Accueil > Musique > 2013 > Editors - The Weight of the World

Editors - The Weight of the World

lundi 1er juillet 2013, par Marc

Ce n’est qu’un au-revoir


Peut-on attendre une surprise d’un groupe qu’on pense bien connaitre ? C’est sans doute ce qui m’a poussé à écouter cet album d’Editors même si depuis l’album précédent, ils semblaient dévier de leur camp de base établi en terres cold. Cet album est donc la suite logique d’In This Light and On This Evening. On s’attend à un son bigger than life et c’est un peu ce qu’on a sur le calme et puissant The Weight dont la fin laisse poindre une dérive pompière. Mais c’est pour la bonne cause, et ce n’est pas comme si cet album d’Editors nous prenait par surprise.

La voix est un marqueur évident et sans elle, A Ton Of Love pourrait être un U2 récent, un peu empâté mais pas trop, confortable et ronronnant, ceux qu’on écoute poliment en attendant les tubes. Avec un peu plus de puissance parce que le public est sans doute plus jeune. Étrangement, cette voix m’a semblé proche de Dead Can Dance. C’est manifeste sur Sugar (morceau qui pêche sans doute par des violons trop synthétiques). On retrouve donc l’expressivité altière de Brendan Perry. En voix de tête, c’est évidemment très différent et carrément pas top (What is This Thing Called Love). Je ne dirais qu’un mot : Ouille. On a appris sans surprise le goût de Smiths pour le sucré lors de son escapade Smiths & Burrows. Mais les albums de Noël, c’est comme Bollywood, c’est tellement éloigné de nos habitudes qu’on peut apprécier ou pas (plutôt ou pas dans mon cas) mais le gap culturel ne nous permet pas de l’appréhender sereinement.

Sur le second album, tout marchait, et on était emportés presque malgré soi, le cerveau disant que c’était facile et les autres organes qui succombaient malgré tout. C’est une impression éminemment subjective (comme toutes les impressions, en fait…) mais qu’on a pu revérifier à chaque fois qu’on a recroisé l’album. Maintenant, les guitares cèdent souvent la place à des nappes de synthé et de violon. Bon, la voix de Smith peut tenir l’espace sonore toute seule, c’est certain.

Oui, il reste un peu de guitare au fond de Formaldelhyde. Les chœurs ne sont pas un problème en soi, mais sur ce morceau, ça ajoute une dose de sucre qu’on aurait aimé éviter. Ecoutez n’importe quel morceau du second album pour constater le gros bond en arrière (et c’est super dangereux de sauter en arrière…).Les hohooo d’Honesty lorgnent plus du côté de Coldplay (pas trop loin, donc) que de Joy Division. Finalement, Interpol a eu un virage bien moins brusque vers le coté public de la force

L’album précédent comportait au moins un tube patenté, le seul de leur carrière sans doute. Pas vraiment d’équivalent à Papillon ici, même si certains morceaux font encore bien plaisir aux oreilles (Phone Book).

Editors sort de mon radar. C’est insignifiant et ne devrait pas gâcher votre plaisir si vous aimez ça. Le talent n’est pas parti, il est simplement allé s’exprimer dans une forme qui m’enthousiasme moins. Toute la différence entre ‘c’est pas bon’ et ‘j’aime pas’ est là. Au revoir Editors, je vous dois beaucoup, bon amusement pour le reste de votre carrière.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Foals – Life Is Yours

    Depuis un certain temps, chaque sortie de Foals suscite un peu de curiosité et on se promet de passer notre tour si ça ne nous inspire pas. Et depuis longtemps, on n’est plus séduits mais toujours assez pour formuler un avis. On avait quitté la formation anglaise sur un double album qui étrangement ne lançait pas les idées nouvelles que le format laissait espérer.
    Jamais désagréable, toujours bien propre sur soi et bien exécutée, la musique de Foals manque de plus en plus de personnalité. Ils semblent (...)

  • The Smile – A Light For Attracting Attention

    Sans vouloir manquer de respect aux autres membres de Radiohead, lesquels sortent même sous leur nom des albums charmants, Thom Yorke et Johnny Greenwood sont tout de même au cœur du processus artistique de la formation d’Oxford. Un artiste qui tente le solo, c’est dans l’ordre des choses. D’ailleurs, Yorke produit de très convaincants albums solo quand Greenwood connait un vrai succès avec ses musiques de film avec deux nominations aux Oscars à la clé. Mais que les deux forces vives d’une formation (...)

  • Maxwell Farrington et Le Superhomard - I Had It All (EP)

    Parfois il faut faire un pas de côté, prendre un peu de recul pour que les choses apparaissent sur un jour nouveau. Certes, le temps avait manqué pour vous parler de Once qui marquait la rencontre entre le chanteur australien installé en Bretagne et le musicien et producteur français Le Superhomard (Christophe Vaillant pour l’état civil), mais l’album avait plu, récoltant un beau succès critique.
    Et puis on écoute Dewaere dont il est aussi le chanteur et on se dit que ce mélange de crooner et de rock (...)

  • Black Country, New Road – Ants From Up there

    On avait vu passer au loin le buzz de Black country, New Road l’an passé, saisissant au vol quelques morceaux tous dignes d’intérêt. Cette fois, on ne voulait pas passer à côté. Mais on est passé à côté.
    Ils aiment les angles, c’est de l’art-rock dans ce qu’il a de plus revigorant et d’usant aussi. Moins héroïques que leurs cousins canadiens au rang desquels on compte les projets tordus des songwriters d’exception à (Sunset Rubdown, Swan Lake, Silver Mt Zion et autres...), ils en partagent pourtant (...)