Accueil > Critiques > 2011

Joy With Colors - Balcony

mercredi 1er juin 2011, par marc

Vampire de fin de semaine


Est-ce par opportunisme que cet album sort au joli mois de mai, pour mettre du soleil et de la couleur ? Sans doute pas, mais recevoir un album pareil pour la Toussaint n’aurait pas été pertinent. On ne peut présumer de rien bien entendu, mais il me semblerait que cet album soit plus influencé par des formations comme Vampire Weekend que, je ne sais pas moi, Soap & Skin.

Julien et Timothée sont deux Français, batteurs de formation qui ont, dit-on, écrit et enregistré cet album en un mois. Avec 29 minutes pour neuf titres, la matière grasse en est évidemment absente. Et elle fondra vite en sudation de toute façon, sous les coups de boutoir sautillants de cet album qui utilise une basse bondissante et des guitares acérées.

Quand j’entends parler d’un groupe français chantant dans la langue de Liam Gallagher (ou un idiome s’approchant de ce particularisme), al question c’est ‘accent ou pas accent ?’. C’est la première option ici. Ce n’est pas un obstacle en soi, mais c’est très prégnant, surtout si on écoute plein de musique anglophone (ce qui est mon cas). Cet aspect est visiblement assumé et il faut dire que sur la longueur, ça se transforme presque en avantage, et le décalage fonctionne.

C’est un album dont la bonne humeur générale est plus à même de plaire que les morceaux pris individuellement. Il manque peut-être celui qu’on repasse, qui nous permette de faire découvrir, qui aurait une structure addictive, même si le très chouette Cannot Blame The Dog pourrait être celui-là.

Pas de doute, le duo français vient de produire un album frais comme un verre de rosé, et autant de saison. On le consommera donc de préférence d’une traite, parce qu’il participe plus à la convivialité qu’à la dégustation compassée.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Mildfire - Kids In Traffic

    Pourquoi les genres disparaissent-ils ? Ces symphonies de poche tellement présentes et attachantes ont un peu perdu de leur lustre et c’est un peu dommage. Parmi ces orfèvres, citons The Annuals, Choir of Young Believers, Musée Mécanique, Fanfarlo ou Efterklang parce qu’il est toujours bon de se rappeler de bons souvenirs. Dans cette veine, on avait spécialement apprécié Einar Stray et on ne (...)

  • The Smile - Wall of Eyes

    Même en 2042 et après avoir sorti 13 albums réussis, The Smile restera ’le groupe des deux types de Radiohead’. C’est comme ça, le groupe d’Oxford est trop ancré dans la culture pop pour passer au second plan de quoi que ce soit. Mais cette encombrante et inévitable figure tutélaire ne doit pas oblitérer les qualités indéniables de The Smile. Les deux protagonistes, flanqués du batteur Tom Skinner au (...)

  • Maxwell Farrington & Le Superhomard - Please, Wait...

    On ne peut pas dire que la paire formée par Maxwell Farrington et Le Superhomard (le producteur français Christophe Vaillant) se repose sur les lauriers d’un premier album remarqué. Après un EP il y a deux ans et une tournée intense, voici déjà le second album en peu de temps sur le toujours excellent label Talitres.
    Australien établi à Blinic en Bretagne, Maxwell Farrington propose sa belle voix de (...)

  • Heeka - The Haunted Lemon

    Il faut se méfier des avis trop rapides, des débuts d’albums trompeurs. Ce sur les morceaux initiaux du premier album de l’artiste flamande (née Hanne Hanegraef) installée dans le sud de la France doivent beaucoup aux voix, dédoublées. Quelque part entre Camille et Agnes Obel, ces morceaux intrigants et séduisants à la fois ne représentent cependant qu’une facette d’Heeka.
    Une fois mis en confiance, (...)