Accueil > Musique > 2011 > Wilco - The Whole Love

Wilco - The Whole Love

mercredi 5 octobre 2011, par Marc

Voyage organisé


Wilco fait partie de ces groupes dont on se garde de se détourner pour de bon. Et c’est une bonne idée, tant une bonne surprise comme cet album est envisageable. C’est via "A Ghost Is Born" que j’avais découvert la formation, et cet album mêlant des choses anciennes (les délires fuzz de Neil Young) et une sensibilité maitrisée m’avait impressionné. Et puis "Sky Blue Sky" avait marqué un virage plus lisse, plus rempli de sons qui ne passent pas toujours l’Atlantique avec fraicheur (pedal steel guitar, ce genre…) et se terminait pourtant par le formidable On and On an On. Je me surprends à avoir des perceptions très différentes des albums d’un groupe qui finalement ne se renie jamais. Voyez ça comme une des limitations de l’exercice critique si vous voulez.

Tout d’abord, ce groupe ne fait rien comme les autres, puisque les deux morceaux les plus ambitieux sont placés et tout début et toute fin d’album. Pourquoi ne pas introduire ce versatile album par le très trippé Art Of Almost ? Après tout, tant qu’à faire surgir le passé, pourquoi ne pas restituer l’angoisse tendue du Krautrock dans trois minutes fiévreuses qui clôturent cette jolie chanson. Peut-être qu’ils essaient aussi de faire passer le message de la suprématie de l’album sur le single, de l’ambiance qu’on installe plutôt que le zapping superficiel. Il faut s’installer dans cet album, respecter l’ordre des plages, parce que le voyage est soigneusement organisé. I Might placé en second lieu a une ressemblance troublante avec ce qu’on a pu entendre chez Spoon.

Ce titre est suivi d’une balade au piano et d’un morceau pop léger (Downed On Me). Toute la versatilité du groupe est contenue dans cet enchainement, le compact et l’ample, le détendu et le fiévreux. Et puis il y a ces surprises comme Black Moon qui me fait penser aux dEUS récents, avec du violon en plus. Ce morceau m’a un jour cueilli à l’exact bon moment pour entrer en résonance. Ça ne s’explique pas, ça ne se justifie pas. Il était là et moi aussi… J’ai donc apprécié la coolitude de leurs morceaux plus apaisés, le fait qu’ils osent être simplement plaisants et légers (Capitol City, The Whole Love) entre des plages plus ambitieuses comme l’intime final One Suday Morning (Song For Jane Smiley’s Boyfriend) qui me plait beaucoup en tous cas.

Wilco est finalement un groupe à contre-courant, cachant mal sa complexité, ne jouant pas de grands effets, et pouvant étirer une chanson intimiste sur 12 minutes sans se sentir obligé de la gratifier de passages progressifs, de plages distinctes. Il est bon de voir que si une partie de leur son léché est estampillé ‘seventies’, ils ne reproduisent pas nécessairement les tics de la décennie. Cette longueur, cette répétition est une arme à double tranchant, parce que la lassitude est un risque potentiel qu’on n’effleure même pas ici.

Wilco ne ressemble à rien d’autre et finalement, c’est très bien comme ça. Peut-être tombe-t-il à un moment propice ? J’ai en tout cas de nouveau succombé à aussi le charme discret et difficilement définissable (c’est le principe du charme me direz-vous).

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Wilco - The Whole Love 20 octobre 2011 23:22, par STIKO

    J’ai déjà essayé de convertir pas mal d’amis mélomanes mais rien y fait... et c’est peut- être mieux ainsi !

    J’ai découvert Wilco lors d’un concert au Cirque Royal en 2007 (sur le tard), par curiosité...

    J’ai rarement été autant retourné par un groupe dont je ne connaissais que ... la réputation !

    Merci à eux !

    repondre message

    • Wilco - The Whole Love 21 octobre 2011 13:21, par Marc

      C’est en tous cas un album dont je n’ai pas encore l’impression d’avoir fait le tour, ce qui est un sentiment précieux. Je ne les ai jamais vus en concert. Peut-être que je profiterai de leur passage à l’AB...

      repondre message

  • Shearwater - The Great Awakening

    En général, quand plusieurs années passent entre deux albums, on se demande à quoi les artistes ont consacré leur temps, tout simplement parce que leur emploi du temps nous est inconnu. Nécessité faisant loi, Jonathan Meiburg s’est lancé sur Patreon, ce qui a pour effet secondaire de nous connecter avec son actualité. En plus de donner accès à des reprises minimalistes qui, filmées et enregistrées au téléphone, touchent souvent au sublime.
    Si plus de six années se sont déroulées depuis le dernier album (...)

  • Midlake - For The Sake of the Bethel Woods

    Vous faisiez quoi il y a 9 ans, vous en étiez où ? C’est une question oratoire (même si une réponse dans les commentaires est possible). Forcément, si la plupart des membres de Midlake présents sur Antiphon sont encore là, les choses ont changé, nous aussi, eux aussi. Et ils ne sont pas restés inactifs, on se souvient avoir croisé Eric Pulido seul en tant qu’E.B. The Younger ou avec toute la bande et plein d’invités sur le très chouette projet BNQT.
    Bethel Woods, c’est l’endroit où a eu lieu le festival (...)

  • Emily Jane White – Alluvion

    Jusqu’à son excellent album précédent, c’est dans ces lointaines ressemblances que la toujours pertinente Emily Jane White puisait sa singularité. On les cite donc parce qu’on n’en fera pas l’économie : Bat For Lashes, Marissa Nadler, voire Lana Del Rey. Voilà, vous savez où vous mettez les oreilles. Mais maintenant, quand on se demande à quoi ça nous fait penser, c’est surtout aux très bons albums précédents de la Californienne. Parce qu’elle a toujours su tracer son propre chemin et elle fait maintenant (...)

  • Cloud Cult - Metamorphosis

    Le spectaculaire ne devient pompier que quand il est mal fait. C’est une leçon que connait bien Cloud Cult, la formation du Minnesota menée par Craig Minowa. On pense d’abord les retrouver dans une volonté plus intime avant que ce Metamorphosis prenne définitivement son envol.
    La voix est plus éraillée que jamais et il y a toujours une profondeur chez eux, un questionnement qu’on ne retrouve que peu ailleurs avec la même acuité. Le tout avec un violon qui vrille, une façon d’instiller l’émotion par (...)