Accueil > Musique > 2006 > Le Fils De Jack : Tout Le Monde Est Fatigué

Le Fils De Jack : Tout Le Monde Est Fatigué

mardi 29 août 2006, par Marc


Il faut peu de choses pour mettre un critique en joie. L’envoi d’un album de la part d’un groupe par exemple est un motif de satisfaction. Même si la chanson française est un peu le parent pauvre de ce site, on va s’attarder sur ce jeune groupe français.

Lancé par des premières parties de Mickey 3D notamment, Le Fils de Jack bourlingue en ce moment un peu partout dans l’hexagone. S’ils passent par notre plat pays, nous irons à leur rencontre. Tout d’abord, un groupe de Rock français qui ne sonne pas comme un groupe anglais ni comme Noir Désir, c’est suffisamment rare et intéressant pour être signalé.

Par contre, Mickey 3D reste une référence incontournable pour le côté rock de France. Mais si le registre musical est souvent fort proche (Les Bonnes Manières mènent à l’Ennui), il n’y a ni l’aspect ’le-monde-est-foutu-tout-est-atroce’ ni les inflexions vocales du droopy stéphanois et c’est pas dommage.

Pour la chanson française, la voix est une des composantes essentielles. Dans le cas qui nous occupe, elle est parfois affectée (Triste Romance), évoque aussi nettementBenjamin Biolay (frappant sur La Rage) ou encore paraît incongrue sur l’introduction de Je n’Irai Plus Au Bal puisque celle-ci ressemble nettement au Placebo du premier album éponyme.

C’est le balancement entre le premier et le second degré qui déconcerte aussi parfois d’un morceau à l’autre. De la rage rentrée digne de Miossec sur Trop Tard à l’ambiance barrée de Le Capitaine de Soirée (le Bob français ?) en passant par la comptine sortie du bestiaire de Dionysos, tout le spectre y passe, quitte à risquer de laisser dubitatif sur le morceau Les Filles Aux Ongles Carrés.

Difficile d’éviter les comparaisons, j’espère simplement qu’elles vous auront aidé à vous faire une idée et à vous encourager à ce frotter à cette descendance de Jack. Les figures tutélaires ne manquent pas et c’est souvent normal pour un premier album. L’avenir nous dira si l’émancipation est possible. Au vu de certaines particularités comme l’orgue qui est particulièrement bien employé sur la première partie de l’album et sachant qu’ils ont un talent d’interprétation certain, on attend la suite avec impatience. (M.)

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Benjamin Biolay - Saint-Clair

    Rester au sommet est, paraît-il, plus compliqué que de s’y hisser. Ne sachant rien du succès, on va croire le poncif sur parole. S’il en est un qui peut se targuer d’être au faîte de la chanson française c’est bien Benjamin Biolay. Et pour y rester, on va dire qu’il a décidé de jouer sur ses qualités.
    Comme sur l’excellent Grand-Prix, le début de cet album est percutant. Les Joues Roses et Rends L’Amour ! sont deux morceaux immédiats et plutôt irrésistibles, têtes de gondoles évidentes de ce Saint-Clair. (...)

  • Pomme – Consolation

    On sait qu’il peut être hasardeux de tenter de tirer trop d’informations d’une pochette mais le troisième album de Pomme tranche, avec une pose proche d’une installation qu’on devine plus proche d’une Roisin Murphy que de ses coreligionnaires de la chanson française. Il faut dire qu’après un premier album passé inaperçu et un peu renié, Les Failles l’ont placé dans le peloton de tête. Et puis il y a eu les victoires de la musique, un duo convaincant avec Aurora et ses duos avec Safia Nolin (sa femme depuis) (...)

  • Centredumonde – Il Danse Tout Seul Au Bord De La Piscine, Il Est (...)

    Au fond de l’inconnu pour trouver du nouveau !
    Telle était l’injonction de Charles Baudelaire à la fin de son Voyage. Mais si Centredumonde nous invite à plonger dans son inconnu à lui, il faut son ticket d’entrée, avoir apprécié les succulents EP récents et avoir commencé la descente dans la discographie par les premiers paliers dedémos. Alors oui, vous pouvez y aller, ça y est on y va. Parce qu’on s’enfance dans le plus obscur, le plus brut. Et c’est assez fascinant il faut le dire. A priori, pas de la (...)

  • Florent Marchet - Garden Party

    Si aucun artiste n’oserait se définir comme ‘engagé’, ils sont nombreux à être concernés. Et la première chose à poser dans ce cas-là, c’est un constat. Ils sont nombreux par contre à relater leur quotidien, réel ou fantasmé. Florent Marchet est depuis toujours un observateur avisé et il prête sa voix à plein de contemporains. On ne parle pas d’état du monde cependant, c’est plutôt l’intime son terrain de jeu. Et pour les constats sociaux, allez plutôt regarder du côté de Frère Animal dont les deux (...)