Accueil > Critiques > 2017

Fleet Foxes - Crack-Up

mercredi 5 juillet 2017, par marc


Dix ans, il y a déjà dix ans que j’allais au Neumo’s de Seattle voir Malajube et Snowden et que la toute première partie était assurée par un groupe du coin qui n’avait que trois morceaux sur son Myspace (un genre de Facebook sans tes parents) qui en permettait quatre. Je ne m’en souviens que peu, mais j’avais au moins retenu le nom. Quelques mois plus tard sortait un EP brillant puis un album du même calibre et puis ce fut l’ascension verticale, portée par un contexte pour le moins favorable. Mais voilà, dix ans ont passé. Et depuis, leur ancien batteur, Josh Tillman fait une belle carrière en tant que Father John Misty, Robin Pecknold a repris des études et ils ne sont plus sur le mythique label Sub Pop.

Certes, leur Helplessness Blues était très bon, mais l’époque ne semble plus vraiment propice à des formations pareilles. Ce n’est pas important en fait, ils ont su faire fi d’une attente forcément attisée par la longueur. Six ans dans le contexte actuel ou n’importe lequel en fait, c’est plutôt long. On ne cite plus Animal Collective comme référence d’un groupe sur deux, hipster est un mot que même vos parents connaissent (alors qu’il date de la génération de vos grands-parents mais ce n’est pas le propos), Pitchfork ne fait plus les réputations, l’indie est encore plus difficile à définir et puis les harmonies vocales qui avaient connu leur apogée avec leurs premiers albums ne sont plus trop employées. On va donc avec plus de quiétude pouvoir évaluer si ce Crack-Up tient la route.

Ils ont même poussé le sens du détail pour faire repartir le premier morceau de cet album exactement où le dernier de Helplessness Blues avait s’était arrêté et si cette façon d’assurer la continuité peut sembler forcée, l’auditeur qui les connait ne sera pas décontenance. Tout au plus faut-il attendre un peu plus pour que tout percole, que les détails qui font plaisir émergent d’un tout très cohérent. Comme le violon et la belle envolée au milieu de Cassius, les beaux entrelacs de Mearcstapa qui semblent partir en roue libre mais ne quittent jamais la route.

Les harmonies vocales sont toujours là, fières mais c’est surtout la voix de Robin Pecknold qui tient les avant-postes. On dénote aussi du souffle sur Third of May/Odaigahara et Kept Women est une bien belle chose. C’est leur façon unique, qui, à l’instar de celle de Grizzly Bear, rend leur musique légère, presque en apesanteur. Fool’s Errand est un exemple de ces morceaux qui cache une vraie intensité.

Voici encore un album qui plaira majoritairement à ceux qui prennent leur temps. Loin d’être indolent, la troisième réalisation du groupe de Seattle est dense dans le fond en semblant léger de forme. Mais il s’impose assez vite comme une œuvre définitivement hors du temps, détachée du contexte de leurs débuts et confirme leur talent pour offrir des albums à la forte personnalité.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

3 Messages

  • Fleet Foxes - Crack-Up 25 août 2017 22:42, par Pierre

    Merci, je trouve cet album magnifique, votre description en est parfaitement exacte, et je n’avais pas ce sentiment de profondeur dans les précédents albums. On est vraiment dans la finesse des détails et des arrangements. Mon meilleur album de l’année pour l’instant.

    repondre message

    • Fleet Foxes - Crack-Up 2 septembre 2017 09:06, par Marc

      Merci !

      C’est un magnifique album pour ceux qui aiment prendre leur temps de s’ajouter. Je me réjouis déjà de les revoir en concert.

      repondre message

  • Fleet Foxes - Crack-Up 23 septembre 2017 22:15, par Pierre

    Merci pour cette chronique, toujours dans la justesse, j’ai toujours apprécié ce groupe mais je trouve que Crack-Up a une profondeur et une constance inégalées. Probablement encore moins accessible que les précédents pour les non-initiés.

    repondre message

  • My Name Is Nobody - Merci Cheval

    La veille musicale est un engagement à temps plein. Une fois qu’on a aimé un.e artiste, il semble logique de suivre sa carrière. Pourtant il y a trop souvent des discontinuités. Mais il y a aussi des possibilités de se rattraper. La présence de Vincent Dupas au sein de Binidu dont l’intrigant album nous avait enchantés en était une. On apprend donc qu’il y avait eu un album en mars et l’occasion était (...)

  • The Decemberists – As It Ever Was So It Will Be Again

    Il y a quelque chose de frappant à voir des formations planter de très bons albums des décennies après leur pic de popularité. Six ans après I’ll Be Your Girl, celui-ci n’élude aucune des composantes de The Decemberists alors que par le passé ils semblaient privilégier une de leurs inclinations par album.
    On commence par un côté pop immédiat au très haut contenu mélodique. On a ça sur le limpide Burial (...)

  • Louis Durdek – Unnamed Road

    Les chanteurs français folk-rock qui s’expriment en anglais sont légion et nous ont déjà valu quelques bons moments. On ajoutera donc le Breton Louis Durdek à une prestigieuse lignée qui comprend aussi des artistes comme The Wooden Wolf, JJH Potter ou Gabriiel.
    Il est très compliqué de se singulariser stylistiquement sauf à quitter le genre, c’est donc la solidité des compositions et de (...)

  • Bélier Mérinos - Triste mais en tout temps joyeux

    On en a connu, des noms d’animaux. Etrange à dire sans doute, mais le nom derrière lequel se cache Geoffroy Pacot correspond plutôt à la musique, fondamentalement champêtre mais dénuée de pittoresque.
    Traduire un paysage en musique est sans doute une des entreprises les plus compliquées qui soient mais ce genre de post-rock bucolique y arrive, avec ce qu’il faut de field recordings et d’arpèges (...)

  • John Grant – The Art of the Lie

    Ça fait belle lurette que le style de John Grant a évolué, et on ne cherche plus depuis longtemps des traces de son fantastique Queen of Denmark. Mais on sait aussi que ce qu’on a aimé à l’époque se trouve toujours sous une forme différente. On le découvre au détour du son profond de Marbles par exemple.
    Triturer sa voix est un choix étrange quand on sait à quel point c’est un de ses atouts indéniables. (...)

  • of Montreal - Lady on the Cusp

    Un jour, on devrait faire gober la discographie d’Of Montreal à une AI et voir si elle arrive à prévoir la direction de l’album suivant. A notre peu algorithmique niveau, un album plus apaisé devait succéder au nerveux Freewave Lucifer f mais en abordant la douzième critique d’un de ses albums, on sait que la prédiction est difficile. Ce qui est compliqué en fait, c’est que le climat d’un album dépend (...)

  • Habibi - Dreamachine

    Habibi est un groupe féminin comme on les aime, c’est-à-dire avec une forte personnalité. Certes, on distingue chez le groupe de Brooklyn un cousinage avec des choses comme Warpaint (en moins froid) mais l’étendue de leur palette est assez marquante.
    Si on entame les hostilités du côté plus anguleux avec On The Road, elles peuvent aussi réussir la pop vaporeuse et très mélodique d’In My Dreams ou le (...)

  • Vampire Weekend - Only God Was Above Us

    Peut-on survivre à la hype ? Si on en croit la longévité de Vampire Weekend, la réponse est indéniablement positive. Ayant été très tôt sur la balle, ça fait longtemps que le groupe de Brooklyn nous accompagne. Après deux premiers albums irrésistibles puis deux autresplus hétérogènes dans les intentions et le résultat, on les retrouve en très bonne forme. Sans doute qu’avec un peu de recul, cette évolution (...)