Accueil > Musique > 2006 > Think About Life : Think about Life

Think About Life : Think about Life

lundi 28 août 2006, par Marc


Pour manger certains cakes quatre-quarts un peu trop riches, il faut que l’estomac soit dans de bonnes dispositions. Ca doit aussi être le cas pour vos oreilles au moment de vous lancer sur Think About Life. On essaie de faire un peu de tout ici, mais le plaisir le plus tordu est la contemplation des ovnis. En voilà un.

Ca ressemble à rien de précis et à des tas de choses à la fois. C’est en tous cas un joyeux bordel comme si de sales gamins avaient pénétré par effraction dans le studio de Stereolab pour faire subir les derniers outrages à la table de mixage. Ils ont gardé néanmoins du groupe de Laetitia Sadier le gimmick de deux notes de synthé pour lier un morceau. Ne vous êtes-vous jamais fait passer pour cinglé juste pour faire ce que vous vouliez ?

Le morceau In Her Hands est à cet égard un concassage en règle, complexe et surprenant. A côté, Clap Your Hands Say Yeah fait figure de premier de la classe de solfège avec raie gominée au milieu. Le tout apparaît quand même comme un peu confus. On les soupçonne même d’en rajouter un brin. Une sorte d’Architecture in Helsinki sans la fanfare. L’ombre d’Arcade Fire pointe même de temps en temps sur cet album. Certaines montées sur pas grand-chose, juste par pure démonstration de tripes, sont vraiment réussies (Serious Chords).

Ecouter le tout d’une traîte, surtout au début, nécessite des nerfs d’agent secret, malgré de petits répits comme Slow-Motion Slam Dunk From The Free-Throw Line. La faute sans doute à cette couche de synthé distordue et souvent mise en avant (Paul Cries, Commander Rilker’s Party). C’est donc susceptible de flanquer une tenace migraine, comme à celui qui a mis le premier album de Suicide au saut du lit. Le procédé est trop ténu pour marcher à tous les coups. Les morceaux incorporant plus de ruptures de rythme, plus de variation fonctionnent beaucoup mieux. Quand le tempo commence de façon plus posée et que la boîte à rythme s’emballe à mi-morceau et on a une réussite qui s’appelle Money. De même, le morceau Serious Chords dont on a déjà parlé qui attaque plus franchement, avec des sections à batterie seule culottées.

Le morceau caché pousse encore le tout plus loin : rythmique cheap, deux chants, un fait vraiment de cris et l’autre hyper mélodique. L’expérience se révèle un peu borderline mais assez réjouissante et festive. (M.)

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Plastikman and Chilly Gonzales - Consumed in Key

    Plaquer du piano sur un album électro semble une idée improbable. Mais repousser les limites de l’improbable semble une mission de tous les jours pour Chilly Gonzales. Il a ici jeté son dévolu sur un classique electro de Plastikman (un des prête-noms du génial Richie Hawtin) sorti en 1998 sous la houlette d’un troisième comparse canadien, Tiga.
    Si j’ai usé l’incunable Transitions, acte fondateur minimal, je n’ai jamais plongé plus avant mes explorations du maitre. Une erreur sans doute partiellement (...)

  • Kowari - Trail

    Kowari est le projet du violoniste Damien Chierici (Dan San, Yew) et du pianiste Louan Kempenaers (Piano Club, Aucklane) et propose un mélange de cordes et d’électronique. Oui, on a déjà entendu ça récemment chez d’autres duos comme Abraham Fogg ou MadSci. Mais le résultat est sensiblement différent ici et c’est une bonne chose, les comparaisons frontales ne sont jamais plaisantes.
    Tout d’abord, la force du duo belge est indéniablement mélodique. Quand ils ajoutent une trompette sur Daylight, on songe (...)

  • Glass Museum – Reflet

    Il est étonnant de constater à quel point un concept simple sur le papier (un piano et une batterie) peut se décliner. Le troisième album (si on inclut Deux) du duo belge Glass Museum montre qu’il est même possible de faire évoluer la formule. Leur style était déjà bien affirmé et on connaissait leur versant plus percussif, surtout si on considère le piano comme un instrument à cordes frappées. Ils avaient ensuite injecté un peu d’électronique au mélange pour un résultat toujours musclé. Les envies du (...)

  • MadSci – Ascension (EP)

    Mêler violon, guitare et les sons électroniques n’est pas une idée vraiment neuve mais on est souvent surpris par la variété et de la nouveauté des résultats. C’est encore le cas avec le second EP du duo montréalais MadSci. Leur nom vient du plaisir à tenter des choses avec le violon de David Piché et la guitare de Michaël Charrette. Il faut dire que les deux comparses ont déjà une belle expérience et ça se sent. Tous les morceaux enregistrés ici ont déjà été présentés sur scène.
    Sur le papier, on pourrait (...)

  • Destroyer - Labyrinthitis

    On ne se lassera pas de L’équilibre entre les découvertes continuelles (oui, envoyez plein de choses) et les retours réguliers d’artistes appréciés. Le premier volet s’auto-alimente presque miraculeusement, le second volet est déjà bien fourni cette année.
    Le rock s’est bâti sur un mythe de jeunesse et chaque vague qui est venu après les origines (Punk, grunge, indie...) a prolongé cet état d’esprit. Quand un rock ’adulte’ a émergé, appelé AOR, c’était aussi un repoussoir, une union contre nature qui il (...)

  • Spencer Krug - Fading Graffiti

    Un premier album solo de Spencer Krug sous son nom propre. C’est étrange que ce soit la première fois. Parce qu’on le connaît depuis longtemps, qu’on relaie la bonne parole du Canadien sous toutes ses incarnations avec Wolf Parade, Sunset Rubdown, Swan Lakeet Moonface, avec ou sans Siinai. Avec les concerts, ce sont 19 articles sur ce site. Bref, Spencer est une vieille et très chère connaissance.
    On est donc en terrain connu même si ce qu’on entend sur ce Fading Graffiti n’est pas identique à (...)

  • Islands - Islomania

    Peu de groupes ont su se forger une place privilégiée dans nos oreilles comme Islands. On a accroché tout de suite le wagon, dès leur premier album, sans connaître les Unicorns. Outre la bonne surprise de leur retour inespéré, il y a eu cette magie du bon album écouté au bon moment. Cet état de grâce n’a pas été constaté à chaque fois mais il a bien eu lieu.
    La formation canadienne a toujours su imposer une coloration à chaque album sans jamais se dénaturer, au point de pouvoir livrer simultanément deux (...)

  • Godspeed You ! Black Emperor - G_d’s Pee AT STATE’S END !

    Si vous êtes amateurs de whisky, ce sont le goût, le bouquet, le jeu des origines, et plein de choses qui définissent le plaisir. Mais la dégustation implique une légère brûlure de l’œsophage qui fait aussi partie de l’expérience. Si on arrivait à encapsuler tous ces goûts sans l’alcool, gageons que le succès ne serait pas le même. Tout comme le dernier Swans nous a moins marqués parce que l’aspect un peu terrifiant n’était pas là, un album de Godspeed qui terrifie moins se révèle moins gratifiant.
    Comme un (...)