Accueil > Musique > 2013 > Midlake - Antiphon

Midlake - Antiphon

jeudi 7 novembre 2013, par Marc

Un chanteur de perdu, un de retrouvé


Un chanteur qui s’en va pendant l’écriture d’un album, on a déjà démoli un groupe pour moins que ça. Si Jonathan Meiburg décidait d’aller consacrer son temps à l’observation des oiseaux (il est ornithologue de formation après tout), je ne donnerais pas cher de l’existence de Shearwater. Mais le cas de Midlake est différent. Une fois la séparation consommée et Tim Smith parti voler de ses propres ailes avec son projet Harp, le reste du groupe a décidé de recommencer le travail d’écriture et de composition à zéro. Ils chantaient déjà à plusieurs, donc c’est un des guitaristes qui s’est déplacé vers le milieu de la scène. Et bien franchement, c’est bien mieux qu’une doublure et parfois même carrément épatant.

Il faut le dire aussi, tout n’est pas comme avant. Le recueillement presque mystique des albums précédents n’est plus là, fatalement. Mais sans cette composante qui faisait une grande différence, ils maintiennent remarquablement le cap. Ceux qui avaient déploré l’orientation prise avec The Courage of The Others seront logiquement encore moins à la fête ici.

Antiphon est en tout cas le morceau qu’on attendait d’eux, qui nous avait rassurés. Ile entame les hostilités ici et est de bon augure. C’est toujours la même décharge d’euphorie sur la plage titulaire ou The Old and The Young, qui reste mon petit préféré. On y retrouve ces fausses décélérations à la flûte où au clavier qui aèrent le morceau. L’incunable Roscoe avait déjà ça et ce procédé est repris ici avec succès, avec une remontée de fin de chorus en pente douce tout à fait délectable.

Des concerts on retrouve aussi les fougueux passages instrumentaux (Vale). C’est un groupe avec une maitrise énorme et ça se sent. On sait que ce morceau prendra tout son sens sur scène (même si on ne l’a pas entendu). Ages s’empêtre un peu dans ses propres entrelacs mais ce n’est pas trop grave, tout comme on ne déplore même pas Corruption ou Provider Reprise. Parce qu’ils arrivent à faire du solaire avec This Weight qui arrive assez opportunément pour réveiller la seconde partie de l’album.

Pas fan de Van Occupather mais renversé par quelques-uns de ses titres, complètement séduit par The Courage Of Others et leurs prestations scéniques, j’étais fatalement un fort bon client pour celui-ci. Oui, Midlake est devenu un autre groupe, mais qui a su tirer parti de circonstances défavorables pour affirmer une personnalité forte.

http://midlake.net/index.php

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Midlake - Antiphon 17 janvier 2014 09:08, par allow

    Bonjour Marc,
    Comme ce dernier opus de Midlake ne m’avait pas trop plû à l’époque et comme je vois qu’il est plébiscité par pas mal de lecteurs (en plus de toi) ds les tops de fin d’année, me suis dit que je devais lui redonner une deuxième chance... Voilà c’est fait mais non, rien à faire, j’accroche sur rien, émotiomètre tout à fait plat pour ma part et donc contrairement à pas mal de personnes, je digère mal le départ de Tim Smith. Et pourtant, je fais partie de ceux qui ont vénéré the courage of others... ici, je sais pas, j’ai un côté "mainstream" qui ne passe pas du tout...

    repondre message

  • Ottus – Ghost Travellers

    l faut toujours laisser le temps aux albums de révéler tous leurs secrets, parce que la profondeur n’est pas toujours tangible en première écoute. Sur le premier opus du groupe liégeois Ottus, c’est le côté folk-pop et les harmonies vocales qui plaisent le plus vite et le plus facilement. Certes Run Away propose déjà une belle ampleur mais cette façon peut aussi se décliner en mode plus léger, voire évanescent (The Old Skills) ou se rehausser de chœurs enfantins (Living Stone).
    Mais ils élargissent leur (...)

  • Sharon Van Etten - We’ve Been Going About This All Wrong

    On associe depuis toujours Sharon Van Etten à Shearwater. Outre un copinage qui les a vus partager la scène le temps d’une tournée et de quelques morceaux, il y a cette pureté, cette émotion affleurante qui émeut sans autre forme de procès. C’est un don que certains artistes ont. S’ils parlent tous peu ou prou d’eux-mêmes, certains semblent parler à chaque auditeur en particulier.
    Mais si Jonathan Meiburg a ce chant qui touche à la perfection, il y a ici une fêlure plus qu’humaine. Un peu de fausseté (...)

  • Dekker – I Won’t Be Your Foe

    On a une tendresse particulière pour ceux qui partent d’une matrice folk pour en faire quelque chose d’un peu différent, mine de rien. Parmi ceux-ci on comptait le duo Rue Royale dont un des membres revient en solo sous le nom de Dekker.
    Il s’en dégage un aspect cool et actuel qui plait immédiatement. Il profite notamment d’une haute tenue mélodique (Small Wins). Sa voix immédiatement sympathique, même en mode falsetto (Do It All Again). Et quand le tempo se fait plus soutenu, on entend un morceau (...)

  • Gabriiel – Treasure in The Garden

    Les artistes français pratiquant avec talent des genres folk et dérivés font partie des amis de nos oreilles. On avait déjà ajouté Gabriiel à Raoul Vignal ou The Wooden Wolf à la liste sur foi d’un prometteur premier EP. Evidemment, on est restés aux aguets pour le premier album et on n’a pas eu tort.
    La plage titulaire montre déjà une belle palette, avec ces cordes majestueuses et graves, de belles harmonies avec la choriste qu’on retrouvera tout au long de l’album et une sensation d’ampleur et la (...)