Accueil > Musique > 2009 > Maxïmo Park - Quicken The Heart

Maxïmo Park - Quicken The Heart

lundi 18 mai 2009, par Fred, Marc

Simulation de podcast


(Et si on faisait un podcast ou une webradio avec nos chroniques, ça ressemblerait à quoi ? A ça probablement)

Fred : "Et maintenant, on va parler du dernier Maxïmo Park !"

Marc : "Oui, On ne vous le cachera pas. Quand on a eu digéré le premier album de Maxïmo Park (aprèscette critique cependant), et qu’on les a vus au Pukkelpop pour une prestation hantée, on pensait tenir le haut du panier du pop-rock anglais revivaliste mais pas trop. Le second album avait certes réduit le spectre d’influences et de possibilités, mais l’énergie rock associée à une finesse d’écriture maintenait le cap. Autant casser un éventuel suspense, le cap s’est un peu perdu depuis."

F : "C’est mon impression aussi : On ne retrouve que trop rarement les lignes de guitares claquantes et brillantes caractéristiques des deux premiers albums. Tout ça a été gommé, et le champ musical est monopolisé par des claviers sans réelle conviction.

On pourrait se demander si Duncan Lloyd n’a pas été trop occupé par son album solo pour participer à l’écriture. Il aurait dès lors perdu cette place prédominate qui était la sienne dans le son du groupe... Ou alors, simplement, il a perdu son modjo... Car tout ce qu’on trouve ici pâlit à la comparaison d’un Sign and Signal, d’un Apply some pressure..."

M :" Si on regarde en détails, ils essaient bien de réinjecter un peu de rugosité post-punk sur The Penultimate Clinch, surtout dans les introductions, mais les nappes de synthé cassent un peu l’effet.
Et si c’était juste un problème de mixage ?"

F :" Ca pourrait en effet. Le single Wraithlike était pourtant d’assez bonne augure bien que manquant du punch nécessaire à une quelconque carrière radiophonique. En soi, il évolue bien harmoniquement. Enfin, il évolue comme un morceau de 2:30 peu le faire..."

M :" Au niveau du style, on a parfois l’impression qu’au sein d’un même morceau comme The Kids Are Sick Again, ils hésitent entre plusieurs options sans franchement en choisir une. Rock carré, atmosphérique, lyrique, post-punk ? Ce mélange pourrait prendre avec un minimum de cohérence, mais ne pas oser faire le mauvais choix amène à ne pas faire de choix du tout.

F : "Sur ce morceau, on voit où ils veulent en venir harmoniquement, mais ça manque de naturel, c’est trop étriqué pour marcher. L’idée est certes là, mais la concrétisation parait défaillante."

M : "Les moments où ils arrivent à insuffler un brin de mélancolie sont toujours plus intéressants (Let’s Get Clinical) mais le surcroit de synthés les dessert encore un peu. "

F : "De même sur I haven’t seen her in ages qui aurait gagné à plus de sobriété."

M : "On peut penser à leurs coreligionnaires de The Rakes mais ils ont un côté d’office plus ample, donc aussi moins franc et direct (A Cloud Of Mystery)."

F : "Enfin, heureusement, il y a quelques meubles à sauver : Sur In Another World, les anglais retrouvent un peu de leur cohérence perdu.
Et d’un coup, l’enjeu apparait un peu plus clair. Le chant, les paroles, la musique communiquent les mêmes émotions et on imagine sans peine une autre transposition hantée sur la scène.
Quelques lignes de guitares nous ferraient même les suspecter de vouloir nous faire du Smiths."

M : "Et puis, Calm est vraiment un morceaux finalement plus qu’écoutable."

F : "Tout à fait d’accord, ici la sauce prend également et on apprécie à nouveau l’hamonie entre les différents éléments et ce véritable élan qui traverse le morceau. De manière intéressante ce sont les paroles de ce type de morceaux qu’on retient.
Pour en conclure, autant ça nous aura fait plaisir d’avoir des nouvelles de Maximo Park, autant l’écoute de cet album nous a déçu.
On ne peut que constater le manque de dynamisme et de conviction qui transpire de cet abum. Paul Smith semble être le seul à y croire et ça ne suffit malheureusement pas à maintenir l’abattage.
Une réécoute de A Certain Trigger pour s’assurer de sa tenue dans le temps ne fait pas de cadeau à ce Quicken the heart !
C’était mieux avant ! (dicton bien connu)"

Article Ecrit par Fred, Marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Maxwell Farrington et Le Superhomard - I Had It All (EP)

    Parfois il faut faire un pas de côté, prendre un peu de recul pour que les choses apparaissent sur un jour nouveau. Certes, le temps avait manqué pour vous parler de Once qui marquait la rencontre entre le chanteur australien installé en Bretagne et le musicien et producteur français Le Superhomard (Christophe Vaillant pour l’état civil), mais l’album avait plu, récoltant un beau succès critique.
    Et puis on écoute Dewaere dont il est aussi le chanteur et on se dit que ce mélange de crooner et de rock (...)

  • Black Country, New Road – Ants From Up there

    On avait vu passer au loin le buzz de Black country, New Road l’an passé, saisissant au vol quelques morceaux tous dignes d’intérêt. Cette fois, on ne voulait pas passer à côté. Mais on est passé à côté.
    Ils aiment les angles, c’est de l’art-rock dans ce qu’il a de plus revigorant et d’usant aussi. Moins héroïques que leurs cousins canadiens au rang desquels on compte les projets tordus des songwriters d’exception à (Sunset Rubdown, Swan Lake, Silver Mt Zion et autres...), ils en partagent pourtant (...)

  • Squid - Bright Green Fields

    Il est des groupes qu’on voit venir dès les premiers morceaux lâchés au fil de leur Bandcamp. Mais on attend souvent l’album pour voir si les raisons de s’enflammer sont légitimes. Dans le cas des remuants Squid, elles le sont. On retrouve d’emblée une morgue très british, un constat social narquois mêlée à une distanciation et une diction qu’on apprécie chez beaucoup de leurs compatriotes, Art Brut en tête.
    Ce n’est pourtant pas l’ambiance potache qui prime ici, on fait plutôt dans le groove lourd et (...)

  • Jarv Is... - Beyond The Pale

    This is not a live album… It’s an alive album.
    Cette déclaration sibylline donne une petite idée de la genèse un peu inhabituelle du projet. La formation groupée autour de Jarvis Cocker a en effet peaufiné et enregistré ces morceaux dans des festivals et autres petites salles avant de retravailler le matériau qu’on entend sur ce premier album. C’était en tout cas la suggestion de Geoff Barrow de Porstishead et Beak> (suivez @jetfury sur Twitter, fun acide garanti). Ce mode opératoire peut être vu (...)