Accueil > Musique > 2011 > Megafaun - Megafaun

Megafaun - Megafaun

mardi 25 octobre 2011, par Marc

Dans des coussins


Dans ma tête, le nom de Megafaun est associé à deux choses. Tout d’abord Port O’Brien en première partie desquels j’ai découvert ce trio barbu. Ensuite, Bon Iver puisque Justin Vernon était leur compagnon de route avant de voler de ses propres ailes et enregistrer dans une cabane la pièce maitresse que l’on sait.

La musique de Megafaun n’est pourtant pas celle de ces deux associations. Il y a en effet une empreinte de psychédélisme très marquée qui les différencie très nettement des deux autres groupes. On a déjà eu l’occasion d’en parler pour leur précédent EP, et ce troisième album vient encore renforcer cette impression de liberté décontractée. Ce n’est pas le fort long Get Right qui viendra me prouver le contraire. C’est qu’il faut prendre son temps pour que ce morceau en pilote automatique prenne son rythme, et que le personnel navigant puisse aussi profiter des banquettes. Wilco (auquel on pense souvent) n’a pas procédé autrement pour son dernier album. Le plus mou Hope You Know qui suit vient cependant donner l’impression d’un faux départ.

Les guitares de Megafaun sont en brouillard, ou en fumées plutôt, puisqu’on est plus dans une conviviale ambiance hippie que dans la froideur de la crise shoegaze. Il n’y a pas à proprement parler de références claires, de ressemblance flagrante. Pas à ma faible connaissance du moins. Cette sensation peut avoir deux origines. Leur talent pour se faire remarquer au sein d’un retour marqué des seventies (tout revient en même temps, je sais) dont on a récemment apprécié Wilco déjà cité ou Midlake. Et puis une variété jamais démentie puisqu’on peut entendre aussi bien une balade détendue (Resurection) ou une fanfare lysergique (Isadora), des moments presqu’empruntés à Neil Young (State/Meant) comme des blues vaporeux (Scorned), du très sage (Second Friend) comme du plus spectaculaire (You Are The Light). J’ai en tous cas aimé me perdre dans les méandres de ce copieux troisième album de Megafaun, m’affaler dans leurs coussins et sortir du temps.

http://www.myspace.com/megafaun
http://megafaun.com

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Pollyanna - Man Time (EP)

    Elle est bien vivante, la scène folk française et on en veut pour preuve cette découverte de la Lilloise Isabelle Casier sous le nom de Pollyanna. C’est d’autant plus réussi que l’origine hexagonale est indétectable. Et comme souvent, on déborde du cadre du folk traditionnel et c’est bienvenu.
    On remarque tout de suite cette voix claire qui suit tous les traitements musicaux. Parce que de folk, il n’en est pas directement question. Par exemple, Diamond Rings sort clairement des clous du camp de base (...)

  • Will Sheff - Nothing Special

    On peut toujours se demander ce qui pousse des artistes a priori seuls maitres à bord de leur formation à vouloir se lancer dans l’exercice solo. On sait depuis toujours qu’Okkervil River, c’est Will Sheff et les musiciens avec qui il a envie de travailler. Lui qui avait annoncé Okkervil River R.I.P. sur l’album Away (qui du reste n’est pas le dernier) semble maintenant faire de cette déclaration une réalité.
    Envie de se frotter à des sujets plus personnels, envie de nouveauté en accord avec une (...)

  • June Road - Landscapes (EP)

    Moins hégémonique que dans un passé récent, la formule du duo mixte a toujours ses adeptes dans le genre folk-pop. Dans le cas qui nous occupe, le pédigrée des deux intervenants apportait aussi de belles garanties. Elle, Maia Frankowski est Belge et violoniste à l’Orchestre du Théâtre Royal de la Monnaie, lui, Harry Pane est Anglais, compositeur, et rencontre un certain succès sur la scène folk britannique (dixit le dossier de presse qu’on croit).
    On pense peut-être parfois à Cocoon mais ils ne (...)

  • Ottus – Ghost Travellers

    l faut toujours laisser le temps aux albums de révéler tous leurs secrets, parce que la profondeur n’est pas toujours tangible en première écoute. Sur le premier opus du groupe liégeois Ottus, c’est le côté folk-pop et les harmonies vocales qui plaisent le plus vite et le plus facilement. Certes Run Away propose déjà une belle ampleur mais cette façon peut aussi se décliner en mode plus léger, voire évanescent (The Old Skills) ou se rehausser de chœurs enfantins (Living Stone).
    Mais ils élargissent leur (...)