Accueil > Musique > 2012 > Le coin des découvertes (II) - Hold Your Horses, The K, Monday (...)

Le coin des découvertes (II) - Hold Your Horses, The K, Monday Morning

jeudi 7 juin 2012, par Marc


Vu le retentissant succès du premier épisode, je ne pouvais que renouveler ces présentations de jeunes pousses. C’est plus hétérogène cette fois, mais les découvertes sont bel et bien là.

Hold Your Horses - Apologize

Une question qui a peu de sens en musique et en cuisine est la suivante : ‘en mélangeant deux choses que j’apprécie, obtient-on quelque chose que j’apprécie nécessairement ?’ C’est douteux pour la choucroute au chocolat (j’aime pourtant les deux) mais bien plus certain pour le mélange tenté par les Français de Hold Your Horses. En effet, sur leur très emballant EP, ils arrivent à mêler le son froid, les guitares pointillistes et la nervosité de Foals avec le violon et l’ampleur d’un My Latest Novel. Et le gout des deux formations (il y a d’autres possibilités) pour les remontées qui enchantent.

Cette apposition est en tout cas assez naturelle, et leur entrain sert de liant. Parfois, les transitions sont moins progressives, mais en quatre titres on pourra sautiller (Apologize), ressentir de la mélancolie (Every Moment) et l’euphorie d’une montée (My two Steps), le plus souvent en même temps. Donc s’ils arrivent à garder cette constance sur la longueur d’un album, nous avons de nouveaux amis.

http://www.myspace.com/holdyourhorsesparis

The K - My Flesh Reveals Millions Of Souls

Quand en lisant un petit texte consacré à un groupe vous vous rendez compte que vous n’écoutez aucun des groupes dont il est fait mention (Jesus Lizard, Pissed Jeans, Shellac, The Blood Brothers…), vous savez qu’il va falloir laisser ses préjugés de côtés, et un peu sortir de ses habitudes. Tout simplement parce que je n’écoute que très peu de musique ‘violente’. Je m’y suis attelé pourtant, et il faut dire que c’est revigorant, tendu et maitrisé.

Ce groupe, qui tire son origine du split de The Kerbcrawlers, a gagné le Concours Circuit dans la catégorie ‘rock dur’ et maintenant hébergé par le pertinent collectif Jaune Orange (Dan San, My Little Cheap Dictaphone, Pale Grey et tant d’autres) et ne ménage pas ses efforts, ralentissant souvent le tempo pour le plaisir simple d’un redémarrage fougueux. Leur réputation scénique a l’air bien établie, et j’aurai sans doute bientôt l’occasion de constater sur scène si le chanteur y tâte aussi ses limites et si la bienvenue intransigeance entendue ici (pas de balade démagogique, pas de garde baissée) se retrouve. En un mot comme en cent, cette énergie compacte et sans concession est faite pour être partagée.

http://www.theknoise.com

Monday Morning - Fall Memories

De l’avis général, le lundi matin n’est pas le moment préféré de la semaine. Pourtant, la musique de Monday Morning est à l’exact opposé du coup de blues, et pourrait même faire passer Cocoon pour de tristes sires. On retrouve en tout cas la même formule de duo mixte, maintenant augmentée de percussions et d’une contrebasse.

Vous aurez compris entre les lignes que c’est très gentil, d’ailleurs ils ont joué dans des festivals gentils. Donc les Francos (seconde place du concours Franc’off), La Semo et Esperanzah, où on les imagine mieux que sur la scène skatecore de Dour. Cet EP devrait donc servir de carte de visite, et il y a quelques raisons d’espérer, puisqu’ils sont convaincants quand ils jouent sur les variations (Where The Shore Ends) ou augmentent le tempo (Rebuild Myself). Si vous pensez que le monde est trop dur, trop moche ou trop méchant, vous avez vos vingt minutes d’échappée. Si vous trouvez, qu’en fait, votre monde, ça va, c’est quand même très gentil.

http://www.mondaymorning.be

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

5 Messages

  • Séance de Rattrapage #43 - Découvertes

    EAST. - Hula Hoop
    Il ne faut pas réfléchir énormément pour situer les influences du trio français East. Leur rock dense et intrigant est en effet imprégné de cette musique froide qui nous plait. Seaside Road est par exemple clairement influencé par Joy Division, en moins hanté évidemment, ce qui est une bonne nouvelle finalement pour la santé mentale du chanteur. Ce chant n’est pas virtuose mais c’est une loi du genre et ça ne dénature jamais l’impression d’ensemble. Certes, ils chantent (...)

  • White Note - Oppositional Defiant Disorder

    White Note est un groupe parisien qui a déjà sorti un album et un EP. On en parle aujourd’hui parce qu’on pense qu’il y a plusieurs choses ici qui pourraient vous plaire. On est là pour ça après tout. Hors de toute mode mais sans être daté non plus, la formation parisienne retrouve l’esprit éclectique et efficace de formations nineties comme Strangelove ou Jack sur Amito. Ou alors du Gene seconde époque. Bon, il faudrait que je me fasse à l’idée que je ne m’adresse pas qu’à des trentenaires bien (...)

  • Séance de Rattrapage #34 - Hannah, Marie et Lou Lou

    Hannah Peel - Rebox II EP
    On est bien contents d’avoir des nouvelles de la jolie Hannah Peel. Surtout que vu le nombre de ses collaborations, il est facile de perdre le fil. Il faut aussi savoir qu’à l’instar d’Olivier Ackerman d’A Place To Bury Strangers qui fabrique ses pédales d’effets, Hannah produit des boîtes à musique. Et ce sont elles qui constituent le plus gros de l’orchestration de cet EP Rebox II.
    On retrouve comme sur le précédent quelques reprises et autres morceaux instrumentaux. Des (...)

  • Séance de Rattrapage #27

    Une découverte flamande à partager, le retour d’une Pipette et d’une promesse New-Yorkaise
    Flying Horseman - City Same City
    C’est un constat assez désolant mais qu’on est amenés à faire de temps à autres, la frontière linguistique n’est pas assez poreuse pour les talents belges du nord comme du sud. Heureusement, j’ai mes rabatteurs et voici une prise de vraie belle qualité.
    Bert Dockx officie aussi chez Dans Dans mais c’est sous le nom de Flying Horseman qu’il livre ses albums les plus personnels. Et (...)