Accueil > Musique > 2007 > The Shins : Wincing The Night away

The Shins : Wincing The Night away

mercredi 24 janvier 2007, par Marc

Tant qu’on a l’efficacité...


"The Shins will change your life". C’est pas moi qui le dit, c’est le personnage joué par Nathalie Portman dans Garden State de et avec Zach Braff. Dans ce film, vite devenu culte parce qu’excellent et traitant d’un problème presque générationnel, on peut entendre New Slang des Shins, au casque dans une salle d’attente d’hôpital. Je vois renvoie au post-scriptum si vous avez envie de voir ou revoir la scène. Cette chanson est une de celles qui restent en tête, comme du Eliott Smith en moins plaintif. Mais bon, mon existence n’a pas pris un tour nouveau.

The Shins est un groupe de Portland qui est hébergé par un label de Seattle, Sub Pop (ce qui est dans le même coin). Cette maison de disques s’est rendue célèbre il y a une quinzaine d’années pour avoir hébergé Nirvana, Soundgarden et autres Mudhoney. Depuis, ils abritent des groupes plus divers comme The Walkabouts, The Album Leaf, Wolf Parade, CSS ou autres Bande Of Horses. Le troisième album des Shins est pour eux la plus grosse sortie de leur histoire, en termes de pressage de départ. C’est dire s’ils croient en ce Wincing The Night Away.

Et cet album commence fort bien. Le premier morceau est une introduction idéale, au crescendo intrigant qui débouche sur une explosion de guitare (enfin, tout est relatif, le grunge reste du passé). L’attention est captée, mission accomplie. Un des meilleurs morceaux, solide, est asséné dans la foulée (Australia). Une mélodie compliquée mais imparable, des arrangements solides, c’est fait pour marcher et ça marchera probablement. C’est ce qui frappe d’ailleurs d’entrée. Leur côté hésitant, qui créait immédiatement une connivence, a fait place à une confiance plus grande. Moins attachant peut-être mais redoutable.

La voix de tête à la fin du refrain de Phantom Limb est trop aigüe pour mon goût mais une fois encore, on n’est pas loin du sans-faute. On ajoutera Turn On Me aussi dans la liste des morceaux immédiats. Pour vous donner une idée, on navigue au niveau des mélodies dans les eaux de Trains To Brasil des Guillemots.

S’agit-il de l’album parfait dès lors ? Non, parce qu’il souffre d’une caractéristique presque inévitable dans un album plus léger : il y a un décalage entre l’excellence de certains titres qui deviennent des singles et le reste. On a un peu cet effet-là ici. On peut deviner les prochains singles. L’écoute de ce genre prend toute sa saveur par touches réduites, mais si l’envie vous vient de passer à l’album complet, vous ne serez pas déçus. Car en sus des morceaux mentionnés ci-dessus, le reste est au minimum sympathique (Girl Sailor), voire intéressant quand ils sortent de leur format de 3’40" (Sea legs). Il ne reste au final que quelques morceaux plus faibles, situés à la fin de l’album. A ce moment de l’écoute, la lassitude joue aussi.

Comme complément léger aux autres tyrannies sonores relatées par ailleurs, The Shins s’impose comme une valeur sûre. Ils ont peut-être perdu en âme ce qu’ils ont gagné en efficacité mais leur public est amené à s’étoffer avec ce Wincing The Night Away. Dans le genre pratiqué de la musique écoutable n’importe où et n’importe quand, c’est un de mes conseils du moment.

Article Ecrit par Marc

P.-S.

Dans le but de rentre intelligible le premier paragraphe, voici l’extrait du film dont il est question

http://www.youtube.com/watch?v=BZW4FoB5T6g

On vous donne même la version française au doublage pas formidable :

http://www.youtube.com/watch?v=N7SFzv99od0

Répondre à cet article

  • Midlake - For The Sake of the Bethel Woods

    Vous faisiez quoi il y a 9 ans, vous en étiez où ? C’est une question oratoire (même si une réponse dans les commentaires est possible). Forcément, si la plupart des membres de Midlake présents sur Antiphon sont encore là, les choses ont changé, nous aussi, eux aussi. Et ils ne sont pas restés inactifs, on se souvient avoir croisé Eric Pulido seul en tant qu’E.B. The Younger ou avec toute la bande et plein d’invités sur le très chouette projet BNQT.
    Bethel Woods, c’est l’endroit où a eu lieu le festival (...)

  • Emily Jane White – Alluvion

    Jusqu’à son excellent album précédent, c’est dans ces lointaines ressemblances que la toujours pertinente Emily Jane White puisait sa singularité. On les cite donc parce qu’on n’en fera pas l’économie : Bat For Lashes, Marissa Nadler, voire Lana Del Rey. Voilà, vous savez où vous mettez les oreilles. Mais maintenant, quand on se demande à quoi ça nous fait penser, c’est surtout aux très bons albums précédents de la Californienne. Parce qu’elle a toujours su tracer son propre chemin et elle fait maintenant (...)

  • Cloud Cult - Metamorphosis

    Le spectaculaire ne devient pompier que quand il est mal fait. C’est une leçon que connait bien Cloud Cult, la formation du Minnesota menée par Craig Minowa. On pense d’abord les retrouver dans une volonté plus intime avant que ce Metamorphosis prenne définitivement son envol.
    La voix est plus éraillée que jamais et il y a toujours une profondeur chez eux, un questionnement qu’on ne retrouve que peu ailleurs avec la même acuité. Le tout avec un violon qui vrille, une façon d’instiller l’émotion par (...)

  • Band of Horses - Things Are Great

    On s’est depuis longtemps habitués à ne pas rechercher chez des groupes le frisson de leurs débuts. Quand ceux-ci remontent à plus de quinze ans, c’est une nécessité. Pourtant, certains arrivent à garder leur attrait même si les raisons de notre attachement ont changé. Dit plus simplement, on n’attendait pas énormément de choses d’un nouvel album de Band of Horses.
    Warning Signs nous cueille donc à froid, on n’avait plus entendu de morceau aussi saignant de leur part depuis belle lurette. Depuis leur (...)