Accueil > Musique > 2014 > She & Him - Classics

She & Him - Classics

lundi 29 décembre 2014, par Marc


On ne pourra jamais reprocher à Zooey Deschanel et M.Ward d’être des girouettes en matière d’influences. Ils n’ont jamais fait de mystère de leur admiration pour une forme surannée de pop et leurs albums semblent toujours sortir d’un vieux vinyle. Cette fois-ci, plutôt que composer des morceaux qui sont des hommages, ils ont carrément empilé une série de reprises. Ce n’est pas la première fois, ils en avaient déjà semé discrètement au long de leurs trois albums. Alors, en cette période, c’est aussi inutile de de saison qu’un album de Noël (exercice qu’ils ont déjà pratiqué du reste) et le résultat semblera sans doute encore plus déplacé une fois l’été arrivé. A moins que comme moi vous ayez oublié cet album d’ici-là.

Tous ces morceaux sont des classiques. Aux oreilles américaines du moins. Parce que je dois bien avouer qu’une bonne moitié de ce qui est présenté ici ne m’évoquait rien (ça ne sert à rien de stigmatiser ma méconnaissance, hein, je suis au courant…). Donc, pour un auditorat moins familier, c’est forcément plus compliqué.

On aurait aimé que leurs talents s’incarnent dans une musique plus moderne. La carrière de M.Ward en tant qu’artiste solo ou la filmographie de Zooey Deschanel sont en effet assez modernes, ou en tout cas moins empreint d’un passéisme sépia. C’est d’autant plus dommage que la voix de Zooey n’a jamais semblé aussi juste, forte et chaude qu’ici. La dernière note de Stars Fell On Alabama est simplement soufflante.

Oui, c’est extrêmement bien fait, et d’une finition impeccable (joli Time After Time). Ils peuvent passer de la douceur extrême de It’s Not For Me To Say à un tempo plus enlevé avec des millions de couches (Stay Awhile). Ils ne reculent devant rien, même pas reprendre Unchained Melody dans une version plutôt dépouillée ou s’attaquer au She d’Aznavour. Ils terminent par We’ll Meet Again (énorme classique) et on a envie de répondre « C’est pas sûr ».

Encore une fois, cette absence de note ne révèle que mon inintérêt pour un genre musical suranné et très peu diffusé chez nous. La muzak vintage de luxe n’étant en effet pas ma tasse d’eggnog. Il faut reconnaitre que ceci est impeccablement exécuté et il faut accepter que des gens qu’on aime beaucoup font des choses qui nous sont exactement indifférentes.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Midlake - For The Sake of the Bethel Woods

    Vous faisiez quoi il y a 9 ans, vous en étiez où ? C’est une question oratoire (même si une réponse dans les commentaires est possible). Forcément, si la plupart des membres de Midlake présents sur Antiphon sont encore là, les choses ont changé, nous aussi, eux aussi. Et ils ne sont pas restés inactifs, on se souvient avoir croisé Eric Pulido seul en tant qu’E.B. The Younger ou avec toute la bande et plein d’invités sur le très chouette projet BNQT.
    Bethel Woods, c’est l’endroit où a eu lieu le festival (...)

  • Emily Jane White – Alluvion

    Jusqu’à son excellent album précédent, c’est dans ces lointaines ressemblances que la toujours pertinente Emily Jane White puisait sa singularité. On les cite donc parce qu’on n’en fera pas l’économie : Bat For Lashes, Marissa Nadler, voire Lana Del Rey. Voilà, vous savez où vous mettez les oreilles. Mais maintenant, quand on se demande à quoi ça nous fait penser, c’est surtout aux très bons albums précédents de la Californienne. Parce qu’elle a toujours su tracer son propre chemin et elle fait maintenant (...)

  • Cloud Cult - Metamorphosis

    Le spectaculaire ne devient pompier que quand il est mal fait. C’est une leçon que connait bien Cloud Cult, la formation du Minnesota menée par Craig Minowa. On pense d’abord les retrouver dans une volonté plus intime avant que ce Metamorphosis prenne définitivement son envol.
    La voix est plus éraillée que jamais et il y a toujours une profondeur chez eux, un questionnement qu’on ne retrouve que peu ailleurs avec la même acuité. Le tout avec un violon qui vrille, une façon d’instiller l’émotion par (...)

  • Band of Horses - Things Are Great

    On s’est depuis longtemps habitués à ne pas rechercher chez des groupes le frisson de leurs débuts. Quand ceux-ci remontent à plus de quinze ans, c’est une nécessité. Pourtant, certains arrivent à garder leur attrait même si les raisons de notre attachement ont changé. Dit plus simplement, on n’attendait pas énormément de choses d’un nouvel album de Band of Horses.
    Warning Signs nous cueille donc à froid, on n’avait plus entendu de morceau aussi saignant de leur part depuis belle lurette. Depuis leur (...)