Accueil > Critiques > 2011

Megafaun - Megafaun

mardi 25 octobre 2011, par marc

Dans des coussins


Dans ma tête, le nom de Megafaun est associé à deux choses. Tout d’abord Port O’Brien en première partie desquels j’ai découvert ce trio barbu. Ensuite, Bon Iver puisque Justin Vernon était leur compagnon de route avant de voler de ses propres ailes et enregistrer dans une cabane la pièce maitresse que l’on sait.

La musique de Megafaun n’est pourtant pas celle de ces deux associations. Il y a en effet une empreinte de psychédélisme très marquée qui les différencie très nettement des deux autres groupes. On a déjà eu l’occasion d’en parler pour leur précédent EP, et ce troisième album vient encore renforcer cette impression de liberté décontractée. Ce n’est pas le fort long Get Right qui viendra me prouver le contraire. C’est qu’il faut prendre son temps pour que ce morceau en pilote automatique prenne son rythme, et que le personnel navigant puisse aussi profiter des banquettes. Wilco (auquel on pense souvent) n’a pas procédé autrement pour son dernier album. Le plus mou Hope You Know qui suit vient cependant donner l’impression d’un faux départ.

Les guitares de Megafaun sont en brouillard, ou en fumées plutôt, puisqu’on est plus dans une conviviale ambiance hippie que dans la froideur de la crise shoegaze. Il n’y a pas à proprement parler de références claires, de ressemblance flagrante. Pas à ma faible connaissance du moins. Cette sensation peut avoir deux origines. Leur talent pour se faire remarquer au sein d’un retour marqué des seventies (tout revient en même temps, je sais) dont on a récemment apprécié Wilco déjà cité ou Midlake. Et puis une variété jamais démentie puisqu’on peut entendre aussi bien une balade détendue (Resurection) ou une fanfare lysergique (Isadora), des moments presqu’empruntés à Neil Young (State/Meant) comme des blues vaporeux (Scorned), du très sage (Second Friend) comme du plus spectaculaire (You Are The Light). J’ai en tous cas aimé me perdre dans les méandres de ce copieux troisième album de Megafaun, m’affaler dans leurs coussins et sortir du temps.

http://www.myspace.com/megafaun
http://megafaun.com

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Bélier Mérinos - Triste mais en tout temps joyeux

    On en a connu, des noms d’animaux. Etrange à dire sans doute, mais le nom derrière lequel se cache Geoffroy Pacot correspond plutôt à la musique, fondamentalement champêtre mais dénuée de pittoresque.
    Traduire un paysage en musique est sans doute une des entreprises les plus compliquées qui soient mais ce genre de post-rock bucolique y arrive, avec ce qu’il faut de field recordings et d’arpèges (...)

  • Villagers – That Golden Time

    Villagers, c’est quinze ans d’intense délicatesse. Le projet presque solo de Conor O’Brien nous a depuis longtemps habitués à osciller entre une vraie délicatesse et plus d’ampleur. Celui-ci est franchement évanescent en première écoute, d’ailleurs j’étais un peu passé à côté pour être honnête. Il peut se faire plus lyrique, on le sait.
    Mais même sur Truly Alone, la subtilité est là, avec son petit clavier (...)

  • Binidu - //

    Si on avait croisé le chemin de Vincent Dupas quand il officiait en tant que My Name Is Nobody, on était passés à côté de ce projet qu’il partage avec Jean Baptiste Geoffroy et Jérôme Vassereau (ils sont aussi tous membres de Pneu). Le troisième album en onze sera donc l’occasion de faire la découverte.
    On sent dès le début de We Grew Apart que le morceau ne restera pas aussi désolé et de fait une (...)

  • Dan San - Suite

    On se doutait bien à l’écoute de l’excellent Grand Salon que l’évolution de Dan San n’était pas temporaire. En clair, ils ont un plan. Rappelons que pour les autres envies, les membres font aussi partie de formations comme The Feather, Pale Grey ou Condore. Donc, quand ils reviennent au camp de base, c’est pour se donner les moyens de converger ensemble vers un style identifiable. La mise en son est (...)