Accueil > Musique > 2008 > Gaiser - Blank Fade

Gaiser - Blank Fade

lundi 17 novembre 2008, par Seb

Accessible comme une trappe de grenier sans échelle.


Composé durant les dix semaines de silence organisé lors du 10e anniversaire de M_nus, Gaiser sort Blank Fade. D’emblée de jeu, on se rend vite que cet album ne propulsera pas le genre minimal au rang de mouvement fédérateur comme Justice a pu le faire. Ce n’est peut-être pas plus mal : oui et non... La minimale est un genre passionnant pour qui veut bien prendre le temps de s’y attarder car c’est tout sauf de l’easy-listening. Ayant été conquis il y a quelques temps déjà par le splendide Transitions de Richie Hawtin (père du label), je me lance dans cet univers en espérant y trouver une autre perle du label. Je vais vite déchanter.

L’introduction est lente et pose les bases d’un univers très fermé et froid. Cette cohérence sonore sera respectée tout au long de l’album, c’est un parti-pris. A cet instant, se pose encore une fois la question de la nécessité de faire un album en musique électronique. En effet, le format s’y prête mal et les versions kilométriques aux évolutions plus que sommaires plonge l’auditeur dans un ennui certain. Une version mixée aurait eu plus de sens ou de chance de succès. Les écoutes successives ne changeront malheureusement pas mon avis.

Côté texture sonore, l’ambiance est assez spéciale. Ce n’est pas du « clic and glitch ». Des sons projetés ça et là dans des réverbérations ponctuent des rythmiques basiques et invariantes. Le tout soutenu par une infra-bass bien sourde. Rien de vraiment neuf en fait. Les sons sont certes travaillés mais le résultat est décevant. C’est clairement l’aridité qui domine et si néanmoins vous appréciez, je vous conseille vivement les productions du label Raster-Noton, nettement plus abouties.

C’est peu comme si vous voyagiez au cœur d’un énorme monstre mi-organique/mi-électronique. Suivant son humeur, le morceau sera plus ou moins lent ou rythmé sans jamais évoquer la moindre chaleur humaine. On se sent toujours spectateur et à l’écart de l’ambiance. D’où vient-il ? qu’est-ce qu’il veut nous dire et où veut-il en venir ? Seul Gaiser le sait...

Un album décevant qui ne révolutionnera pas la minimale et qui est a réservé aux ultra puristes du genre.

Article Ecrit par Seb

Répondre à cet article

  • Bitter Moon & After 5:08 – Berlin Kinder

    On vous avait dit en son temps à quel point on appréciait l’electro un peu vintage du duo suisse Bitter Moon. On dirait que le duo After 5:08 (Aloys Christinat et Matthew Franklin) qui les accompagne est dans un mood plus ambient. La répartition des rôles n’est pas précisée mais on se doute que les plages plus apaisées (on peut même y entendre des bruits d’eau) leur sont attribuables.
    La voix de Simone Bernadoni est douce, pas trop éloignée de celle de Laetitia Sadier et excelle dans ce registre (...)

  • Tyto - 未来 MIRAI

    Si Beppe Scardino, le multi-instrumentiste à la manœuvre ici est visiblement une figure courante de la scène jazz péninsulaire, ce premier album en tant que Tyto n’est vraiment jazz pour autant. Tout au plus peut-on dire que la relative complexité et densité montre un savoir-faire assez étendu. On peut en trouver des traces, notamment dans les climats tortueux de Minore.
    Mais Scardino est aussi membre de C’mon Tigre qui avait déjà tenté et réussi de grands écarts et on retrouve ce bel éclectisme (...)

  • Tachycardie – Nouvelles et Anciennes Pratiques de Cartographie (...)

    En photographie, la macro est un peu à part et permet souvent de déterminer des structures abstraites à partir de choses bien réelles, simplement par la magie du changement d’échelle. Si certains artistes ont appliqué ce principe à la musique via le microsampling (The Field notamment), d’autres utilisent le field recording, touchant à ce qu’on appelle la musique concrète. C’est cette dernière voie qui est explorée ici par le batteur et percussionniste Jean-Baptiste Geoffroy (aussi membre de formations au (...)

  • Niton – Cemento 3D

    Encore un disque d’expérimentations électroacoustiques et encore une fois, une plongée étrange qui intrigue mais n’irrite jamais. Quand deux musiciens italiens, Luca Xelius Martegani et El Toxyque, flanqués du violoncelliste suisse Zeno Gabaglio se réunissent à l’occasion d’une ‘jam drone’ (chacun a sa façon de se détendre), le résultat leur plait tellement que Niton se forme dans la foulée.
    Une version de cet album basé sur des enregistrements glanés au long de 5 années de créations est déjà sortie l’an (...)