Accueil > Critiques > 2013

The Imaginary Suitcase - Putting Things On Top Of other Things

jeudi 25 avril 2013, par marc

Ça va avec tout


Une belle voix, ça va avec tout. Madeleine de Proust, surgissement vieux de vingt ans, j’ai identifié celle-ci comme étant celle de La Vierge Du Chancelier Rolin, bon groupe aujourd’hui disparu qui a peut-être eu le tort d’arriver trop tôt avec ses violons et son folk-rock élaboré. Mais revenons à 2013. The Imaginary Suitcase, projet de Laurent Leemans (aussi actif comme chanteur de Ceili Moss), nous livre donc un petit album bien attachant.

Comme vous l’aurez compris, c’est l’organe vocal de Laurent qui est au centre des débats. C’est d’autant plus clair que cette voix très nette, un peu altière, joliment grave, commence toute seule le disque. Le ton est toujours un peu sentencieux, mais on n’est pas dans une évocation de Dead Can Dance (la voix n’est pas toujours éloignée), parce que c’est une discrète guitare électrique qui vient l’appuyer.

Cette guitare électrique prend plus de place The Punchline. Pleine d’effets, comme pour mieux remplir un espace sonore que peu d’instruments. Mais on est loin d’avoir fait le tour ce petit album, puisque cette voix se prête bien à des chansons de biture (Zombie For You) et c’est une réussite complète. On est habitués à ce que la musique d’un morceau pareille sente le bourbon et l’huile de moteur et ici, c’est seulement sur la fin qu’il prend sa cuite, se prend pour Tom Waits et hop, on est emballés. La mélodie est en tout cas d’un classicisme absolu et impeccable. Tout comme le plus linéaire folk-pop Blink.

Bien que la finition de cet album soit irréprochable, on dénote tout de même un certain minimalisme, une simplicité dans les sons qui reste manifeste. Mais l’essentiel n’est pas là, surtout que les mélodies sont toujours au rendez-vous. Cette voix-là peut se permettre beaucoup d’enrobages et ne s’en prive pas. Ce qui rend l’écoute complète de ce Putting things on top of other things tout à fait gratifiante. Il n’y a vraiment pas que les télécrochets pour découvrir les belles voix de chez nous…

http://www.theimaginarysuitcase.be/
http://theimaginarysuitcase.bandcamp.com/

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Factheory – Serenity In Chaos

    On avait déjà évoqué les musiques cold comme étant le pendant musical du cinéma de genre. Le groupe belge revendique d’ailleurs un statut d’artisans et d’amateurs dans l’acception de ceux qui aiment. Et on ne pourrait être plus exact. Mais n’allez pas en conclure que le résultat fleure l’amateurisme, ce n’est vraiment pas le cas parce qu’après une poignée d’EPs dont un qui avait capté notre attention, (...)

  • Peritelle - l’Ampleur des Dégâts

    Alors que les dossiers de presse font état d’un album qui n’existe que dans la tête de ceux qui le défendent, il est difficile de faire mieux que Un album de la presque-maturité où la mélancolie succède presque au second degré... Cela risque d’en faire pleurer plus d’un·e !
    Cette laconique présentation met le doigt sur ce qui fait la spécificité de Peritelle, ’presque’. Parce que c’est dans ces (...)

  • Isbells - Basegemiti

    Isbells avait toujours été associé avec une formation comme Marble Sounds. Les deux groupes ont partagé certains membres et étaient sociétaires du même et attachant label Zeal Records et pratiquaient des genres musicaux similaires. Si Marble Sounds a continué sur la même voie jusqu’au dernier album en date, Isbells semble prendre la tangente. Ils ont donc changé de label, de management et même de (...)

  • La Jungle – Blurry Landscapes

    S’il en est qui ne semblent jamais s’arrêter, ce sont bien les deux turbulents Rémy Venant et Mathieu Flasse. On se remet à peine d’Ephemeral Feast que voici déjà son successeur. Il faut dire que ces deux album ont été tous deux composés pendant les confinements. Un simple album de plus alors ?
    Pas vraiment parce qu’il y a ici une composante visuelle. Ils ont eu en effet l’idée de proposer à dix (...)

  • Séance de Rattrapage #43 - Découvertes

    EAST. - Hula Hoop
    Il ne faut pas réfléchir énormément pour situer les influences du trio français East. Leur rock dense et intrigant est en effet imprégné de cette musique froide qui nous plait. Seaside Road est par exemple clairement influencé par Joy Division, en moins hanté évidemment, ce qui est une bonne nouvelle finalement pour la santé mentale du chanteur. Ce chant n’est pas virtuose mais c’est (...)

  • White Note - Oppositional Defiant Disorder

    White Note est un groupe parisien qui a déjà sorti un album et un EP. On en parle aujourd’hui parce qu’on pense qu’il y a plusieurs choses ici qui pourraient vous plaire. On est là pour ça après tout. Hors de toute mode mais sans être daté non plus, la formation parisienne retrouve l’esprit éclectique et efficace de formations nineties comme Strangelove ou Jack sur Amito. Ou alors du Gene seconde (...)

  • Séance de Rattrapage #34 - Hannah, Marie et Lou Lou

    Hannah Peel - Rebox II EP
    On est bien contents d’avoir des nouvelles de la jolie Hannah Peel. Surtout que vu le nombre de ses collaborations, il est facile de perdre le fil. Il faut aussi savoir qu’à l’instar d’Olivier Ackerman d’A Place To Bury Strangers qui fabrique ses pédales d’effets, Hannah produit des boîtes à musique. Et ce sont elles qui constituent le plus gros de l’orchestration de cet EP (...)

  • Séance de Rattrapage #27

    Une découverte flamande à partager, le retour d’une Pipette et d’une promesse New-Yorkaise
    Flying Horseman - City Same City
    C’est un constat assez désolant mais qu’on est amenés à faire de temps à autres, la frontière linguistique n’est pas assez poreuse pour les talents belges du nord comme du sud. Heureusement, j’ai mes rabatteurs et voici une prise de vraie belle qualité.
    Bert Dockx officie aussi (...)