Accueil > Musique > 2008 > Booka Shade - The Sun & The Neon Light

Booka Shade - The Sun & The Neon Light

lundi 30 juin 2008, par Seb

De l’authentique et de l’artificiel…


Non content de tenir les rênes d’un des labels les plus en vue depuis quelques temps déjà, Get Physical, les Berlinois proposent the Sun and the Neon Light qui est une petite bouffée d’air frais, teintée d’une prise de risque calculée.

Après être devenu célèbre grâce à des hits imparables tels que Mandarine Girl ou Body Language ou encore Night Falls. le duo semble vouloir tourner la page. L’album n’est en effet pas destiné uniquement aux dancefloors et rassemble également des morceaux très atmosphériques composés aux détours des tournées, capturant ainsi l’état d’esprit du moment. C’est d’ailleurs peut-être la faiblesse et la force de l’album, il n’y a pas réellement de fil rouge et chaque morceau est une petite surprise en soi. Il y a un manque de cohésion sur l’ensemble qui rend l’album difficile à digérer d’un trait surtout à la première écoute. C’est un peu comme une balade qui changerait de direction à tous les coins de rue. Tout l’album bénéficie cependant d’arrangements très soignés. Une vraie passion de la recherche des sons se fait ressentir tout en conservant une très grande accessibilité (Planetary ou Comacabana).

Ce choix est peut-être partagé par les auteurs car ils proposent une version club mixée de leurs nouveaux morceaux dans une édition double CD limitée que je conseille aux nostalgiques des live de la tournée du précédent album Movements . Cette version est une très bonne mise en bouche si vous craignez le déluge d’idées éclairées.

Du soleil et des néons, de l’authentique et de l’artificiel… le parallèle peut s’expliquer par l’utilisation de synthétiseurs d’un côté et de réel instruments de l’autre. Waklter et Arno se sont même payer le luxe d’enregistrer un réel orchestre composé de violons sur Outskirts. Le résultat est du plus bel effet, surtout pour ce genre d’instrument dont le passage au digital lisse en général toutes les nuances. Des samples de guitare folk viennent égayer Dusty Boots. Les cordes viennent ensuite au renfort de morceaux largement plus ambient comme Solo City ou Sweet Lies. Les ambiances veloutées de Air ne sont pas loin, le côté arpège en moins.

Les morceaux bien dansants et aux mélodies catchy ne sont pas oubliés avec Charlotte ou Control Me qui sera un hit dans toutes les boîtes branchouilles où aiment se dandiner les mistinguettes à l’air désinvolte.

Bref un album qui oscille entre plusieurs horizons avec succès et qui démontent que le statut actuel du groupe et du label n’est pas usurpé.

Trailer officiel de l’album

Article Ecrit par Seb

Répondre à cet article

  • Fanfara Station - Boussadia

    Fanfara Station, c’est le multi-instrumentiste tunisien Marzouk Mejri, le trompettiste américain Charles Ferris, et le producteur/DJ italien Marco Dalmasso. Ensemble, ils tentent de mélanger l’énergie des rythmes et chants du Maghreb avec celle d’un dancefloor. Et ça marche parce que Nagran est un méchant groove rehaussé d’électronique. Mais sans tomber dans le gros beat qui tache. Une performance en soi, un résultat à haute dose énergétique.
    Cet album est majoritairement chanté en Arabe et outre la (...)

  • C’mon Tigre – Scenario

    On connaissait déjà la formation à l’étrange patronyme félin mais on a bizarrement attendu leur troisième album pour vous en parler, sans doute parce que l’équilibre atteint ici nous parle plus. Leur style s’inspire un peu du Jazz mais plus pour l’ampleur et la liberté, le résultat étant souvent ensoleillé.
    Par exemple, Supernatural avec ses soli déstructurés se présente comme point médian entre Portishead et Calexico. Cette dialectique entre soleil et plus de froideur baigne tout cet album et en fait le (...)

  • Giovanni Dal Monte - Anestetico

    Et si on parlait d’un double album de musique électronique largement improvisée ? On est aussi là pour tester des limites aussi, même si ce double album ne vous perdra surement pas. Giovanni Dal Monte a une grande expérience en musique de films (ceux de Bruce LaBruce par exemple), de documentaires et d’expositions d’art et nous propose ici deux volumes pour englober deux concepts, articuler deux arcs.
    Le premier volume fait la part belle au glitch, voire un peu de techno déviante (Komm Tanz Mit (...)

  • I Speak Machine – War

    Les albums ne sont pas toujours ce qu’on en attend. Le titre et la présentation évoquent une violence qu’on ne retrouve pas forcément. La plage titulaire correspond assez pourtant, avec une electro martiale mais pas trop, qui fait forcément usage de sons des années ‘80 mais avec une verve moderne. On peut la situer dans le sillage de choses qui nous ont plu comme Camilla Sparksss ou Jeanne Added. Mais ces deux-là avaient placé leur barre tellement haut qu’il est compliqué de surpasser (surtout pour (...)