Accueil > Critiques > 2007

Moriarty - Gee Whiz but this is a lonesome town

vendredi 4 janvier 2008, par marc

Hors du temps mais pas vraiment


Encore un ovni musical. Enfin, soyons juste, il n’y a rien qui puisse immédiatement dérouter chez Moriarty (le méchant dans les romans de Conan Doyle) en première analyse. C’est quand la variété est révélée, que les subtilités se révèlent qu’on peut appréhender le côté inclassable de ce country-folk qui use des clichés pour mieux s’en jouer. Avec réussite comme nous allons le voir.

Moriarty repose sur un line-up franco-américano-canadien à ce que j’en ai compris, vu qu’ils pratiquent le brouillage de pistes volontaire. C’est sans doute pour ne pas polluer par des considérations biographiques réelles la cohérence de la démarche. Ce qui frappe d’emblée, c’est la très belle voix de Rosemary, pouvant faire passer avec subtilité toute la diversité des ambiances distillées, de la balade faussement gentille (le très réussi Private Lily) au plus inquiétant et tout autant réussi bastringue d’Animals Can’t Laugh (And you’re animal too/Sorry for you y est-il dit).

Dans le détournement des clichés musicaux du sud des États-Unis (voire d’une certaine tradition folk européenne), on pense à Woven Hand mais plus dans l’intransigeance de la démarche que dans le résultat, moins halluciné. Autre point commun, une sensation d’intemporalité qui se dégage. Même s’il faut nuancer la remarque par l’intrusion d’éléments (sushis, pizzas, M16) qui ancrent ces histoires dans notre quotidien. Mais du reste n’est-ce pas une caractéristique historique du folk ?

Evidemment, certains titres paraissent assez classiques (Motel) dans le registre blues mais comme c’est impeccablement exécuté on n’y voit aucun inconvénient. Moins classique est la percussion à la valise qu’ils revendiquent (une machine à écrire fait l’affaire sur Jaywalker). Je ne laisserai de toute façon pas passer l’occasion de vérifier ça. Un univers pareil doit sans doute prendre toute sa saveur en concert si vous voulez mon avis.

On est parfois proche du pantomime (LovelinessE) et c’est cet amour de la performance qui les distingue. On sent qu’on est là pour plus qu’un banal enchaînement de chansons. Mais pas de bonne musique sans l’intensité. Et ils savent comment l’installer. Par exemple en insérant une rampe de lancement instrumentale au très langoureux Cottonflower où la voix montre encore sa capacité à évoluer dans plusieurs registres. Mais aussi en reposant sur des mélodies vraiment faciles comme Fireday. Une petite guitare, une voix, et ce n’est pas minimaliste, juste suffisant

Semblable à de l’américana haut de gamme en première écoute, Moriarty distille au fur et à mesure de la connivence un réel esprit, renforçant les qualités individuelles des chansons. Ils intéressent dès la première écoute mais il faut leur laisser la chance de montrer tout leur potentiel qui se situe au-delà du classicisme de façade.

Pour vous faire une idée, il y a leur Espace et un post sur Radiolibre.be

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Bélier Mérinos - Triste mais en tout temps joyeux

    On en a connu, des noms d’animaux. Etrange à dire sans doute, mais le nom derrière lequel se cache Geoffroy Pacot correspond plutôt à la musique, fondamentalement champêtre mais dénuée de pittoresque.
    Traduire un paysage en musique est sans doute une des entreprises les plus compliquées qui soient mais ce genre de post-rock bucolique y arrive, avec ce qu’il faut de field recordings et d’arpèges (...)

  • Villagers – That Golden Time

    Villagers, c’est quinze ans d’intense délicatesse. Le projet presque solo de Conor O’Brien nous a depuis longtemps habitués à osciller entre une vraie délicatesse et plus d’ampleur. Celui-ci est franchement évanescent en première écoute, d’ailleurs j’étais un peu passé à côté pour être honnête. Il peut se faire plus lyrique, on le sait.
    Mais même sur Truly Alone, la subtilité est là, avec son petit clavier (...)

  • Binidu - //

    Si on avait croisé le chemin de Vincent Dupas quand il officiait en tant que My Name Is Nobody, on était passés à côté de ce projet qu’il partage avec Jean Baptiste Geoffroy et Jérôme Vassereau (ils sont aussi tous membres de Pneu). Le troisième album en onze sera donc l’occasion de faire la découverte.
    On sent dès le début de We Grew Apart que le morceau ne restera pas aussi désolé et de fait une (...)

  • Dan San - Suite

    On se doutait bien à l’écoute de l’excellent Grand Salon que l’évolution de Dan San n’était pas temporaire. En clair, ils ont un plan. Rappelons que pour les autres envies, les membres font aussi partie de formations comme The Feather, Pale Grey ou Condore. Donc, quand ils reviennent au camp de base, c’est pour se donner les moyens de converger ensemble vers un style identifiable. La mise en son est (...)