Accueil > Musique > 2019 > Wilco - Ode to Joy

Wilco - Ode to Joy

vendredi 11 octobre 2019, par Marc


C’est sans doute un cliché et une facilité de dire qu’un groupe est à part mais dans le cas de Wilco on ne peut que difficilement l’éviter. Pourtant, le genre pratiqué par la fameuse formation américaine qui jouit d’ailleurs d’un moindre crédit en nos longitudes n’est pas trop mystérieux. La différence ? Une subtile supériorité dans l’écriture, une versatilité d’interprétation encore plus grande que les autres, un air de coolitude insurpassable amené par le chant presque débraillé de Jeff Tweedy.

Et il en faut de la maîtrise pour ne jamais céder à l’esbrouffe. Cet album reste donc discret, ces morceaux ne sont pas loin d’être marquants parce qu’ils ont ce petit supplément de souffle qui n’était pas si présent sur Star Wars ou Schmilco.

On ne retrouve pas ici la furie électrique qui pouvait faire le sel de leurs albums plus anciens. On notera un peu de guitare électrique mise en avant (ce n’est pas un album acoustique, loin s’en faut) sur We Were Lucky. Sur Once and a Half Stars, on sent leur patte parce qu’ils arrivent à en faire un morceau qui coule de source. Au fil des écoutes, on a chaque fois admiré la densité de Quiet Amplifier ou le beau gimmick à la guitare de Love Is Everywhere (Beware) dont la voix discrète pourrait même rappeler Elliott Smith. Etrangement, c’est à Bob Dylan qu’on pense sur An Empty Corner.

Il est sans doute un peu trop facile de passer à côté de Wilco. Pourtant, pour tout qui s’intéresse à ce que peut proposer la musique américaine reposant sur des bases assez classiques, c’est une formation de pointe. En plus d’une maîtrise soufflante et peu démonstrative, cette musique repose aussi sur le charme et c’est évidemment plus évanescent. Cependant, rarement il n’a autant opéré que sur cette Ode à la Joie.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Wilco - Ode to Joy 14 octobre 2019 10:45, par Laurent

    Bien d’accord, le groupe est ici au sommet de son art et joue à un niveau où on ne l’avait pas vu depuis une dizaine d’années. Le doublé solo de Jeff Tweedy n’y est peut-être pas étranger. Cette escapade brillante a redonné aux chansons de la respiration... et du souffle (ce n’est pas la même chose) ! Même si les deux groupes n’ont rien à voir, j’ai eu un sentiment comparable à l’écoute du dernier Elbow. ll y a en effet un même charme fou dans cette simplicité et cette joie retrouvées.

    De plus en plus, à défaut de découvertes franchement renversantes, 2019 est une grande année pour les retours gagnants.

    repondre message

    • Wilco - Ode to Joy 23 octobre 2019 16:57, par Marc

      Ne plus rien avoir à prouver est une arme à double tranchant. C’edt vrai qu’ils etaient bien intéressants les albums solo de Tweedy. J’avoue avoir décroché d’Elbow, c’est peut-être une occasion de revenir vers eux...

      repondre message

  • Shearwater - The Great Awakening

    En général, quand plusieurs années passent entre deux albums, on se demande à quoi les artistes ont consacré leur temps, tout simplement parce que leur emploi du temps nous est inconnu. Nécessité faisant loi, Jonathan Meiburg s’est lancé sur Patreon, ce qui a pour effet secondaire de nous connecter avec son actualité. En plus de donner accès à des reprises minimalistes qui, filmées et enregistrées au téléphone, touchent souvent au sublime.
    Si plus de six années se sont déroulées depuis le dernier album (...)

  • Midlake - For The Sake of the Bethel Woods

    Vous faisiez quoi il y a 9 ans, vous en étiez où ? C’est une question oratoire (même si une réponse dans les commentaires est possible). Forcément, si la plupart des membres de Midlake présents sur Antiphon sont encore là, les choses ont changé, nous aussi, eux aussi. Et ils ne sont pas restés inactifs, on se souvient avoir croisé Eric Pulido seul en tant qu’E.B. The Younger ou avec toute la bande et plein d’invités sur le très chouette projet BNQT.
    Bethel Woods, c’est l’endroit où a eu lieu le festival (...)

  • Emily Jane White – Alluvion

    Jusqu’à son excellent album précédent, c’est dans ces lointaines ressemblances que la toujours pertinente Emily Jane White puisait sa singularité. On les cite donc parce qu’on n’en fera pas l’économie : Bat For Lashes, Marissa Nadler, voire Lana Del Rey. Voilà, vous savez où vous mettez les oreilles. Mais maintenant, quand on se demande à quoi ça nous fait penser, c’est surtout aux très bons albums précédents de la Californienne. Parce qu’elle a toujours su tracer son propre chemin et elle fait maintenant (...)

  • Cloud Cult - Metamorphosis

    Le spectaculaire ne devient pompier que quand il est mal fait. C’est une leçon que connait bien Cloud Cult, la formation du Minnesota menée par Craig Minowa. On pense d’abord les retrouver dans une volonté plus intime avant que ce Metamorphosis prenne définitivement son envol.
    La voix est plus éraillée que jamais et il y a toujours une profondeur chez eux, un questionnement qu’on ne retrouve que peu ailleurs avec la même acuité. Le tout avec un violon qui vrille, une façon d’instiller l’émotion par (...)