Accueil > Musique > 2008 > Gaiser - Blank Fade

Gaiser - Blank Fade

lundi 17 novembre 2008, par Seb

Accessible comme une trappe de grenier sans échelle.


Composé durant les dix semaines de silence organisé lors du 10e anniversaire de M_nus, Gaiser sort Blank Fade. D’emblée de jeu, on se rend vite que cet album ne propulsera pas le genre minimal au rang de mouvement fédérateur comme Justice a pu le faire. Ce n’est peut-être pas plus mal : oui et non... La minimale est un genre passionnant pour qui veut bien prendre le temps de s’y attarder car c’est tout sauf de l’easy-listening. Ayant été conquis il y a quelques temps déjà par le splendide Transitions de Richie Hawtin (père du label), je me lance dans cet univers en espérant y trouver une autre perle du label. Je vais vite déchanter.

L’introduction est lente et pose les bases d’un univers très fermé et froid. Cette cohérence sonore sera respectée tout au long de l’album, c’est un parti-pris. A cet instant, se pose encore une fois la question de la nécessité de faire un album en musique électronique. En effet, le format s’y prête mal et les versions kilométriques aux évolutions plus que sommaires plonge l’auditeur dans un ennui certain. Une version mixée aurait eu plus de sens ou de chance de succès. Les écoutes successives ne changeront malheureusement pas mon avis.

Côté texture sonore, l’ambiance est assez spéciale. Ce n’est pas du « clic and glitch ». Des sons projetés ça et là dans des réverbérations ponctuent des rythmiques basiques et invariantes. Le tout soutenu par une infra-bass bien sourde. Rien de vraiment neuf en fait. Les sons sont certes travaillés mais le résultat est décevant. C’est clairement l’aridité qui domine et si néanmoins vous appréciez, je vous conseille vivement les productions du label Raster-Noton, nettement plus abouties.

C’est peu comme si vous voyagiez au cœur d’un énorme monstre mi-organique/mi-électronique. Suivant son humeur, le morceau sera plus ou moins lent ou rythmé sans jamais évoquer la moindre chaleur humaine. On se sent toujours spectateur et à l’écart de l’ambiance. D’où vient-il ? qu’est-ce qu’il veut nous dire et où veut-il en venir ? Seul Gaiser le sait...

Un album décevant qui ne révolutionnera pas la minimale et qui est a réservé aux ultra puristes du genre.

Article Ecrit par Seb

Répondre à cet article

  • Plastikman and Chilly Gonzales - Consumed in Key

    Plaquer du piano sur un album électro semble une idée improbable. Mais repousser les limites de l’improbable semble une mission de tous les jours pour Chilly Gonzales. Il a ici jeté son dévolu sur un classique electro de Plastikman (un des prête-noms du génial Richie Hawtin) sorti en 1998 sous la houlette d’un troisième comparse canadien, Tiga.
    Si j’ai usé l’incunable Transitions, acte fondateur minimal, je n’ai jamais plongé plus avant mes explorations du maitre. Une erreur sans doute partiellement (...)

  • Kowari - Trail

    Kowari est le projet du violoniste Damien Chierici (Dan San, Yew) et du pianiste Louan Kempenaers (Piano Club, Aucklane) et propose un mélange de cordes et d’électronique. Oui, on a déjà entendu ça récemment chez d’autres duos comme Abraham Fogg ou MadSci. Mais le résultat est sensiblement différent ici et c’est une bonne chose, les comparaisons frontales ne sont jamais plaisantes.
    Tout d’abord, la force du duo belge est indéniablement mélodique. Quand ils ajoutent une trompette sur Daylight, on songe (...)

  • Glass Museum – Reflet

    Il est étonnant de constater à quel point un concept simple sur le papier (un piano et une batterie) peut se décliner. Le troisième album (si on inclut Deux) du duo belge Glass Museum montre qu’il est même possible de faire évoluer la formule. Leur style était déjà bien affirmé et on connaissait leur versant plus percussif, surtout si on considère le piano comme un instrument à cordes frappées. Ils avaient ensuite injecté un peu d’électronique au mélange pour un résultat toujours musclé. Les envies du (...)

  • MadSci – Ascension (EP)

    Mêler violon, guitare et les sons électroniques n’est pas une idée vraiment neuve mais on est souvent surpris par la variété et de la nouveauté des résultats. C’est encore le cas avec le second EP du duo montréalais MadSci. Leur nom vient du plaisir à tenter des choses avec le violon de David Piché et la guitare de Michaël Charrette. Il faut dire que les deux comparses ont déjà une belle expérience et ça se sent. Tous les morceaux enregistrés ici ont déjà été présentés sur scène.
    Sur le papier, on pourrait (...)