Accueil > Critiques > 2003

Avec Leo !

mardi 8 août 2006, par marc


S’il ne s’agit pas de l’idée la plus renversante de l’histoire de la musique enregistrée, l’idée d’albums d’hommage est souvent bonne. Pour deux raisons : la première est de rappeler à notre bon souvenir des titres souvent classiques ; la seconde de permettre à des groupes ou chanteurs moins connus de s’exprimer auprès de chevronnés. Donc ici, c’est dans l’immense répertoire de Léo Ferré qu’on plonge. D’abord, je dois avouer qu’à de rares exceptions près je le connais mal, sans doute parce qu’il a été soumis plus que d’autres (Brel, Brassens) aux outrages du temps. Se côtoient donc des chansons plus faibles que d’autres, sans doute à cause d’un choix parfois plus pointu ou kitsch (Le conditionel de variétés défendu par Eiffel, La solitude par Tue-Loup ou encore L’été 68 par Katerine).

Mais les réussites sont plus qu’émouvantes, avec en tête La mémoire et la mer de Lavilliers et l’inévitable Des Armes qui figure sur le dernier (sans doute) Noir Désir. Le Jolie Môme par Jacques Higelin humilie tout simplement la version atroce qu’en avait faite Florent Pagny.
La personnalité de certains artistes est telle qu’elle donne une nouvelle dimension à certains titres trop souvent entendus pour être traités à l’identique. c’est ce que réussit Alain Bashung sur Avec le temps.

Le reste est parfois un rien trop académique pour mériter l’enthousiasme. Miossec, Dominique A et Les Hurleurs s’en sortent ainsi bien mais sans se mettre en danger.

Reste, comme sur l’album d’hommage à Brassens, des groupes prennent une mesure qu’ils n’ont pas toujours avec leurs propres compositions. Dans le cas qui nous occupe, c’est Dionysos qui se transfigure le temps d’un Thank You Satan.
Un album un peu hétérogène donc mais c’est finalement la loi du genre. (M.)

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Sylvain Fesson - Origami

    La recherche de l’inouï est un des nombreux carburants de cet étrange hobby de critique musicale. Cette épithète n’est d’ailleurs pas à prendre dans l’acception de sensationnel mais de jamais entendu. Ou du moins pas comme ça. Et c’est précisément ce qu’offre cet album de Sylvain Fesson. Et c’est pourquoi on fait une exception nécessaire à l’habitude de ne critiquer que l’actualité. Parce qu’il serait (...)

  • Asia – Le Temps d’Aller Mieux (EP)

    A l’époque d’un premier album aux teintes folk en anglais qui nous avait beaucoup plu, quelques morceaux sortis discrètement (ou pas officiellement) avaient ouvert la voie vers la langue maternelle de la jeune Bruxelloise. On en avait brièvement parléd’ailleurs, manifestant une curiosité certaine. Le résultat est maintenant là, et on peut déjà dire qu’il plait aussi.
    Comme souvent, le changement de (...)

  • Trotski Nautique - Le Meilleur de A-Bas

    En musique, il est courant que les mots changent de sens. ’Pop’ ne signifie plus la même chose aujourd’hui qu’il y a 50 ans. Pareil pour ’alternatif’ qui a fameusement dévissé depuis les années ’80. Dans la démarche, ce qu’on entend chez Trotski Nautique (formidable nom...) est à placer dans cette filiation, même si les guitares maladroites ne sont pas de sortie.
    Sur le papier, c’est proposé (peu (...)

  • Françoiz Breut – Vif !

    Reconnaissable entre toutes, la voix de Françoiz Breut continue à nous faire voyager. Elle est tellement particulière et familière à la fois qu’elle peut s’accomoder de bien des contextes. On avait apprécié les atours plus synthétiques du Flux Flou de la Foule et cet album-ci se place dans cette lignée. Il faut dire que c’est la même équipe qui l’entoure, à savoir le claviériste Marc Mélia, le guitariste (...)