http://sarahneufeldmusic.com/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Sarah Neufeld - Hero Brother 15 septembre 2013 08:39, par Laurent

    J’aime beaucoup ta-théorie-procès-d’intention sur ce qui aurait poussé la Sarah à cette anecdotique escapade. Après, j’aime aussi beaucoup le fameux titre Reflektor (à la 7e ou 8e écoute). Et l’album de la violoniste ? Euh...

    À plus, Marc !

    repondre message

    • Sarah Neufeld - Hero Brother 16 septembre 2013 08:51, par marc

      C’est clair que le risque n’est pas mince d’oublier cet album prochainement. Dans la série ’les-violonistes-des-groupes-canadiens-sur-Constellation’, le dernier Esmerine est plus consistant.

      Je dois dire que je suis assez curieux d’entendre l’album d’Arcade Fire, de voir où ils vont aller...

      A bientôt dites

      repondre message

  • Stars – From Capelton Hill

    On a toujours eu besoin de Stars. Que ce soit conscient ou non. Ce n’est pas un appel impérieux, non, mais chaque livraison nous fait replonger. Issus de la grande vague canadienne du début du millénaire, ils s’en distinguaient un peu en tempérant l’indie héroïque du temps par une pop rêveuse mais toujours directe.
    C’est quand ils chantent tous les deux qu’on a leurs moments les plus caractéristiques. Et on aime cette douceur, cette mélancolie qui enveloppe Back To The End, la très belle mélodie de (...)

  • Arcade Fire - WE

    On ne va pas refaire inlassablement le match mais il faut quand même rappeler que la suite des trois premiers albums qui se sont imposés comme des classiques a vu le super-groupe de Montréal produire un album copieux et inégal qui comportait ses fulgurances puis un exercice plus cohérent mais qui restera comme un point noir de leur discographie. Peu de morceaux surnagent d’Everything Now et la très Abba-esque plage titulaire est quand même loin des standards de ce qu’on a aimé chez eux. Ils (...)

  • MadSci – Ascension (EP)

    Mêler violon, guitare et les sons électroniques n’est pas une idée vraiment neuve mais on est souvent surpris par la variété et de la nouveauté des résultats. C’est encore le cas avec le second EP du duo montréalais MadSci. Leur nom vient du plaisir à tenter des choses avec le violon de David Piché et la guitare de Michaël Charrette. Il faut dire que les deux comparses ont déjà une belle expérience et ça se sent. Tous les morceaux enregistrés ici ont déjà été présentés sur scène.
    Sur le papier, on pourrait (...)

  • Destroyer - Labyrinthitis

    On ne se lassera pas de L’équilibre entre les découvertes continuelles (oui, envoyez plein de choses) et les retours réguliers d’artistes appréciés. Le premier volet s’auto-alimente presque miraculeusement, le second volet est déjà bien fourni cette année.
    Le rock s’est bâti sur un mythe de jeunesse et chaque vague qui est venu après les origines (Punk, grunge, indie...) a prolongé cet état d’esprit. Quand un rock ’adulte’ a émergé, appelé AOR, c’était aussi un repoussoir, une union contre nature qui il (...)