Accueil > Musique > 2021 > INSTITUT - L’effet waouh des zones côtières

INSTITUT - L’effet waouh des zones côtières

mercredi 21 avril 2021, par Marc


L’humour n’est pas seulement l’ultime politesse du désespoir mais sans doute une des meilleures armes pour décrire le réel par la bande. On ne pourra pas faire l’économie de Didier Super pour comprendre notre époque. A une distance assez respectable de cet aspect potache se trouve l’ultra-moderne solitude d’INSTITUT. L’humour est la meilleure façon de se faire des amis. Ou d’en perdre plein, c’est selon. Mais ici, la connivence s’établit assez vite. Avant même l’écoute d’ailleurs, un petit coup d’oeil aux titres (voir le player ci-dessous) se révélant fort engageant.

Le premier degré c’est fort, ça frappe quand c’est bien fait, il n’y a pas d’équivoque. Ceci est plus détourné, voire même un peu plus subversif. On est assez proche de l’esprit du Message à Caractère Informatif par exemple. Dans les façons de raconter notre monde, on peut penser aussi à Michel Houellebecq mais sans le commentaire, ils restent dans l’évocation et c’est très bien comme ça. L’observation et sa consignation sont aussi des armes. On l’a déjà signalé pour des œuvres comme Frère Animal, si réussies soient-elles, privilégient un angle dramatique. Ici, ils peuvent se lancer dans un peu de crudité sans que ça ne choque (même en évoquant Bolsonaro en objet de désir…), ce qui est un petit exploit.

Installer un album dans le présent fait courir le risque d’apparaître connoté (après-)demain (On se voit demain/En présentiel). Est-ce que ce sera dans 60 ans aussi insupportable que La Java Des Bombes Atomiques ? On n’en sait rien en fait, on ne va pas s’en soucier pour le moment, surtout que la possibilité de prendre un peu de recul sur notre époque est salutaire. Prenez Soin de Vous fait clairement référence au confinement et on préfère garder ça en mémoire pour le futur que les foireux concerts confinés qui nous ont encombré l’année 2020.

Et musicalement ? Eh bien ça tient fortement la route. Même sans le contenu, on aurait aimé la forme. Parce que le fond se mêle bien à cette pop synthétique à la belle densité. Il faut en effet du synthé vintage pour que la dream-pop intense de Je Suis Dans La Data puisse distiller sa mélancolie infinie. On retiendra aussi à ce titre le très beau final de Comme Un Coach en Éveil de Conscience.

Paradoxalement, la mélancolie narquoise d’INSTITUT est un réconfort. Parce qu’on a besoin de ne pas prendre trop au sérieux notre fatigante époque. Le trio français (Arnaud Dumatin, Emmanuel Mario et Nina Savary) choisit d’en rire mais pas trop, d’en souligner avec une certaine gourmandise les excès de langage et il faut le dire, ça nous fait beaucoup de bien.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • INSTITUT - L’effet waouh des zones côtières 21 avril 2021 18:16, par Laurent

    Nous y voilà donc enfin, à cet effet waouh. Je me disais bien que le titre m’était familier ! Prenez soin de vous avait accompagné mon confinement et remporté son petit succès critique dans divers groupes Whatsapp ; entre-temps j’avais découvert Je suis dans le data qui ne m’avait pas autant convaincu. J’ai donc hâte, en lisant ton point de vue enthousiaste, de savoir ce que ces gens nous réservent sur la longueur.

    repondre message

  • Florent Marchet - Garden Party

    Si aucun artiste n’oserait se définir comme ‘engagé’, ils sont nombreux à être concernés. Et la première chose à poser dans ce cas-là, c’est un constat. Ils sont nombreux par contre à relater leur quotidien, réel ou fantasmé. Florent Marchet est depuis toujours un observateur avisé et il prête sa voix à plein de contemporains. On ne parle pas d’état du monde cependant, c’est plutôt l’intime son terrain de jeu. Et pour les constats sociaux, allez plutôt regarder du côté de Frère Animal dont les deux (...)

  • Olivier Savaresse – l’Oiseau Bleu

    L’exotisme est une notion relative. Ce qui l’est pour nous ne l’est pas pour tous. Et puis après un moment, une destination exotique devient familière. Les références extérieures s’estompent donc avec ce quatrième album dont on vous parle. Exit donc les rapprochements avec Gainsbourg, les points de comparaison sont maintenant à aller chercher au sein de sa propre discographie. Parce qu’album après album, c’est un univers qu’Olivier Savaresse a développé.
    La sensation de voyage est toujours là et cette (...)

  • Marcia Higelin – Prince de Plomb (EP)

    La filiation en chanson française est un mal endémique presque équivalent à celui de la politique belge. Mais ce n’est pas le propos ici. Comme on est infichus de citer un titre de Jacques Higelin (son grand’ père), Arthur H. (son père) ou même Izia (sa tante ?), on est presque vierges à l’entame de ce premier EP de Marcia Higelin. Voyez ça comme un privilège de l’inculture.
    On est accueillis par un lit de cordes mais bien vite on se rend compte que c’est cette voix claire et forte qui est le point (...)

  • Edgär - Secret

    Quand les aspirations de deux membres d’un duo divergent, la séparation est souvent au bout. Mais ce n’est pas une fatalité, cette dualité peut aussi être une force. Dans le cas de Ronan et Antoine, cet entrechoquement est à la fois déroutant et stimulant. Tout comme l’emploi de l’anglais et du français au sein d’un même morceau. Même si musicalement, le ton ne change pas avec la langue, notre perception est différente. Appelez-ça un biais si vous voulez.
    On l’avoue, c’est voir ce lion et ce lapin danser (...)