Accueil > Critiques > 2017

Pépite - Renaissance (EP)

lundi 22 janvier 2018, par Marc


Il y a évidemment tout ce qu’on écoute avec délectation depuis des années, mais la chanson française est généralement chiche en nouveautés excitantes. Avec des groupes comme Volin, il y a cependant matière à s’enthousiasmer et on avait identifié Pépite comme une belle promesse. Ce qu’on apprécie aussi chez un artiste, c’est une personnalité bien affirmée, un style reconnaissable décliné sur des morceaux forts.

Le style de Pépite n’a pas changé même si on distingue déjà quelques éléments de différence par rapport au premier EP de quatre titres qui nous évoquait Christophe qui reprendrait du Beach House. Le format EP est d’ailleurs une bonne chose pour proposer un style mais il faut à chaque fois une acclimatation (pour qu’on arrête de penser à Jean-Louis Aubert pour la voix par exemple), et à chaque fois on finit par replonger.

Les guitares sont toujours bourdonnantes ou éthérées mais le curseur a été ici déplacé vers un son plus années ’80 et l’impression d’entendre un slow de l’été vintage (La Vie Douce) vient effleurer l’auditeur. Dans ce contexte, on préfère quand un peu de groove vient secouer l’ensemble sur Renaissance ou Sensations.

Moins languide et plus pop dans l’acception d’une musique plus fondante, ce second EP de Pépite maintient la personnalité même si la langueur du premier exercice est remplacée par un virage vers le slow crapuleux qui nous rapproche plus du plaisir coupable. Mais le plaisir est toujours bel et bien là.

    Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Muet – Electrochoc (EP)

    On avait déjà confessé un goût prononcé pour ceux qui abordent la chanson française avec des envies résolument indé. Dans ce contingent, Volin nous avait beaucoup plu et on retrouve son leader Colin Vincent avec plaisir sur ce nouveau projet. Si on retrouve la même propension à garder des textes en français sur des musiques plus aventureuses, le style a un peu changé.
    Accompagné de Maxime Rouayroux, (...)

  • MHUD - Post Parade

    Il arrive qu’on voie débouler un artiste sans rien savoir de lui. C’est un peu ce qui s’est passé avec ce premier album de Matthieu Hubrecht dont on sait toujours peu en fait. Sa musique aussi arrive un peu masquée. On pense d’abord avoir affaire à une chanson française aux sonorités années ’80 mais on remarque vite que c’est plus pointu que ça
    L’instant Fragile est dans cette veine eighties, avec une (...)

  • Miossec - Simplifier

    Les retours d’albums de Miossec nous forcent toujours à nous regarder nous-mêmes. Il y a en effet tant de sincérité chez lui et une constante envie de faire le point qu’on a toujours été poussés à faire de même. On a changé depuis qu’on l’a découvert, on est moins jeunes, moins marrants, plus posés et il y a belle lurette qu’on ne beugle plus ses chansons aux petites heures.
    Au niveau des marottes, rien n’a (...)

  • Samuele - Une Paillette dans l’engrenage

    Il me faut commencer par une confession : j’ai un peu de mal avec les accents québécois trop typés ou le créole en chanson (seulement en chanson, je précise...). C’est comme ça donc cette écoute commençait par un petit handicap. Alors on se lance, histoire de voir si on arrive au bout d’une écoute. Et ça marche, alors on recommence, encore et encore.
    Pourquoi ? Parce que le ton pop est parfaitement (...)