Accueil > Musique > Concerts > The National, Forest National, 16/11/2013

The National, Forest National, 16/11/2013

dimanche 17 novembre 2013, par Marc

Mr November


Les groupes vivent leur vie, grandissent et changent de statut. On observe donc de loin, avec plus ou moins d’assiduité. Il y a 8 ans, on pouvait encore les voir à l’Orangerie du Botanique, maintenant il faut se déplacer à Forest National pour les applaudir.

Il doit être bien ingrat de faire des premières parties de concerts pareils. Le public fervent accorde peut d’attention à ceux qui ouvrent la scène. Les Anglais de This Is The Kit sont pourtant charmants, la voix de la chanteuse est rêveuse à souhait. Mais à part une bien intéressante prise d’intensité sur le troisième morceau, la rythmique subtile et le chant peu démonstratif sont moins propices à remuer une grosse foule comme ça. A suivre sur album cependant.

La foule donc s’était déplacée en nombre, et vers l’avant, n’était vraiment pas là pour bouder son plaisir. A sept sur scène, The National ne va pas non plus jouer la carte de l’intimité. Les deux premiers morceaux issus d’albums récents sont donc puissants, impeccablement exécutés, mais il faudra attendre un Bloodbuzz Ohio pour se rendre compte de l’étendue de leur talent. En fait, tout le concert et la carrière récente de ce groupe est là, entre morceaux parfois moins marquants (mais jamais quelconques) et plusieurs moments de bravoure. J’avoue que j’en ai moins compté sur High Violet ou Trouble Will Find Me, mais le public autour de moi n’est sans doute pas du même avis, n’arrêtant jamais de montrer son enthousiasme.

Et avec le recul, il y a maintenant pléthore de bons moments. Certes, Boxer était encore d’une autre densité à ce niveau, mais en additionnant tout, il y a largement de quoi faire monter la sauce au cours des deux heures du concert. Citons donc I Need My Girl ou Afraid Of Everything (vrai frisson) mais encore Fake Empire ou Squalor Victoria. C’est d’ailleurs ces morceaux plus musclés qui passent le mieux sur scène (Abel par exemple).

Les frères Dressner sont à la manoeuvre et laissent à Matt Berninger le soin de conclure le boulot. Il tourne seul sur scène, inspiré et un peu torturé peut-être et puis laisse parfois cours à une fantaisie qu’on ne lui soupçonnait pas. Les rappels commencent mollement par leur livraison récente d’un morceau pour la bande-son d’Hunger Games, autre signe qu’ils font maintenant partie des groupes à haut potentiel commercial. La suite sera bien plus décoiffante, avec un Mr November qui verra Matt traverser le public. Il remet ça d’ailleurs sur Terrible Love. La salle ne permettant pas un ’vrai’ a capella, il y aura un peu d’amplification sur le final Vanderlyle Crybaby Geeks qui verra tout le monde reprendre le morceau en choeur, fin toute trouvée d’un concert qui est comme la discographie du groupe, toujours au moins bien et occasionnellement exceptionnel. Un des groupes les plus en vue du rock pour le moment est The National, et ne comptez vraiment pas sur moi pour le déplorer.

EDIT : toutes les photos sont ici

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

3 Messages

  • The National, Forest National, 16/11/2013 17 novembre 2013 19:07, par Guismo

    Entre réjouissance et déception pour moi.....déception pour la setlist qui n’était pas toujours à mon goût (je pense aux deux premiers titres du set par exemple) mais bon, comme tu dis, même dans le pire, ils s’en sortent très bien. Quelques fausses notes de Matt au chant mais on lui pardonne aisément. Par contre, fait étonnant au vu de cette machine vraiment bien huilée, il y a eu un beau moment de flottement sur Fake Empire. Dommage car un des meilleurs titres du groupe.

    This Is The Kit est clairement à suivre. Vu au Green Man festival dans un concert nettement plus intime, c’était une vraie réjouissance. Et sur album, c’est plutôt miam également.

    PS : Attention, l’album c’est Boxer (sans "s") !

    repondre message

  • The National, Forest National, 16/11/2013 18 novembre 2013 18:38, par allow

    Tellement acquis à leur cause depuis tjs, je ne peux pas vraiment être objectif... bien sûr, je préférais les voir à l’époque au Bota ou à l’AB, ou + récemment, mais au Luxembourg, à l’Atelier mais je ne boude jamais leurs concerts même ds des salles plus grandes. Je les ai vu la semaine dernière à la Rockhal et c’était pour le moins très maitrisé mais pour la première fois, les envolées habituelles sur des morceaux tels Mr November, Abel et autre Squalor Victoria m’ont paru disons moins explosives... dommage ! Et puis, on a pas eu le droit de chanter à tue-tête sur Vanderlyle, et là bien sûr, grosse déception pour ma part. Le concert du Cirque du printemps dernier était plus électrique et plus excitant, je trouve !
    Question album, oui Boxer reste tout en haut de mon palmarès, High Violet m’a plu d’emblée puis s’est un peu dilué disons (mais j’avoue que pas mal de morceaux de cet album sont des tueries en concert : Terrible love, Afraid of everyone, Bloodbuzz Ohio, Converstion 16, England...) et puis le petit dernier « Trouble will find me » ne cesse de se révéler au fil des écoutes et n’est pas loin de rejoindre le haut du panier... Si tous les groupes qu’on aime bien ici pouvaient connaitre le succès de The National, je pense qu’on serait tous ravis pour eux !

    repondre message

    • The National, Forest National, 16/11/2013 19 novembre 2013 16:03, par Marc

      @Guismo

      Tiens, je n’avais pas trop identifié de couac sur Fake Empire qui est en effet un de leurs tout meilleurs morceaux. Je trouve aussi que leur discographie à une légère tendance à se diluer, mais quand on voit à quel point leur public grandit, c’est presque inespéré qu’ils maintiennent ainsi le cap. A propos de célébrité, il y a maintenant beaucoup de séries qui font appel à leurs morceaux, qui sont toujours bienvenus. J’aurais évidemment préféré un petit Rains of Castamere à l’insipide morceau de Hunger Games...

      Merci pour la coquille, je m’étais gouré dans la critique de base aussi. Six ans après, la bonne orthographe triomphe !

      @Allow

      On ne va en effet pas bouder notre plaisir. On l’a déjà évoqué ici, mais le relatif (et parfois incompréhensible) manque de succès de certaines formations nous permet aussi de les voir dans de petites salles avec beaucoup de plaisir. Pour Vandelyle, je ne connaissais pas assez les paroles pour participer valablement. A propos de rien à voir, les photos sont presque prêtes. Vu la série qui s’annonce (Reflektors, Albin de la Simone et Moonface), il vaut mieux ne pas accumuler de retard).

      @tous les deux

      A bientôt ?

      repondre message

  • Okkervil River + Jawhar, PIAS, 29/03/2018

    Ca faisait un peu de temps qu’on n’avait plus parlé de concerts ici. D’autant plus que le temps avait manqué pour relater les deux derniers déplacements. L’endroit du soir est nouveau puisqu’on découvre le siège de PIAS, qui abrite aussi un très bel assortiment de vinyles et une salle de concert intime et accueillante.
    Le programme était pour nous un ’double bill’, ce genre de proposition qui associe deux artistes qui nous sont chers. Ajoutez à ça l’autorisation de prendre des images et quelques amis et (...)

  • Albin de la Simone, Nuits botanique, 11/05/2017

    Le plaisir de la découverte fait évidemment partie de ce qu’on aime en concert mais on ne boudera jamais une valeur sûre. Jamais on n’a été déçus par Albin de la Simone et il va garder son brevet d’invincibilité.
    Ce jeudi lance donc les Nuits Botanique et comme tous les ans, une belle programmation, une bonne ambiance et sans doute une météo mitigée.
    Cette bonne ambiance nous a fait rater le début de la prestation de Mathias Bressant . On ne peut pas dire que les regrets sont immenses. Sa prestation (...)

  • The Dears, Plants and Animals, Botanique, 21/02/2017

    D’habitude, les compte-rendus de concert sont écrits avant que les photos ne soient disponibles. Cette fois-ci pourtant, il n’y en aura pas. Pour la première fois en dix ans et après une centaine de concerts (à vue de nez), mon ami l’appareil photo n’a pas été autorisé à entrer avec moi...
    Mais bon, on était là pour écouter de la musique surtout et on n’a pas été déçus de ce côté-là. L’affiche du jour était en fait double, et d’une certaine cohérence. Plants and Animals et The Dears partagent certes la même (...)

  • Jeanne Cherhal, Théâtre 140, 20/01/2017

    Il est bon de temps en temps de revoir en concert ceux qui nous enchantent sur disque. Et le dernier Jeanne Cherhal avait confirmé ses bonnes dispositions. Sa très longue tournée maintenant clôturée passant par notre capitale, il était plus que tentant de reprendre contact avec le Théâtre 140.
    La formule piano-voix ne permet pas d’approximations, et quand le talent le permet, c’est souvent un grand moment que peuvent nous offrir Frida Hyvonen, Moonface, Alina Orlova, Soap&Skin ou Pierre (...)