Accueil > Musique > 2014 > Micah P. Hinson & The Nothing

Micah P. Hinson & The Nothing

mercredi 19 mars 2014, par Marc

Eternel bourbon


Le bourbon est une boisson ambivalente. Bien plus douce que le scotch, elle n’en reste pas moins un alcool fort, qui brûle avant d’apaiser. La musique de Micah P Hinson mêle aussi ces deux aspects, âpres et doux. Et il faut aussi passer par la brûlure pour qu’une bienvenue douceur prenne le dessus.

Non seulement ces deux aspects sont présents ensemble sur presque tous les morceaux, mais l’agencement de l’album permet aussi le rapprochement puisqu’il commence par le plus déglingué How Are You, Just A Dream avant de se calmer progressivement, laissant les morceaux de bravoure étirés pour la fin. A Million Light Years prend congé de nous sur un arpège et sur cette voix qu’on a découvert et qu’on a appris à apprécier. Ce type est tellement peu moderne qu’il y a même un morceau caché, un peu plus intrigant que le reste, avec un étrange canon et des violons.

Pour ceux qui comme moi connaissaient peu cet artiste, il est difficile de ne pas penser à Dylan, surtout quand la mélodie et le phrasé de Sons Of USSR ramènent immanquablement au maître de Duluth. Il faut donc quelques écoutes pour se débarrasser de cette encombrante référence, mais soyez certain que je préfère ceci aux derniers albums du génie mentionné.

On The Way To Abeline impose un spleen très classieux, qui plait sans chercher à le faire. La musique respire en tout cas, et la façon qu’a la voix d’être éraillée est différente, peut-être plus proche d’un Vic Chesnutt qui aurait le goût de vivre (oui, il faut faire un petit effort d’imagination). Ce qui est un peu paradoxal quand on sait que la gestation de cet album a été perturbée par un accident de voiture assez grave pour Micah P Hinson.

I Ain’t Moving est comme son nom l’indique presqu’arrêté et magnifique quand on arrive à se glisser dedans. L’enchainement avec The Same Old Shit est forcément plus trivial, mais témoigne en tous cas de la belle versatilité. Et c’est ça qui plait, cette propension à enchainer les sentiments sans avoir l’air d’y toucher, de passer de l’évocation de la vie d’un grand-père à l’apaisement du très beau The Quill, où un piano tout simple suffit à établir un contexte.

Dans le bon mais trop long film Inside Llewin Davis, le héros ( ?) utilise toujours la même phrase d’accroche « if it was never new and it never gets old, then it’s a folk song”. Intemporel sans être ringard, Micah P Hinson sonne comme un classique, comme un morceau d’éternité musicale.

http://www.micahphinson.com/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Micah P. Hinson & The Nothing 22 mars 2014 11:42, par le cousin de la reine de trêfle

    pouquoi aimons-nous Micah P. Hinson ?

    Pour les mêmes raisons qu’on aime Bill Callahan, Mark Kozelec, Lisa Germano, parce qu’on ne se lasse jamais du plaisir masochiste d’entendre toujours les mêmes histoires de vies cabossées, d’ambiances mortifères...dîtes avec des mots bouleversants et définitifs, par de très grands mélodistes,
    çà peut durer des années ...

    Et quand ils tirent leur révérence, comme Mark Linkous,ou Elliott Smith, on ne peut que prendre acte de la fatalité ...

    repondre message

  • Micah P. Hinson & The Nothing 23 mars 2014 09:47

    Critique intéressante mais attention ce n’est pas son second album mais son 6ème !!!

    repondre message

  • June Road - Landscapes (EP)

    Moins hégémonique que dans un passé récent, la formule du duo mixte a toujours ses adeptes dans le genre folk-pop. Dans le cas qui nous occupe, le pédigrée des deux intervenants apportait aussi de belles garanties. Elle, Maia Frankowski est Belge et violoniste à l’Orchestre du Théâtre Royal de la Monnaie, lui, Harry Pane est Anglais, compositeur, et rencontre un certain succès sur la scène folk britannique (dixit le dossier de presse qu’on croit).
    On pense peut-être parfois à Cocoon mais ils ne (...)

  • Ottus – Ghost Travellers

    l faut toujours laisser le temps aux albums de révéler tous leurs secrets, parce que la profondeur n’est pas toujours tangible en première écoute. Sur le premier opus du groupe liégeois Ottus, c’est le côté folk-pop et les harmonies vocales qui plaisent le plus vite et le plus facilement. Certes Run Away propose déjà une belle ampleur mais cette façon peut aussi se décliner en mode plus léger, voire évanescent (The Old Skills) ou se rehausser de chœurs enfantins (Living Stone).
    Mais ils élargissent leur (...)

  • Sharon Van Etten - We’ve Been Going About This All Wrong

    On associe depuis toujours Sharon Van Etten à Shearwater. Outre un copinage qui les a vus partager la scène le temps d’une tournée et de quelques morceaux, il y a cette pureté, cette émotion affleurante qui émeut sans autre forme de procès. C’est un don que certains artistes ont. S’ils parlent tous peu ou prou d’eux-mêmes, certains semblent parler à chaque auditeur en particulier.
    Mais si Jonathan Meiburg a ce chant qui touche à la perfection, il y a ici une fêlure plus qu’humaine. Un peu de fausseté (...)

  • Dekker – I Won’t Be Your Foe

    On a une tendresse particulière pour ceux qui partent d’une matrice folk pour en faire quelque chose d’un peu différent, mine de rien. Parmi ceux-ci on comptait le duo Rue Royale dont un des membres revient en solo sous le nom de Dekker.
    Il s’en dégage un aspect cool et actuel qui plait immédiatement. Il profite notamment d’une haute tenue mélodique (Small Wins). Sa voix immédiatement sympathique, même en mode falsetto (Do It All Again). Et quand le tempo se fait plus soutenu, on entend un morceau (...)