Accueil > Musique > 2007 > Moriarty - Gee Whiz but this is a lonesome town

Moriarty - Gee Whiz but this is a lonesome town

vendredi 4 janvier 2008, par Marc

Hors du temps mais pas vraiment


Encore un ovni musical. Enfin, soyons juste, il n’y a rien qui puisse immédiatement dérouter chez Moriarty (le méchant dans les romans de Conan Doyle) en première analyse. C’est quand la variété est révélée, que les subtilités se révèlent qu’on peut appréhender le côté inclassable de ce country-folk qui use des clichés pour mieux s’en jouer. Avec réussite comme nous allons le voir.

Moriarty repose sur un line-up franco-américano-canadien à ce que j’en ai compris, vu qu’ils pratiquent le brouillage de pistes volontaire. C’est sans doute pour ne pas polluer par des considérations biographiques réelles la cohérence de la démarche. Ce qui frappe d’emblée, c’est la très belle voix de Rosemary, pouvant faire passer avec subtilité toute la diversité des ambiances distillées, de la balade faussement gentille (le très réussi Private Lily) au plus inquiétant et tout autant réussi bastringue d’Animals Can’t Laugh (And you’re animal too/Sorry for you y est-il dit).

Dans le détournement des clichés musicaux du sud des États-Unis (voire d’une certaine tradition folk européenne), on pense à Woven Hand mais plus dans l’intransigeance de la démarche que dans le résultat, moins halluciné. Autre point commun, une sensation d’intemporalité qui se dégage. Même s’il faut nuancer la remarque par l’intrusion d’éléments (sushis, pizzas, M16) qui ancrent ces histoires dans notre quotidien. Mais du reste n’est-ce pas une caractéristique historique du folk ?

Evidemment, certains titres paraissent assez classiques (Motel) dans le registre blues mais comme c’est impeccablement exécuté on n’y voit aucun inconvénient. Moins classique est la percussion à la valise qu’ils revendiquent (une machine à écrire fait l’affaire sur Jaywalker). Je ne laisserai de toute façon pas passer l’occasion de vérifier ça. Un univers pareil doit sans doute prendre toute sa saveur en concert si vous voulez mon avis.

On est parfois proche du pantomime (LovelinessE) et c’est cet amour de la performance qui les distingue. On sent qu’on est là pour plus qu’un banal enchaînement de chansons. Mais pas de bonne musique sans l’intensité. Et ils savent comment l’installer. Par exemple en insérant une rampe de lancement instrumentale au très langoureux Cottonflower où la voix montre encore sa capacité à évoluer dans plusieurs registres. Mais aussi en reposant sur des mélodies vraiment faciles comme Fireday. Une petite guitare, une voix, et ce n’est pas minimaliste, juste suffisant

Semblable à de l’américana haut de gamme en première écoute, Moriarty distille au fur et à mesure de la connivence un réel esprit, renforçant les qualités individuelles des chansons. Ils intéressent dès la première écoute mais il faut leur laisser la chance de montrer tout leur potentiel qui se situe au-delà du classicisme de façade.

Pour vous faire une idée, il y a leur Espace et un post sur Radiolibre.be

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Pollyanna - Man Time (EP)

    Elle est bien vivante, la scène folk française et on en veut pour preuve cette découverte de la Lilloise Isabelle Casier sous le nom de Pollyanna. C’est d’autant plus réussi que l’origine hexagonale est indétectable. Et comme souvent, on déborde du cadre du folk traditionnel et c’est bienvenu.
    On remarque tout de suite cette voix claire qui suit tous les traitements musicaux. Parce que de folk, il n’en est pas directement question. Par exemple, Diamond Rings sort clairement des clous du camp de base (...)

  • Will Sheff - Nothing Special

    On peut toujours se demander ce qui pousse des artistes a priori seuls maitres à bord de leur formation à vouloir se lancer dans l’exercice solo. On sait depuis toujours qu’Okkervil River, c’est Will Sheff et les musiciens avec qui il a envie de travailler. Lui qui avait annoncé Okkervil River R.I.P. sur l’album Away (qui du reste n’est pas le dernier) semble maintenant faire de cette déclaration une réalité.
    Envie de se frotter à des sujets plus personnels, envie de nouveauté en accord avec une (...)

  • June Road - Landscapes (EP)

    Moins hégémonique que dans un passé récent, la formule du duo mixte a toujours ses adeptes dans le genre folk-pop. Dans le cas qui nous occupe, le pédigrée des deux intervenants apportait aussi de belles garanties. Elle, Maia Frankowski est Belge et violoniste à l’Orchestre du Théâtre Royal de la Monnaie, lui, Harry Pane est Anglais, compositeur, et rencontre un certain succès sur la scène folk britannique (dixit le dossier de presse qu’on croit).
    On pense peut-être parfois à Cocoon mais ils ne (...)

  • Ottus – Ghost Travellers

    l faut toujours laisser le temps aux albums de révéler tous leurs secrets, parce que la profondeur n’est pas toujours tangible en première écoute. Sur le premier opus du groupe liégeois Ottus, c’est le côté folk-pop et les harmonies vocales qui plaisent le plus vite et le plus facilement. Certes Run Away propose déjà une belle ampleur mais cette façon peut aussi se décliner en mode plus léger, voire évanescent (The Old Skills) ou se rehausser de chœurs enfantins (Living Stone).
    Mais ils élargissent leur (...)