Accueil > Musique > 2017 > Fleet Foxes - Crack-Up

Fleet Foxes - Crack-Up

mercredi 5 juillet 2017, par Marc


Dix ans, il y a déjà dix ans que j’allais au Neumo’s de Seattle voir Malajube et Snowden et que la toute première partie était assurée par un groupe du coin qui n’avait que trois morceaux sur son Myspace (un genre de Facebook sans tes parents) qui en permettait quatre. Je ne m’en souviens que peu, mais j’avais au moins retenu le nom. Quelques mois plus tard sortait un EP brillant puis un album du même calibre et puis ce fut l’ascension verticale, portée par un contexte pour le moins favorable. Mais voilà, dix ans ont passé. Et depuis, leur ancien batteur, Josh Tillman fait une belle carrière en tant que Father John Misty, Robin Pecknold a repris des études et ils ne sont plus sur le mythique label Sub Pop.

Certes, leur Helplessness Blues était très bon, mais l’époque ne semble plus vraiment propice à des formations pareilles. Ce n’est pas important en fait, ils ont su faire fi d’une attente forcément attisée par la longueur. Six ans dans le contexte actuel ou n’importe lequel en fait, c’est plutôt long. On ne cite plus Animal Collective comme référence d’un groupe sur deux, hipster est un mot que même vos parents connaissent (alors qu’il date de la génération de vos grands-parents mais ce n’est pas le propos), Pitchfork ne fait plus les réputations, l’indie est encore plus difficile à définir et puis les harmonies vocales qui avaient connu leur apogée avec leurs premiers albums ne sont plus trop employées. On va donc avec plus de quiétude pouvoir évaluer si ce Crack-Up tient la route.

Ils ont même poussé le sens du détail pour faire repartir le premier morceau de cet album exactement où le dernier de Helplessness Blues avait s’était arrêté et si cette façon d’assurer la continuité peut sembler forcée, l’auditeur qui les connait ne sera pas décontenance. Tout au plus faut-il attendre un peu plus pour que tout percole, que les détails qui font plaisir émergent d’un tout très cohérent. Comme le violon et la belle envolée au milieu de Cassius, les beaux entrelacs de Mearcstapa qui semblent partir en roue libre mais ne quittent jamais la route.

Les harmonies vocales sont toujours là, fières mais c’est surtout la voix de Robin Pecknold qui tient les avant-postes. On dénote aussi du souffle sur Third of May/Odaigahara et Kept Women est une bien belle chose. C’est leur façon unique, qui, à l’instar de celle de Grizzly Bear, rend leur musique légère, presque en apesanteur. Fool’s Errand est un exemple de ces morceaux qui cache une vraie intensité.

Voici encore un album qui plaira majoritairement à ceux qui prennent leur temps. Loin d’être indolent, la troisième réalisation du groupe de Seattle est dense dans le fond en semblant léger de forme. Mais il s’impose assez vite comme une œuvre définitivement hors du temps, détachée du contexte de leurs débuts et confirme leur talent pour offrir des albums à la forte personnalité.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

3 Messages

  • Fleet Foxes - Crack-Up 25 août 2017 22:42, par Pierre

    Merci, je trouve cet album magnifique, votre description en est parfaitement exacte, et je n’avais pas ce sentiment de profondeur dans les précédents albums. On est vraiment dans la finesse des détails et des arrangements. Mon meilleur album de l’année pour l’instant.

    repondre message

    • Fleet Foxes - Crack-Up 2 septembre 2017 09:06, par Marc

      Merci !

      C’est un magnifique album pour ceux qui aiment prendre leur temps de s’ajouter. Je me réjouis déjà de les revoir en concert.

      repondre message

  • Fleet Foxes - Crack-Up 23 septembre 2017 22:15, par Pierre

    Merci pour cette chronique, toujours dans la justesse, j’ai toujours apprécié ce groupe mais je trouve que Crack-Up a une profondeur et une constance inégalées. Probablement encore moins accessible que les précédents pour les non-initiés.

    repondre message

  • Pollyanna - Man Time (EP)

    Elle est bien vivante, la scène folk française et on en veut pour preuve cette découverte de la Lilloise Isabelle Casier sous le nom de Pollyanna. C’est d’autant plus réussi que l’origine hexagonale est indétectable. Et comme souvent, on déborde du cadre du folk traditionnel et c’est bienvenu.
    On remarque tout de suite cette voix claire qui suit tous les traitements musicaux. Parce que de folk, il n’en est pas directement question. Par exemple, Diamond Rings sort clairement des clous du camp de base (...)

  • Will Sheff - Nothing Special

    On peut toujours se demander ce qui pousse des artistes a priori seuls maitres à bord de leur formation à vouloir se lancer dans l’exercice solo. On sait depuis toujours qu’Okkervil River, c’est Will Sheff et les musiciens avec qui il a envie de travailler. Lui qui avait annoncé Okkervil River R.I.P. sur l’album Away (qui du reste n’est pas le dernier) semble maintenant faire de cette déclaration une réalité.
    Envie de se frotter à des sujets plus personnels, envie de nouveauté en accord avec une (...)

  • June Road - Landscapes (EP)

    Moins hégémonique que dans un passé récent, la formule du duo mixte a toujours ses adeptes dans le genre folk-pop. Dans le cas qui nous occupe, le pédigrée des deux intervenants apportait aussi de belles garanties. Elle, Maia Frankowski est Belge et violoniste à l’Orchestre du Théâtre Royal de la Monnaie, lui, Harry Pane est Anglais, compositeur, et rencontre un certain succès sur la scène folk britannique (dixit le dossier de presse qu’on croit).
    On pense peut-être parfois à Cocoon mais ils ne (...)

  • Ottus – Ghost Travellers

    l faut toujours laisser le temps aux albums de révéler tous leurs secrets, parce que la profondeur n’est pas toujours tangible en première écoute. Sur le premier opus du groupe liégeois Ottus, c’est le côté folk-pop et les harmonies vocales qui plaisent le plus vite et le plus facilement. Certes Run Away propose déjà une belle ampleur mais cette façon peut aussi se décliner en mode plus léger, voire évanescent (The Old Skills) ou se rehausser de chœurs enfantins (Living Stone).
    Mais ils élargissent leur (...)

  • Of Montreal - Freewave Lucifer fck

    La carrière d’Of Montreal est un peu comme ses chansons et ses albums, faussement insaisissable mais qui permet de dégager des structures. On a ainsi oscillé entre un découpage forcené parfois captivant mais occasionnellement crevant et des albums solides et accrocheurs à la fois. Il faut dire que même après plus de quinze ans (et 10 albums relatés), on n’arrive toujours pas à anticiper les mouvements de Kevin Barnes et c’est très bien comme ça...
    Ce processus de consolidation et déconstruction (...)

  • Regina Spektor – Home, Before and After

    Il est parfois un peu dépréciatif de parler d’album de la maturité en matière de rock. On cache en effet sous ce terme le remplacement de l’énergie et de l’excitation des débuts par une forme plus fouillée et plus policée qui parle plus à l’esprit qu’au corps. Mais Régina Spektor ne fait pas exactement du rock et on notait sur tous ses albums des moments plus expérimentaux qui étaient un rien rudes pour nos petits nerfs, comme si elle devait montrer que tout ça n’était pas si sérieux. C’était à la marge, (...)

  • Perfume Genius – Ugly Season

    Les carrières musicales les plus passionnantes sont rarement linéaires. Mais elles ont toutes tendance à suivre la même direction : vers le haut. Depuis ses débuts, on n’a en tous cas à déplorer aucune baisse chez Mike Hadreas. Et ce n’est pas cette nouvelle évolution qui va inverser la tendance.
    Les musiques qui constituent cet album ont été à l’origine composées pour la pièce dansée The Sun Still Burns Here du studio Kate Wallich. Ce travail commissionné par le Seattle Theatre Group a connu des (...)

  • Andrew Bird – Inside Problems

    On avait laissé le grand Andrew Bird sur l’ironiquement nommé My Finest Work Yet qui se montrait finalement à la hauteur de ses prétentions. Tel un artisan, il polit son art album après album, et le temps semble son allié. Pas de dérapage en vue donc sur son onzième album studio solo.
    Surtout qu’il l’a enregistré avec quatre musiciens habituels et c’est peu dire qu’ils sont à leur affaire. Underlands est un morceau d’emblée attachant, avec ce groove blanc qu’il maitrise tellement. On entend surtout ici (...)