Accueil > Musique > 2006 > Think About Life : Think about Life

Think About Life : Think about Life

lundi 28 août 2006, par Marc


Pour manger certains cakes quatre-quarts un peu trop riches, il faut que l’estomac soit dans de bonnes dispositions. Ca doit aussi être le cas pour vos oreilles au moment de vous lancer sur Think About Life. On essaie de faire un peu de tout ici, mais le plaisir le plus tordu est la contemplation des ovnis. En voilà un.

Ca ressemble à rien de précis et à des tas de choses à la fois. C’est en tous cas un joyeux bordel comme si de sales gamins avaient pénétré par effraction dans le studio de Stereolab pour faire subir les derniers outrages à la table de mixage. Ils ont gardé néanmoins du groupe de Laetitia Sadier le gimmick de deux notes de synthé pour lier un morceau. Ne vous êtes-vous jamais fait passer pour cinglé juste pour faire ce que vous vouliez ?

Le morceau In Her Hands est à cet égard un concassage en règle, complexe et surprenant. A côté, Clap Your Hands Say Yeah fait figure de premier de la classe de solfège avec raie gominée au milieu. Le tout apparaît quand même comme un peu confus. On les soupçonne même d’en rajouter un brin. Une sorte d’Architecture in Helsinki sans la fanfare. L’ombre d’Arcade Fire pointe même de temps en temps sur cet album. Certaines montées sur pas grand-chose, juste par pure démonstration de tripes, sont vraiment réussies (Serious Chords).

Ecouter le tout d’une traîte, surtout au début, nécessite des nerfs d’agent secret, malgré de petits répits comme Slow-Motion Slam Dunk From The Free-Throw Line. La faute sans doute à cette couche de synthé distordue et souvent mise en avant (Paul Cries, Commander Rilker’s Party). C’est donc susceptible de flanquer une tenace migraine, comme à celui qui a mis le premier album de Suicide au saut du lit. Le procédé est trop ténu pour marcher à tous les coups. Les morceaux incorporant plus de ruptures de rythme, plus de variation fonctionnent beaucoup mieux. Quand le tempo commence de façon plus posée et que la boîte à rythme s’emballe à mi-morceau et on a une réussite qui s’appelle Money. De même, le morceau Serious Chords dont on a déjà parlé qui attaque plus franchement, avec des sections à batterie seule culottées.

Le morceau caché pousse encore le tout plus loin : rythmique cheap, deux chants, un fait vraiment de cris et l’autre hyper mélodique. L’expérience se révèle un peu borderline mais assez réjouissante et festive. (M.)

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Fanfara Station - Boussadia

    Fanfara Station, c’est le multi-instrumentiste tunisien Marzouk Mejri, le trompettiste américain Charles Ferris, et le producteur/DJ italien Marco Dalmasso. Ensemble, ils tentent de mélanger l’énergie des rythmes et chants du Maghreb avec celle d’un dancefloor. Et ça marche parce que Nagran est un méchant groove rehaussé d’électronique. Mais sans tomber dans le gros beat qui tache. Une performance en soi, un résultat à haute dose énergétique.
    Cet album est majoritairement chanté en Arabe et outre la (...)

  • C’mon Tigre – Scenario

    On connaissait déjà la formation à l’étrange patronyme félin mais on a bizarrement attendu leur troisième album pour vous en parler, sans doute parce que l’équilibre atteint ici nous parle plus. Leur style s’inspire un peu du Jazz mais plus pour l’ampleur et la liberté, le résultat étant souvent ensoleillé.
    Par exemple, Supernatural avec ses soli déstructurés se présente comme point médian entre Portishead et Calexico. Cette dialectique entre soleil et plus de froideur baigne tout cet album et en fait le (...)

  • Giovanni Dal Monte - Anestetico

    Et si on parlait d’un double album de musique électronique largement improvisée ? On est aussi là pour tester des limites aussi, même si ce double album ne vous perdra surement pas. Giovanni Dal Monte a une grande expérience en musique de films (ceux de Bruce LaBruce par exemple), de documentaires et d’expositions d’art et nous propose ici deux volumes pour englober deux concepts, articuler deux arcs.
    Le premier volume fait la part belle au glitch, voire un peu de techno déviante (Komm Tanz Mit (...)

  • I Speak Machine – War

    Les albums ne sont pas toujours ce qu’on en attend. Le titre et la présentation évoquent une violence qu’on ne retrouve pas forcément. La plage titulaire correspond assez pourtant, avec une electro martiale mais pas trop, qui fait forcément usage de sons des années ‘80 mais avec une verve moderne. On peut la situer dans le sillage de choses qui nous ont plu comme Camilla Sparksss ou Jeanne Added. Mais ces deux-là avaient placé leur barre tellement haut qu’il est compliqué de surpasser (surtout pour (...)

  • Metric – Fromentera

    Il est troublant de noter le retour de Metric quelques semaines après celui de Stars. On associe mentalement les deux groupes de Toronto parce qu’ils sont contemporains, que les chanteuses ont toutes deux participé à des albums de Broken Social Scene et surtout parce qu’ils ne nous ont jamais vraiment déçus.
    On sait tout de suite qu’on ne le sera pas cette fois-ci non plus grâce à Doomscroller. Leur caractéristique, c’est la tension de toute façon et elle est bien là. Ajouter des beats sans tomber (...)

  • Spencer Krug - Twenty Twenty Twenty Twenty One

    Même s’il y a eu quelques années fastes, même Jean-Louis Murat ne se montre pas aussi productif que Spender Krug. Lui qu’on a croisé avec Wolf Parade, Sunset Rubdown, Swan Lake et Moonface avec ou sans Siinai officie depuis l’an passé aussi sous son propre nom. Fading Graffiti n’avait pas laissé un souvenir impérissable. Mais connaissant le bonhomme, on savait qu’il ne faudrait pas attendre longtemps pour qu’il nous revienne en meilleure forme. Et disons-le d’emblée, c’est le cas ici
    Sans doute que le (...)

  • Stars – From Capelton Hill

    On a toujours eu besoin de Stars. Que ce soit conscient ou non. Ce n’est pas un appel impérieux, non, mais chaque livraison nous fait replonger. Issus de la grande vague canadienne du début du millénaire, ils s’en distinguaient un peu en tempérant l’indie héroïque du temps par une pop rêveuse mais toujours directe.
    C’est quand ils chantent tous les deux qu’on a leurs moments les plus caractéristiques. Et on aime cette douceur, cette mélancolie qui enveloppe Back To The End, la très belle mélodie de (...)

  • Arcade Fire - WE

    On ne va pas refaire inlassablement le match mais il faut quand même rappeler que la suite des trois premiers albums qui se sont imposés comme des classiques a vu le super-groupe de Montréal produire un album copieux et inégal qui comportait ses fulgurances puis un exercice plus cohérent mais qui restera comme un point noir de leur discographie. Peu de morceaux surnagent d’Everything Now et la très Abba-esque plage titulaire est quand même loin des standards de ce qu’on a aimé chez eux. Ils (...)