Accueil > Musique > 2016 > Stranded Horse - Luxe

Stranded Horse - Luxe

lundi 8 février 2016, par Marc


Et si le métissage était la meilleure façon de créer une musique nouvelle ? Cette idée n’est pas révolutionnaire, certes mais trouve une incarnation frappante dans la musique de Stranded Horse. Le groupe du Français Yann Tambour est en effet une musique de croisement, de pollinisation réciproque qui trouve sur ce troisième album une vraie force cohérente.

Le résultat est étrangement éloigné de ce qu’on pourrait entendre sur un disque ‘world’ pourtant cet album itinérant dont la genèse passe de Nantes à Paris en passant par Dakar. Ce n’est pas exactement un raccourci si vous avez quelques notions de géographie, mais la rivière musicale s’est chargée de nombreux alluvions plus qu’intéressants.

La plus belle réussite de cet album, c’est l’équilibre entre une composition pas toujours éloignée d’un folk classique et l’utilisation d’instruments plus africains comme la kora qu’il pratique (et façonne, aussi !) avec le très doué Boubacar Cissokho. Mais l’usage de ces instruments n’est pas un artifice, puisqu’elle mène parfois les débats, débouchant sur des moments de pure virtuosité (Dakar).

Il y a aussi sur A Faint Light, cette transe légère, cette fausse froideur tempérée par des instruments qui suintent le soleil. Il se dégage une belle densité de cette intrication de cordes et on se rappelle que sur le même label Talitres figure un certain Will Stratton dont on retrouve la douceur (le violoncelle de Refondre les hémisphères) et la compétence technique.

Luxe mêle des morceaux en français et en anglais, pour un effet assez différent et je dois bien avouer qu’à titre personnel, je préfère la seconde langue, notamment parce que la voix placide se mêle fort bien à la litanie musicale de My Name Is Carnival ou que ça se prête aussi fort bien à un ton plus pop (Ode To Scabies). Le charme y opère donc mieux que sur ceux qui tiennent plus de la chanson français (A Qui Dois-Tu Montrer Les Dents ?).

Les mélanges marchent mieux quand ils ne sont pas une simple apposition d’idées mais une fusion de personnalités. Stranded Horse réussit donc ça, une forme finalement unique à base d’ingrédients connus, une invitation au voyage et à la découverte de l’autre.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

3 Messages

  • Stranded Horse - Luxe 12 février 2016 12:03, par Laurent

    Je n’ai pas retrouvé, ou trop rarement, les sommets de "Humbling Tides" (Halos, toujours le top "chair de poule" de 2011). Sans doute que Yann Tambour s’est trop fait attendre entre-temps., en tout cas j’en attendais tellement davantage... Mais ça reste d’une grande classe et, comme tu le soulignes très justement, étonnamment cohérent.

    repondre message

    • Stranded Horse - Luxe 12 février 2016 12:12, par Marc

      Je ne m’étais pas immergé suffisamment à l’époque pour pouvoir faire une comparaison valable. Mais pour moi, cet album a été une bien agréable digression parmi tout le reste.

      repondre message

    • Stranded Horse - Luxe 15 février 2016 09:29, par Le Sto

      +1 ! Moi c’est Churning Strides qui m’avait littéralement scotché, la suite était bien belle également. Ce dernier opus est moins envoûtant malgré 2-3 belles envolées. J’ai malgré tout moins accroché.

      repondre message

  • Equipe de Foot - Géranium

    Quinze ans après Myspace, la tradition du nom de groupe étrange survit. Mais ce n’est pas le seul anachronisme ici. Le style pratiqué nous renvoie en effet plein d’années en arrière, au temps des nineties. Mais si beaucoup des formations qui font revivre ce temps-là penchent du côté alternatif de la force (The Poison Arrows, Beingmoved, Daydream Three), le duo bordelais privilégie une musique plus pop avec de grosses guitares.
    Et à titre personnel, c’est là que ça coince parce que ce n’est pas ce que (...)

  • Kitch – New Strife Lands

    Kitch n’est pas kitsch. Une lettre qui change beaucoup parce que le dégoulinant n’est vraiment pas à l’ordre du jour chez le quatuor de Villeurbane. Ils privilégient en tous cas les morceaux courts. Ce qui rend le tout à la fois assez digeste mais aussi déroutant parce que les styles s’enchainent sans pitié.
    Etambot pourrait être un morceau des Liars, un peu mystérieux. La formation peut servir de point de référence pour sa versatilité. On retrouve cette tendance sur des morceaux comme Charismatik qui (...)

  • Chev Chevin - Nectar

    Avec en accroche un phrasé à la lisière du hip-hop avec des nappes de synthés presque James Bond, on sent qu’on va explorer des limites (les nôtres) sur le premier album du duo (Max Kraft et Jonas Eckhardt) allemand Chev Chevin . Mais on s’embarque en fait pour un trip musical pour le moins varié.
    Les envolées et les voix sur Over Soon font plutôt penser à Bon Iver, avec une solidité plus marquée. Cette veine-là nous vaut de bons moments quand Nausea s’envole et bien franchement, on tient le haut du (...)

  • Rodrigo Leão - A Estranha Beleza da Vida

    Quand on découvre un artiste, on tente de se raccrocher à du connu. Rodrigo Leão a été membre de Madredeus, une des rares formations lusitaniennes dont le nom a eu un retentissement international. En se renseignant un peu, on note aussi des collaborations avec Beth Gibbons, Neil Hannon, Tindersticks, Ruichi Sakamoto ou Ludovico Einaudi. Un CV en béton armé donc.
    Il confirme d’emblée ces belles dispositions avec le simple et beau Friend of a Friend chanté par Michelle Gurevitch. Forcément quand ça (...)