Accueil > Musique > 2014 > Florent Marchet - Bambi Galaxy

Florent Marchet - Bambi Galaxy

mercredi 12 février 2014, par Marc

Florent dans l’espace


Il y a cette injustice fondamentale qui veut que souvent les artistes acquièrent de la notoriété avec les œuvres qui nous plaisent le moins. Les exemples sont nombreux mais celui-ci est assez flagrant. Complétement ignoré au temps du formidable Rio Baril, Florent Marchet s’est rappelé au bon souvenir de tous avec un Courchevel certes fort bien mais qui n’avait pas la puissance ironique de Frère Animal ou le potentiel de malaise de ses chants de Noël.

Dix ans après Gargilesse, Florent Marchet nous a déjà fait voyager. Après les petits villages, l’entreprise et les stations de ski huppées, il met le cap sur… l’espace. Enfin, ne vous attendez pas non plus à une virée épique, à l’empire qui contre-attaque. Non, de façon plus logique, on est plutôt dans une dystopie, dans un devenir du monde qui nous force à bouger d’ici. Oui, il y a du Houellebecq là-dessous, même si ce n’est vraiment pas le même humour bougon. Et puis les appels à Rael sur Space Opera sont plus distanciés, sans doute vraiment ironiques. Ceci dit, les deux hommes ont été en contact, le chanteur cherchant la caution de l’écrivain. Entre nous, s’il se préparait un successeur à Présence Humaine impliquant Marchet, je signe à deux mains.

Mais revenons au présent. Ou plutôt pas, puisque si l’action se situe dans le futur, il y a clairement des allusions à une tradition française des années ’70, tendance très courue chez ses compatriotes musiciens comme Biolay, Delerm ou Arnaud Fleurant-Didier. Pourtant, ce Bambi Galaxy a beau se lancer occasionnellement dans des cordes ‘à la Vannier’ (le Souchonnien Où Etais-Tu ?), c’est loin d’être un album kitsch ni même retro-futuriste. Florent Marchet a beaucoup réfléchi à sa musique, ne se bornant pas à singer les recettes du passé pour donner des atours ‘mode’ à ses morceaux. On sent que depuis l’album précédent, il a acquis une solidité qui lui permet de tout faire passer. On retrouve ici aussi cette pop relevée sur Héliopolis et quelques moments d’ampleur véritable comme La Dernière Seconde ou Bambi Galaxy.

Cet album prend du temps à percoler parce que le thème n’est pas vraiment le voyage spatial en lui-même mais les raisons qui pourraient y amener. Ses angoisses habituelles sont toujours là (Reste Avec Moi comme mise en place dantesque). Le grand phantasme de l’espace, au fond, c’est de s’y perdre, de façon vertigineuse, comme dans Space Oddity ou Gravity, et c’est cette angoisse qui nourrit l’album, qui rend le parler d’Appolo 21 touchant même s’il l’identification est globalement moins facile pour cette histoire d’un futur, fut-il proche.

Florent Marchet a-t-il eu raison de se tourner vers l’espace ? Oui, mais c’est la mise en place qui est intéressante. On sait qu’il a plusieurs cordes à son arc, et qu’il suit ses envies, qu’il poursuit sans relâche de nouvelles formes de chanson française. Certes, le sujet n’est peut-être pas aussi émouvant que ceux qu’il a traité dans ses albums précédents mais sa discographie nous rappelle qu’il est un des grands talents de l’hexagone.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Marcia Higelin – Prince de Plomb (EP)

    La filiation en chanson française est un mal endémique presque équivalent à celui de la politique belge. Mais ce n’est pas le propos ici. Comme on est infichus de citer un titre de Jacques Higelin (son grand’ père), Arthur H. (son père) ou même Izia (sa tante ?), on est presque vierges à l’entame de ce premier EP de Marcia Higelin. Voyez ça comme un privilège de l’inculture.
    On est accueillis par un lit de cordes mais bien vite on se rend compte que c’est cette voix claire et forte qui est le point (...)

  • Edgär - Secret

    Quand les aspirations de deux membres d’un duo divergent, la séparation est souvent au bout. Mais ce n’est pas une fatalité, cette dualité peut aussi être une force. Dans le cas de Ronan et Antoine, cet entrechoquement est à la fois déroutant et stimulant. Tout comme l’emploi de l’anglais et du français au sein d’un même morceau. Même si musicalement, le ton ne change pas avec la langue, notre perception est différente. Appelez-ça un biais si vous voulez.
    On l’avoue, c’est voir ce lion et ce lapin danser (...)

  • Kloé Lang - Aimez-Moi

    Les albums d’hommage et de reprises ne sont pas rares, ceux qui reprennent deux artistes en parallèle le sont plus. La comédienne, réalisatrice et chanteuse franco-suisse Kloé Lang a ainsi jeté son dévolu sur Barbara et Janis Joplin sur ce qui semble être le volet discographique d’un spectacle qu’elle propose.
    On ne va évidemment commenter le fond des morceaux de Barbara, qui claquent toujours autant quel que soit l’interprète (s’il n’est pas Patrick Bruel ou Gérard Depardieu...). Et elle s’en sort (...)

  • Garz - Barré

    Si pratiquer une musique électronique et employer la langue française n’est pas une combinaison nouvelle, peu poussent autant le curseur vers un son fort que Matthieu Garczynski. Si ce nom nous était jusqu’ici inconnu, il a visiblement déjà une belle expérience. Et c’est d’emblée manifeste. Le morceau qui nous avait donné envie est Ça Va Mieux et il claque vraiment, le côté sarcastique fonctionnant en plein avec cette pêche. On retrouve cet allant sur Vie Irréelle qui nous accueille. C’est de la musique (...)