Accueil > Musique > 2013 > Loch Lomond - Black Dresses

Loch Lomond - Black Dresses

mercredi 3 avril 2013, par Marc

Le charme de la discrétion


Il suffit d’un album pour attirer l’attention. Et sur la longueur, Little Me Will Start A Storm s’était révélé comme un de mes préférés de 2011. Un EP réussi plus tard, ce Black Dresses était un des albums que j’attendais en ce début d’année 2013.

Même si le contact avait été rétabli avec le White Dresses EP dont plusieurs morceaux subsistent ici, ils tiennent à reprendre tout depuis le début pour déployer progressivement tout le charme. On commence donc par des harmonies vocales et presque rien d’autre, puis The Wedding instille la délicatesse avant que cet album prenne définitivement son envol avec Spray Painted Drums, lequel était présent sur l’EP sous le troublant titre de Knuf Sirhc.

Ce ne sera pas la dernière réussite de cet album, qui pour moi culminera avec le très beau The Way où la voix féminine révèle toute sa profondeur. Et puis il y a ces violons qui progressivement envahissent l’espace avant de s’effacer, certains d’avoir encore poussé plus haut l’émotion. Un tout grand moment en apesanteur. C’est peut-être ce qui distingue cet album de son prédécesseur. En plus de poursuivre moins de pistes, il arrive à se surpasser sur quelques titres. En plus de celui qu’on vient de citer, il faut ajouter la plage titulaire (pendant de celle de l’EP), Kicking With Your Teeth et Your Eyes.

Les groupes doivent faire attention quand ils livrent un album moins enthousiasmant, parce qu’il y a du monde derrière la porte. Prenez Efterklang par exemple, après un album un peu terne l’an passé, ils voient sans doute arriver la formation de Portland (oui, encore) dans le rétroviseur. Et dans ce style de musique ingrat entre tous puisqu’il impose de s’immerger totalement pour que tout le suc se révèle au-delà de la légèreté de passage. A l’heure où d’autres se gonflent et prennent les radios d’assaut (Of Monsters And Men), c’est tout à fait délectable.

Il n’aura fallu qu’un EP et un album pour que Loch Lomond passe d’intéressant groupe à valeur sûre. Leur assurance leur permet de ne pas trop en faire, de garder une délicatesse dont on a vraiment besoin. Et mine de rien, ce groupe qui semblait n’être qu’un groupe attachant est discret de plus monte en puissance sans jamais céder aux sirènes du grand spectacle. Si la progression se confirme, on tient un de nos groupes préférés.

http://www.myspace.com/lochlomond06
http://www.lochlomondmusic.com/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Ottus – Ghost Travellers

    l faut toujours laisser le temps aux albums de révéler tous leurs secrets, parce que la profondeur n’est pas toujours tangible en première écoute. Sur le premier opus du groupe liégeois Ottus, c’est le côté folk-pop et les harmonies vocales qui plaisent le plus vite et le plus facilement. Certes Run Away propose déjà une belle ampleur mais cette façon peut aussi se décliner en mode plus léger, voire évanescent (The Old Skills) ou se rehausser de chœurs enfantins (Living Stone).
    Mais ils élargissent leur (...)

  • Sharon Van Etten - We’ve Been Going About This All Wrong

    On associe depuis toujours Sharon Van Etten à Shearwater. Outre un copinage qui les a vus partager la scène le temps d’une tournée et de quelques morceaux, il y a cette pureté, cette émotion affleurante qui émeut sans autre forme de procès. C’est un don que certains artistes ont. S’ils parlent tous peu ou prou d’eux-mêmes, certains semblent parler à chaque auditeur en particulier.
    Mais si Jonathan Meiburg a ce chant qui touche à la perfection, il y a ici une fêlure plus qu’humaine. Un peu de fausseté (...)

  • Dekker – I Won’t Be Your Foe

    On a une tendresse particulière pour ceux qui partent d’une matrice folk pour en faire quelque chose d’un peu différent, mine de rien. Parmi ceux-ci on comptait le duo Rue Royale dont un des membres revient en solo sous le nom de Dekker.
    Il s’en dégage un aspect cool et actuel qui plait immédiatement. Il profite notamment d’une haute tenue mélodique (Small Wins). Sa voix immédiatement sympathique, même en mode falsetto (Do It All Again). Et quand le tempo se fait plus soutenu, on entend un morceau (...)

  • Gabriiel – Treasure in The Garden

    Les artistes français pratiquant avec talent des genres folk et dérivés font partie des amis de nos oreilles. On avait déjà ajouté Gabriiel à Raoul Vignal ou The Wooden Wolf à la liste sur foi d’un prometteur premier EP. Evidemment, on est restés aux aguets pour le premier album et on n’a pas eu tort.
    La plage titulaire montre déjà une belle palette, avec ces cordes majestueuses et graves, de belles harmonies avec la choriste qu’on retrouvera tout au long de l’album et une sensation d’ampleur et la (...)