Accueil > Critiques > 2019

The Cinematic Orchestra - To Believe

mercredi 27 mars 2019, par marc


Cela fait tout de même quelques années qu’on était sans nouvelle du duo anglais (Jason Swinscoe et Dominic Smith). A-t-on loupé plein d’épisodes depuis Ma Fleur de 2007 qui nous avait tant plu ? Même pas, ceci est le premier album depuis 12 ans.

Ce qui n’a pas changé, c’est qu’il y a toujours une pelletée de collaborateurs vocaux. On préférera aux chants sensibles mais parfois trop délicats de Tawiah (Wait for Now/Leave The World) ou Moses Sumney le flow de Roots Manuva qui propose un léger décalage qui nous fait penser à Massive Attack (avec qui il a collaboré).

Mais le meilleur de cet album est aussi et surtout dans les instrumentaux. Les plages dénuées de vocaux sont en effet de très haute tenue. Lessons est de ces morceaux qui savent qu’ils peuvent prendre leur temps et c’est relevé comme ce que Tortoise peut livrer quand ils ont fini leurs céréales. The Workers of Art est quant à lui incrusté de cordes. Elles sont d’ailleurs très présentes sur cet album (To Believe).

Quand un morceau pourrait s’engluer comme du Archive, il se redresse de bien belle façon. On n’attendait pas que le légèrement sirupeux Wait for Now/Leave The World puisse ainsi prendre la tangente avec un son plus consistant. De même, l’alangui A Promise profite de sa longueur hors-normes pour prendre son envol sur un mode plus électronique. C’est un de nos moments préférés de l’album en tous cas.

Exit donc le côté un peu jazzy pour le duo qui mise surtout sur ses capacités à faire monter des morceaux délicats en émulsion revigorante. Cet album s’adresse donc à l’auditeur patient qui sera récompensé par de vrais moments de bravoure.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Mildfire - Kids In Traffic

    Pourquoi les genres disparaissent-ils ? Ces symphonies de poche tellement présentes et attachantes ont un peu perdu de leur lustre et c’est un peu dommage. Parmi ces orfèvres, citons The Annuals, Choir of Young Believers, Musée Mécanique, Fanfarlo ou Efterklang parce qu’il est toujours bon de se rappeler de bons souvenirs. Dans cette veine, on avait spécialement apprécié Einar Stray et on ne (...)

  • The Smile - Wall of Eyes

    Même en 2042 et après avoir sorti 13 albums réussis, The Smile restera ’le groupe des deux types de Radiohead’. C’est comme ça, le groupe d’Oxford est trop ancré dans la culture pop pour passer au second plan de quoi que ce soit. Mais cette encombrante et inévitable figure tutélaire ne doit pas oblitérer les qualités indéniables de The Smile. Les deux protagonistes, flanqués du batteur Tom Skinner au (...)

  • Maxwell Farrington & Le Superhomard - Please, Wait...

    On ne peut pas dire que la paire formée par Maxwell Farrington et Le Superhomard (le producteur français Christophe Vaillant) se repose sur les lauriers d’un premier album remarqué. Après un EP il y a deux ans et une tournée intense, voici déjà le second album en peu de temps sur le toujours excellent label Talitres.
    Australien établi à Blinic en Bretagne, Maxwell Farrington propose sa belle voix de (...)

  • Heeka - The Haunted Lemon

    Il faut se méfier des avis trop rapides, des débuts d’albums trompeurs. Ce sur les morceaux initiaux du premier album de l’artiste flamande (née Hanne Hanegraef) installée dans le sud de la France doivent beaucoup aux voix, dédoublées. Quelque part entre Camille et Agnes Obel, ces morceaux intrigants et séduisants à la fois ne représentent cependant qu’une facette d’Heeka.
    Une fois mis en confiance, (...)