Accueil > Musique > 2016 > Ed Tullett - Fiancé

Ed Tullett - Fiancé

jeudi 21 avril 2016, par Marc


Le jeune âge est un argument de vente souvent utilisé à mauvais escient, parfois pour détourner l’attention d’un talent pas encore affirmé (les reprises dégoulinantes de Birdie). Mais quand on découvre un talent, une expérience limitée peut laisser entrevoir une marge de progression énorme. Du haut de ses 22 ans, l’Anglais Ed Tullett a déjà remixé des gens comme Local Natives ou Bon Iver et livré des morceaux pour quelques séries comme Pretty Little Liars ou Bones. Jeune oui, mais pas débutant.

Avec sa voix haut perchée, il peut tout de suite passer pour un nouveau chanteur folk délicat. Mais cette impression se voit bien vite invalidée parce que si on retrouve en effet quelques arpèges sensibles sur ce premier album, ce n’est qu’une composante d’un espace sonore qui devient plus vaste au fur et à mesure des écoutes.

Un morceau, il n’en faut souvent pas plus pour planter le décor, proposer l’aperçu d’un univers. Dès Irredeemer, il nous gratifie de belles harmonies vocales, d’une délicatesse absolue, avec quelques effets sur la voix (non, pas d’autotune, on reste entre gens bien) qui annoncent la couleur. Cette voix est aussi une matière qu’il façonne pour nous emmener voir là-haut si les harmonies sont plus belles et puis redescendre au sol un dédoublement de bon aloi comme ceux que peuvent offrir nos compatriotes de Dan San. Il se place aussi dans le sillage des évolutions récentes de Bon Iver quand il se sert de sa voix de tête.

Malignant pousse le principe encore un peu plus loin avec des nappes de synthé. Et l’effet majestueux pourra plaire à ceux qui apprécient les moments apaisés de Sigur Ros pour en faire au final un grand morceau si vous voulez mon avis. Tout album aurait du mal à se remettre d’un départ pareil. C’est un peu le cas ici aussi il faut bien l’avouer puisque certains morceaux se montrent un rien moins attachants comme Posturer dont la guitare plus acide n’apporte rien à l’équilibre de l’ensemble. Canyine pourra aussi paraître un peu trop éthéré. Ces entrelacs de voix tiennent la route, certes, mais semblent parfois un peu livrés à eux-mêmes. On perd donc occasionnellement le fil et la constance est sans doute le seul secteur où une marge de progression est encore manifeste.

Mais il reste évidemment encore de bien belles choses sur cet album comme le lancinant Saint, la montée inexorable d’Are You Real ? Ply by est dense et intense par des synthés sombres sans être pesants qui prennent après un début discret et il semble presque que la pluie tombe sur Ivory.

Complexe dans sa réalisation et dans le traitement des voix considérées comme une matière première, ce premier album est plus qu’une promesse puisqu’on y retrouve déjà de très grands morceaux. Dans ce cas, la jeunesse est donc une garantie d’évolution vers des sommets qu’on n’aperçoit même pas encore.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Gabriiel – Treasure in The Garden

    Les artistes français pratiquant avec talent des genres folk et dérivés font partie des amis de nos oreilles. On avait déjà ajouté Gabriiel à Raoul Vignal ou The Wooden Wolf à la liste sur foi d’un prometteur premier EP. Evidemment, on est restés aux aguets pour le premier album et on n’a pas eu tort.
    La plage titulaire montre déjà une belle palette, avec ces cordes majestueuses et graves, de belles harmonies avec la choriste qu’on retrouvera tout au long de l’album et une sensation d’ampleur et la (...)

  • Barzin - Voyeurs in The Dark

    Si les rencontres avec Barzin sont plutôt espacées, les retrouvailles ont toujours été faciles. Il s’est en effet passé 8 ans depuis son dernier album. Le chanteur canadien a en tous cas mis à profit cet intervalle pour faire évoluer son univers.
    On ne retrouve donc plus vraiment d’arpèges acoustiques. Exit donc les ressemblances autrefois flagrantes avec Spain, remplacées par une légèreté de tous les instants qui est à la fois la force et la potentielle réticence. Force parce qu’on n’a plus (...)

  • Jem Bosatta – Loss + Love (EP)

    On avait reçu ces morceaux il y a un petit temps déjà, apprécié cette capsule intime et hors du temps. Et voici cet EP dans le monde avec une pochette est un peu trompeuse. On ne se doute pas à quel point on s’apprête à écouter des morceaux folk vraiment intemporels. L’artiste anglais installé à Berlin s’impose d’emblée comme un songwriter de haut vol.
    Comment susciter l’émotion sans avoir l’air de quémander des larmes de la part de l’auditeur ? C’est toujours difficile à dire mais ici il y a quelques pistes (...)

  • Jawhar - Tasweerah

    Un Nick Drake des sables, c’est ainsi qu’on nous l’avait présenté, c’est ainsi qu’on l’avait aimé. Mais Jawhar est un artiste, de ceux qui rechignent à se cantonner à un procédé, aussi riche soit-il. Et ce quatrième album s’éloigne sensiblement de cette référence de base. Pas par caprice, c’est tout simplement un effet secondaire de son évolution.
    L’emploi de la langue arabe est toujours un marqueur fort de la musique du Belgo-Tunisien. Evidemment l’anglais ne peut que fonctionner vu les genres pratiqués (Born (...)