Accueil > Musique > 2005 > Babyshambles : Down In Albion

Babyshambles : Down In Albion

vendredi 11 août 2006, par Marc


Pour ceux qui n’ont plus écouté de rock depuis la disparition de Kurt Cobain, Babyshambles est le nouveau groupe de Pete Doherty, qui semble vouloir représenter le sex (avec Kate Moss quand même), drugs (avec la même) and rock ’n roll à lui tout seul. Le même Pete a, le temps de deux très bons albums, participé avec son compère Carl Barat à l’aventure de Libertines.

D’accord, la voix garde cette fêlure qui la rend très humaine, mais quand elles étaient deux dans ce cas (pour fixer les idées, prenez Time for heroes sur le premier opus des Libertines ou Can’t stop me now) c’était encore mieux. De plus, il semble que les talents de mélodistes ne sont pas à la hauteur et l’interprétation nonchalante empêche toute tentative de fixer son attention. Le bruit remué par les frasques de Doherty amène une légitime déception.

Soyons sincères, rien dans cet album ne sent le calcul ou le moindre cynisme. Peut-être que je suis un grand naïf. Il est possible que le côté lâche et nonchalant des compositions soit un argument pour certains mais bon, on les sent trop peu concentrés sur son affaire. Peut-être que le producteur (Mick Jones des légendaires The Clash tout de même) a voulu en rester là, ne voulant pas essuyer les plâtres pour quelques années.

Le premier morceau est trop long et hésitant pour convaincre. Il semble s’égarer. Malheureusement, beaucoup de titres pâtissent de cette lacune. Les choses sérieuses ne commencent qu’avec Fuck forever (joli slogan, reste à voir la faisabilité de la mise en pratique).

La question est : est-ce vraiment un groupe amateur ou des professionnels facétieux ayant festoyé la veille avec le leader ? Le côté branleur des Libertines est là, mais pas la tension, l’urgence et la rage qui m’ont tant plu. Restent certains titres pouvant soutenir la comparaison comme Killimangiro ou le sautillant (presque The Smiths) Back from the dead. Tout n’est de plus pas uniforme, puisque le rock basique est secondé d’un reggae acoustique, voire d’une ballade (Albion).

Reste le son, volontairement pas bon. Sur certains morceaux, on a vraiment l’impression que les micros ont été disséminés de façon aléatoire. C’est assez flagrant sur le reggae acoustique Pentonville.

On aimerait vous dire à quoi ça ressemble sur scène mais il ne s’est pas présenté au Pukkelpop parce que voilà, on est un toxicomane rock’n roll, on ne va pas s’abaisser à se produire au fin fond de la Belgique...

Pas désagréable forcément et ne voulant suivre aucune mode, mais trop relâché dans les compositions et l’interprétation, il s’efface de la mémoire trop facilement. Reste la pose "ultime descendant du rock ’n roll puisque le plus déglingué" pour ceux qui aiment ça. (M.)

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Foals – Life Is Yours

    Depuis un certain temps, chaque sortie de Foals suscite un peu de curiosité et on se promet de passer notre tour si ça ne nous inspire pas. Et depuis longtemps, on n’est plus séduits mais toujours assez pour formuler un avis. On avait quitté la formation anglaise sur un double album qui étrangement ne lançait pas les idées nouvelles que le format laissait espérer.
    Jamais désagréable, toujours bien propre sur soi et bien exécutée, la musique de Foals manque de plus en plus de personnalité. Ils semblent (...)

  • The Smile – A Light For Attracting Attention

    Sans vouloir manquer de respect aux autres membres de Radiohead, lesquels sortent même sous leur nom des albums charmants, Thom Yorke et Johnny Greenwood sont tout de même au cœur du processus artistique de la formation d’Oxford. Un artiste qui tente le solo, c’est dans l’ordre des choses. D’ailleurs, Yorke produit de très convaincants albums solo quand Greenwood connait un vrai succès avec ses musiques de film avec deux nominations aux Oscars à la clé. Mais que les deux forces vives d’une formation (...)

  • Maxwell Farrington et Le Superhomard - I Had It All (EP)

    Parfois il faut faire un pas de côté, prendre un peu de recul pour que les choses apparaissent sur un jour nouveau. Certes, le temps avait manqué pour vous parler de Once qui marquait la rencontre entre le chanteur australien installé en Bretagne et le musicien et producteur français Le Superhomard (Christophe Vaillant pour l’état civil), mais l’album avait plu, récoltant un beau succès critique.
    Et puis on écoute Dewaere dont il est aussi le chanteur et on se dit que ce mélange de crooner et de rock (...)

  • Black Country, New Road – Ants From Up there

    On avait vu passer au loin le buzz de Black country, New Road l’an passé, saisissant au vol quelques morceaux tous dignes d’intérêt. Cette fois, on ne voulait pas passer à côté. Mais on est passé à côté.
    Ils aiment les angles, c’est de l’art-rock dans ce qu’il a de plus revigorant et d’usant aussi. Moins héroïques que leurs cousins canadiens au rang desquels on compte les projets tordus des songwriters d’exception à (Sunset Rubdown, Swan Lake, Silver Mt Zion et autres...), ils en partagent pourtant (...)

  • Equipe de Foot - Géranium

    Quinze ans après Myspace, la tradition du nom de groupe étrange survit. Mais ce n’est pas le seul anachronisme ici. Le style pratiqué nous renvoie en effet plein d’années en arrière, au temps des nineties. Mais si beaucoup des formations qui font revivre ce temps-là penchent du côté alternatif de la force (The Poison Arrows, Beingmoved, Daydream Three), le duo bordelais privilégie une musique plus pop avec de grosses guitares.
    Et à titre personnel, c’est là que ça coince parce que ce n’est pas ce que (...)

  • Kitch – New Strife Lands

    Kitch n’est pas kitsch. Une lettre qui change beaucoup parce que le dégoulinant n’est vraiment pas à l’ordre du jour chez le quatuor de Villeurbane. Ils privilégient en tous cas les morceaux courts. Ce qui rend le tout à la fois assez digeste mais aussi déroutant parce que les styles s’enchainent sans pitié.
    Etambot pourrait être un morceau des Liars, un peu mystérieux. La formation peut servir de point de référence pour sa versatilité. On retrouve cette tendance sur des morceaux comme Charismatik qui (...)

  • Chev Chevin - Nectar

    Avec en accroche un phrasé à la lisière du hip-hop avec des nappes de synthés presque James Bond, on sent qu’on va explorer des limites (les nôtres) sur le premier album du duo (Max Kraft et Jonas Eckhardt) allemand Chev Chevin . Mais on s’embarque en fait pour un trip musical pour le moins varié.
    Les envolées et les voix sur Over Soon font plutôt penser à Bon Iver, avec une solidité plus marquée. Cette veine-là nous vaut de bons moments quand Nausea s’envole et bien franchement, on tient le haut du (...)

  • Rodrigo Leão - A Estranha Beleza da Vida

    Quand on découvre un artiste, on tente de se raccrocher à du connu. Rodrigo Leão a été membre de Madredeus, une des rares formations lusitaniennes dont le nom a eu un retentissement international. En se renseignant un peu, on note aussi des collaborations avec Beth Gibbons, Neil Hannon, Tindersticks, Ruichi Sakamoto ou Ludovico Einaudi. Un CV en béton armé donc.
    Il confirme d’emblée ces belles dispositions avec le simple et beau Friend of a Friend chanté par Michelle Gurevitch. Forcément quand ça (...)