Accueil > Musique > Concerts > Clap Your Hands Say Yeah, Botanique, 7/10/2014

Clap Your Hands Say Yeah, Botanique, 7/10/2014

jeudi 9 octobre 2014, par Marc


Dix ans, c’est une éternité pour notre ère numérique. Pensez, un groupe comme Clap Your Hands Say Yeah s’est distingué sur myspace (pour les plus jeunes : c’était comme un réseau social mais sans vos parents) et rempli l’AB avant même la sortie de son premier album. D’ailleurs, le concert n’était pas encore à la hauteur de la hype (le désormais désuet mot "buzz" n’avait pas encore cours), sans doute un peu trop vert pour attaquer la route mondiale.

Dans un contexte pareil, les Liégeois de Fastlane Candies n’auraient pas eu à rougir de CYHSY version 2005. Si on a apprécié leur album tout frais, il fallait voir ce qu’ils valent sur scène. C’est spontané, très joyeux et un peu plus brut en live, ce qui est assez logique. On se dit que le Bota a eu une bonne idée de leur donner leur chance tant leur présence était naturelle avant le groupe de Brooklyn qu’ils semblent apprécier. Et puis le toujours excellent Summertime’s Away n’aurait pas déparé la discographie de la tête d’affiche.

Mais bon, le temps qui passe est très favorable à la formation d’Alec Ounsworth (il est d’ailleurs un des deux seuls membres actifs présent depuis les débuts). Tout d’abord pour des albums qui se font plus sombres et amples, ensuite pour des prestations scéniques qui tiennent toutes leurs promesses.

A quatre, ils ont en effet montré une belle maitrise. Si les Fastlane Candies ont suivi le concert (je n’en doute pas), voilà une inspiration toute trouvée. Après un morceau du dernier album déjà bien enlevé, ils n’hésitent pas à aller débusquer In This Home On Ice du premier album et puis le très sautillant Satan Said Dance. Donc non, ils ne vont pas nous jouer le dernier opus dans l’ordre et des vieux machins dans les rappels. C’est une bonne chose, parce que tout s’enchaine assez vite, et le public est d’emblée dans l’ambiance. Cette voix nasillarde qui ferait passer Bob Dylan pour un baryton a en tout cas un sacré charisme, et le jeu de guitare bien rapide fait le reste. Ça et un batteur en grande forme. Ceci dit, Ounsworth se débrouille aussi bien tout seul avec une guitare électrique, ce qu’il nous démontre.

La pression ne retombe finalement jamais, montrant une cohérence inattendue entre morceaux plus récents et anciens. Et puis il y a quelques hymnes impérissables, et Upon This Tidal Wave Of Young Blood qui clôture de façon incandescente le set normal. Deux petits rappels plus tard, un poignant As Always (ou était-ce Sooner or Later) et puis un bon vieux Heavy Metal qui se termine en intense déluge. Waw.

Le talent seul ne suffit pas, on le savait déjà. Mais après 10 ans d’existence, Clap Your Hands Say Yeah semble plus solide que jamais, plus intense que quand les projecteurs se sont brièvement braqués sur eux. C’est sans doute la meilleure leçon pour les Fastlane Candies.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Okkervil River + Jawhar, PIAS, 29/03/2018

    Ca faisait un peu de temps qu’on n’avait plus parlé de concerts ici. D’autant plus que le temps avait manqué pour relater les deux derniers déplacements. L’endroit du soir est nouveau puisqu’on découvre le siège de PIAS, qui abrite aussi un très bel assortiment de vinyles et une salle de concert intime et accueillante.
    Le programme était pour nous un ’double bill’, ce genre de proposition qui associe deux artistes qui nous sont chers. Ajoutez à ça l’autorisation de prendre des images et quelques amis et (...)

  • Albin de la Simone, Nuits botanique, 11/05/2017

    Le plaisir de la découverte fait évidemment partie de ce qu’on aime en concert mais on ne boudera jamais une valeur sûre. Jamais on n’a été déçus par Albin de la Simone et il va garder son brevet d’invincibilité.
    Ce jeudi lance donc les Nuits Botanique et comme tous les ans, une belle programmation, une bonne ambiance et sans doute une météo mitigée.
    Cette bonne ambiance nous a fait rater le début de la prestation de Mathias Bressant . On ne peut pas dire que les regrets sont immenses. Sa prestation (...)

  • The Dears, Plants and Animals, Botanique, 21/02/2017

    D’habitude, les compte-rendus de concert sont écrits avant que les photos ne soient disponibles. Cette fois-ci pourtant, il n’y en aura pas. Pour la première fois en dix ans et après une centaine de concerts (à vue de nez), mon ami l’appareil photo n’a pas été autorisé à entrer avec moi...
    Mais bon, on était là pour écouter de la musique surtout et on n’a pas été déçus de ce côté-là. L’affiche du jour était en fait double, et d’une certaine cohérence. Plants and Animals et The Dears partagent certes la même (...)

  • Jeanne Cherhal, Théâtre 140, 20/01/2017

    Il est bon de temps en temps de revoir en concert ceux qui nous enchantent sur disque. Et le dernier Jeanne Cherhal avait confirmé ses bonnes dispositions. Sa très longue tournée maintenant clôturée passant par notre capitale, il était plus que tentant de reprendre contact avec le Théâtre 140.
    La formule piano-voix ne permet pas d’approximations, et quand le talent le permet, c’est souvent un grand moment que peuvent nous offrir Frida Hyvonen, Moonface, Alina Orlova, Soap&Skin ou Pierre (...)