Accueil > Musique > 2006 > Cursive : Happy Hollow

Cursive : Happy Hollow

vendredi 29 décembre 2006, par Marc

Fantaisie Chez Les Ploucs


C’est la fin de l’année. Vu la quantité annuelle de critiques et sachant que 2007 démarrera bien vite, il est plus que temps de se pencher sur le résidu de nos listes de 2006. En plus des albums que je n’ai pas pu écouter en entier et de ceux trop clairement hors de mon champ de compétences, il y a ces albums déconcertants dont on reporte l’analyse pour se pencher en priorité sur ce qui nous est familier. C’est à cette catégorie qu’appartient Cursive parce que, autant ne pas laisser un suspense insoutenable, c’est un album riche et inspiré.

Cet album de Cursive relate avec un oeil amusé la vie dans une petite ville des Etats-Unis avec la rage d’en sortir qui va avec. Ce qui est bien, ce n’est pas un album lobotomisé de plus. Mais si vous le permettez, je vais remettre l’exégèse à plus tard et tenter de vous donner goût à cette musique. Car j’y ai pris goût moi-même. C’est qu’il me faut de temps en temps une petite couche de rock plus culotté, plus ample. Et là, il y a de quoi faire. Dès les premières secondes de cet album, les cuivres prennent possession de la scène. C’est forcément spectaculaire, c’est fait expressément pour en jeter un maximum. On reste forcément un peu estomaqués face à ce genre de stoner fait à l’aide de trompettes (Big Bang). Le chant pourrait être celui d’un quelconque groupe californien pour djeûns (les oho sur Dorothy At Forty). Mais ce n’est pas grave, la musique est trop subtile pour ça et ce côté pop rend le tout plus accessible. Sinon, on peut songer à une version teenager du plus sombre Angel Dust de Faith no More, voire carrément du Mars Volta mais en forcément plus aéré et fun.

Mais qu’on se rassure, il y a également plus de subtilité (Bad Sects, Into The Fold), voire de véritable groove (Flag And Familys) ou encore des incursons carrément jazzy (Retreat !). Une des constantes dans tous ces moreaux, c’est la permanente évolution, comme cette année chez Malajube par exemple. Ici aussi, il y a plus d’idées que de titres, même si certains thèmes réapparaissent de temps en temps, donnant un certain liant.

Voilà, la patience est une vertu qui prend tous son sens au contact de groupes comme Cursive. Puissance, variété et complexité sont les principales qualités de cet album. Allez, place à 2007 maintenant.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Of Montreal - Freewave Lucifer fck

    La carrière d’Of Montreal est un peu comme ses chansons et ses albums, faussement insaisissable mais qui permet de dégager des structures. On a ainsi oscillé entre un découpage forcené parfois captivant mais occasionnellement crevant et des albums solides et accrocheurs à la fois. Il faut dire que même après plus de quinze ans (et 10 albums relatés), on n’arrive toujours pas à anticiper les mouvements de Kevin Barnes et c’est très bien comme ça...
    Ce processus de consolidation et déconstruction (...)

  • Regina Spektor – Home, Before and After

    Il est parfois un peu dépréciatif de parler d’album de la maturité en matière de rock. On cache en effet sous ce terme le remplacement de l’énergie et de l’excitation des débuts par une forme plus fouillée et plus policée qui parle plus à l’esprit qu’au corps. Mais Régina Spektor ne fait pas exactement du rock et on notait sur tous ses albums des moments plus expérimentaux qui étaient un rien rudes pour nos petits nerfs, comme si elle devait montrer que tout ça n’était pas si sérieux. C’était à la marge, (...)

  • Perfume Genius – Ugly Season

    Les carrières musicales les plus passionnantes sont rarement linéaires. Mais elles ont toutes tendance à suivre la même direction : vers le haut. Depuis ses débuts, on n’a en tous cas à déplorer aucune baisse chez Mike Hadreas. Et ce n’est pas cette nouvelle évolution qui va inverser la tendance.
    Les musiques qui constituent cet album ont été à l’origine composées pour la pièce dansée The Sun Still Burns Here du studio Kate Wallich. Ce travail commissionné par le Seattle Theatre Group a connu des (...)

  • Andrew Bird – Inside Problems

    On avait laissé le grand Andrew Bird sur l’ironiquement nommé My Finest Work Yet qui se montrait finalement à la hauteur de ses prétentions. Tel un artisan, il polit son art album après album, et le temps semble son allié. Pas de dérapage en vue donc sur son onzième album studio solo.
    Surtout qu’il l’a enregistré avec quatre musiciens habituels et c’est peu dire qu’ils sont à leur affaire. Underlands est un morceau d’emblée attachant, avec ce groove blanc qu’il maitrise tellement. On entend surtout ici (...)