Accueil > Musique > 2014 > Stars - No One Is Lost

Stars - No One Is Lost

samedi 20 décembre 2014, par Marc

La fièvre du soir sous la couette


Difficile au final de cerner complétement Stars. Intenses et personnels sans vraiment être flamboyants, ils semblent évoluer maintenant vers le dancefloor. Ou plutôt, ses abords, pour ceux qui restent assis et tentent des chorégraphies de tête et de battement de pied. A ceux-là, From The Night offrira une belle opportunité.

Le premier morceau est d’emblée plus discoïde et la pochette un peu flash mais il ne faut pas pour autant se laisser distraire. C’est peut-être à un samedi soir qu’ils nous convient, mais la fièvre est sans doute moins celle qui fait transpirer sur la piste de danse que celle qui nous maintient sous la couette avec un grog.

Parce que les moments les plus convaincants ne sont pas nécessairement ceux qui sont le plus remuants. Il faut parfois choisir son camp. No One Is Lost est une chanson dance un peu pas top mais qu’ils pensent transcender d’un ‘Put your hands up/cause everybody dies’. Un peu trop propre sur soi pour vraiment être dansant.

Turn It Up envoyé en éclaireur était donc le meilleur morceau de cet album. C’est là qu’ils déploient leur spleen assez irrésistible, leur ouate sonore bien dense. Et quand ils sont plus directs, on les préfère dans un registre de rock propre comme le bien envoyé This Is The Last Time ou Are You OK ? qui pourrait provenir de leurs amis de Metric. Ils ont aussi gardé quelques jolis moment comme la fin de What Is It To Be Done ? où ils chantent à deux pour notre plaisir. D’ailleurs, c’est la première fois que je fais le rapprochement entre les voix d’Amy Millan et Nina Persson. C’est pourtant très marquant sur No Better Place.

Finalement, c’est un album plutôt classique en leur chef, avec quelques morceaux au groove discret qui ne sont toujours pas ce que je préfère et une intimité confortable qu’on apprécie toujours autant. Chez eux, la flamboyance n’est que de surface et on les soupçonne de forcer leur nature pour la montrer.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • MadSci – Ascension (EP)

    Mêler violon, guitare et les sons électroniques n’est pas une idée vraiment neuve mais on est souvent surpris par la variété et de la nouveauté des résultats. C’est encore le cas avec le second EP du duo montréalais MadSci. Leur nom vient du plaisir à tenter des choses avec le violon de David Piché et la guitare de Michaël Charrette. Il faut dire que les deux comparses ont déjà une belle expérience et ça se sent. Tous les morceaux enregistrés ici ont déjà été présentés sur scène.
    Sur le papier, on pourrait (...)

  • Destroyer - Labyrinthitis

    On ne se lassera pas de L’équilibre entre les découvertes continuelles (oui, envoyez plein de choses) et les retours réguliers d’artistes appréciés. Le premier volet s’auto-alimente presque miraculeusement, le second volet est déjà bien fourni cette année.
    Le rock s’est bâti sur un mythe de jeunesse et chaque vague qui est venu après les origines (Punk, grunge, indie...) a prolongé cet état d’esprit. Quand un rock ’adulte’ a émergé, appelé AOR, c’était aussi un repoussoir, une union contre nature qui il (...)

  • Spencer Krug - Fading Graffiti

    Un premier album solo de Spencer Krug sous son nom propre. C’est étrange que ce soit la première fois. Parce qu’on le connaît depuis longtemps, qu’on relaie la bonne parole du Canadien sous toutes ses incarnations avec Wolf Parade, Sunset Rubdown, Swan Lakeet Moonface, avec ou sans Siinai. Avec les concerts, ce sont 19 articles sur ce site. Bref, Spencer est une vieille et très chère connaissance.
    On est donc en terrain connu même si ce qu’on entend sur ce Fading Graffiti n’est pas identique à (...)

  • Islands - Islomania

    Peu de groupes ont su se forger une place privilégiée dans nos oreilles comme Islands. On a accroché tout de suite le wagon, dès leur premier album, sans connaître les Unicorns. Outre la bonne surprise de leur retour inespéré, il y a eu cette magie du bon album écouté au bon moment. Cet état de grâce n’a pas été constaté à chaque fois mais il a bien eu lieu.
    La formation canadienne a toujours su imposer une coloration à chaque album sans jamais se dénaturer, au point de pouvoir livrer simultanément deux (...)