Accueil > Musique > 2007 > Joy Wants Eternity - You Who Pretend To Sleep

Joy Wants Eternity - You Who Pretend To Sleep

samedi 9 juin 2007, par Marc

La force du brouillard


Vous voulez de la découverte, du groupe-qu’on-n’en-parle-pas-ailleurs ? Vous allez être servis. Seattle regorge de groupes de post-rock, de math-rock et toutes ces joyeusetés. Parmi elles, celui qui m’a le plus tapé dans l’oreille c’est Joy Wants Eternity. C’est que je suis sorti fort impressioné de certains concerts (pas toujours, mais jamais déçu) qui se sont révélés de très rares expériences sonores.

Le line-up ne laisse pas de doute sur les intentions : un fender rhodes (orgue donc), trois guitares, une batterie. On n’est pas là pour faire de la musique de chambre ou du groove, non, on vient faire du bruit inspiré, construire des murs en guitare comme d’autres le font en lego. C’est d’ailleurs ce qui définit leur style, leur spécificité. Ils jouent plus sur les structures du son et les morceaux ne sont pas dirigés par la batterie (comme chez Battles par exemple) ou les arpèges lacrymaux (type Explosions In The Sky), même si les deux sont présents.

Après un EP plutôt confidentiel, ils passent à la vitesse supérieure avec leur premier album. Enfin, tout est relatif, il y a juste quatre minutes entre Must You Smash Your Ears Before You Learn To Listen With Your Eyes (moins les groupes chantent plus les titres sont longs) et ce You Who Pretended To Sleep. Existence Rust est une bonne introduction à leur style. Tempo lent mais batterie libre, progression d’accords mineurs, bruissements de guitare. C’est l’introduction la plus fidèle à un de leurs aspects.

Pour que l’album ne soit pas fastidieux, il y a des morceaux comportant des passages plus calmes comme Death is A Door That Opens ou What Lies Behind. Cette pause est située à la mi-album, ce qui est un choix judicieux et indispensable pour rester digeste. Ce qui suit n’en prend alors que plus de relief. Dès lors l’écoute d’une traite est envisageable et même recommandée puisque l’agencement des morceaux est pensé comme un tout.

Il faut quand même dire qu’on retrouvera quand même des arpèges de guitare (From Embrace To Embrace qui est plus planant et complet) et des installations d’ambiances plus classiques. Ce morceau est d’ailleurs un de ceux qui tient le mieux tout seul, qui a ses propres variations, ses propres ruptures et résolutions. On peut le dire aussi de Yet Onward We Marched et Uriel qui ajoute une petite touche de violon. Il y a une manifeste volonté d’aller vers encore plus de mélodie sur You Are The Vertical, You Are The Horizon qui est réussi mais apparaît comme moins personnel. La brute chute de guitare est un peu convenue. Mais dès le moment où ça marche on ne voit pas l’intérêt du reproche. Dans l’ensemble, cette musique qui s’apprécie mieux à volume élevé est très accessible. Pas de virtuosité ou d’angulosité, l’auditeur est clairement pris dans le sens du poil. Parce qu’il est plus facile à cerner et ne veut pas absolument rechercher le climax qui tue, le genre pratiqué par Joy Wants Eternity est plus à même de fédérer.

Alors qu’on pense avoir affaire à un énième groupe de série, Joy Wants Eternity se révèle plus addictif qu’initialement pensé. La réussite de ces impeccables murs de guitares est de laisser passer le sentiment à travers l’épaisseur du son. Le reste du temps, la recherche du climat et la bonne tenue mélodique de l’ensemble sont attachantes. Personnellement, c’est ma musique d’intérieur du moment.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Spelterini - Paréidolie

    Cet album du quatuor (dont deux membres de Chausse Trappe et de Papier Tigre) nommé d’après une funambule italienne est en fait un log morceau de 33 minutes. Cette lenteur, cette longueur sont le morceau. Il faut savoir se laisser happer, garder un peu de concentration pour que ça percole comme il faut. On entendra un long son qui monte pendant plusieurs minutes avant qu’une grosse caisse ne pointe le bout du nez. Et puis on vire vers un krautrock placide qui évidemment s’emballe un peu. Avec une (...)

  • L&S - When the Vowels Fall

    Anthony Laguerre et G.W. Sok sont parmi les artistes qu’on rencontre le plus en nos colonnes, ensemble (chez Filiamotsa ou Club Cactus) ou séparément, en tant qu’artiste solo, chez Piles, chez pour l’un, en tant qu’intervenant chez Oiseaux-Tempête, Unik Ubik, Baby Fire ou Coddiwomple pour l’autre. Cette fois, le batteur créatif et le vocaliste inspiré ont décidé de faire les choses ensemble du début à la fin, et de le faire en grand. Flanqués de Jean-Michel Pirès (The Married Monk, Bruit Noir), Eric (...)

  • Monolithe Noir – Rin

    Quand on a appris l’existence de Monolithe Noir à l’annonce de cet album, l’oreille a tout de suite été accrochée et les témoignages live qui existent ont franchement impressionné. La lecture des titres nous renverrait plutôt chez Yann Tiersen. Le clin d’œil mis à part, ce qu’a produit le Breton récemment n’est pas si éloigné et puis la Bretagne et ses paysages sont une source d’inspiration ici. On trouve ce qui nous avait attirés chez eux, ce dialogue permanent entre structure et textures et puis une vraie (...)

  • Russian Circles - Gnosis

    On ne s’en rendait pas vraiment compte, mais le gros son saignant de Russian Circles nous avait manqué. Si le post-rock s’exprime en des dizaines de sous-variétés, celle plus musclée du groupe de Chicago nous a toujours été chère. S’ils ont visiblement un peu changé leurs habitudes d’enregistrement sur leur huitième album, composant dans leur coin avant de mettre en commun, force est de constater que ça ne change pas radicalement la donne, et c’est très bien comme ça.
    En effet, les accords sont sombres, (...)