Accueil > Musique > 2020 > Ellen Allien - Auraa

Ellen Allien - Auraa

vendredi 26 juin 2020, par Marc


Il fallait bien commencer quelque part. Et quand on a découvert un pan entier de la musique électronique il y a une quinzaine d’années, le nom d’Ellen Allien s’était imposé tout de suite. En solo ou avec Apparat, la fondatrice du label Bpitch Control apportait quelque chose, une voix singulière dans une musique qu’une écoute distraite pourrait qualifier d’aride. Et on a continué à la suivre et on lui est déjà reconnaissants d’avoir vitaminé notre début d’été.

Même si ce onzième album commence en mode adouci, avec un remix de l’autrement plus percutant Hello Planet Earth. Les sons sont là, bien entendu, mais les beats attendent encore, sortant un peu pour une grosse densité qui s’installe dès In Music I Trust. Et puis elle lâche les grosses basses sur True Romantics. Et elles peuvent se faire vraiment vibrantes sur Traum. Ce sont les sons en suspension qui les accompagnent (Hello Planet Earth) qui en font tout le sel. Evidemment il est plus facile de moduler ce genre d’effet sur un long morceau. Le gimmick peut être vraiment simple si les sons aident à moduler le morceau (Can’t See You).

La voix est comme toujours très filtrée. Elle ne s’est jamais pris pour une chanteuse et c’est très bien comme ça. Elle est très bidouillée sur Walking In The Dark, morceau qui écoute après écoute intrigue puis impressionne. On note que cet album est sans doute moins sec que par le passé. On ne saura sans doute jamais l’effet que ça fait à 4 heures du matin en boite, vous nous raconterez.

Si les giclées d’euphorie sont bien là, c’est un album efficace qui ne se refuse pas. Moins franchement orienté dancefloor et pensé comme un album, l’écoute intégrale s’en révèle logiquement plus gratifiante et garde l’increvable Ellen dans le game techno.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Déclic Vol 1 : Mutant

    Parfois le contexte d’un album est plus complexe à détailler que le contenu lui-même. Ici, ce sont deux collectifs de Caen, Collectif Toujours et Neuvième Ruche qui ont rassemblé des artistes électroniques (musiciens mais aussi chorégraphes) et ceci est le produit de leur collaboration. Pour l’exhaustivité, citons les noms des artistes impliqués : Nömak, Canblaster, Gauthier Toux, Samba de la Muerte, Philippe Boudot, Morgane Carnet, Nils Peschanski, Neysa Barnett.
    Difficile donc de discerner les (...)

  • Yann Tiersen - 11 5 18 2 5 18

    Il y a plusieurs carrières dans la carrière de Yann Tiersen, ou à tout le moins des périodes, qui s’entrecroisent, reviennent aussi parfois. On ne va pas refaire le parcours à chaque fois mais si on l’a laissé sur des albums au piano et d’inspiration bretonne, on a aussi beaucoup apprécié son approche du post-rock.
    L’origine de cet album remonte à la préparation d’un set pour le festival Berlinois de synthé modulaire Superbooth. Il en a profité pour se plonger dans les pistes de son album récent Kerber de (...)

  • !!! - Let It Be Blue

    Pour un groupe qui semblait se placer dans une mode, !!! (on peut dire tchik-tchik-tchik quand on cause) a une remarquable longévité. Qui plus est, s’ils sont restés fidèles à ce qui fait leur spécificité, un groove irrésistible et la marque de glande internationale de Nick Offer. Ils ont de plus ajouté sur leurs dernières parutions une dose de mélancolie de dancefloor de très bon aloi et on est contents de la retrouver ici. Le ressenti les rend plus intéressants.
    Une oreille distraite aurait sans (...)

  • Plastikman and Chilly Gonzales - Consumed in Key

    Plaquer du piano sur un album électro semble une idée improbable. Mais repousser les limites de l’improbable semble une mission de tous les jours pour Chilly Gonzales. Il a ici jeté son dévolu sur un classique electro de Plastikman (un des prête-noms du génial Richie Hawtin) sorti en 1998 sous la houlette d’un troisième comparse canadien, Tiga.
    Si j’ai usé l’incunable Transitions, acte fondateur minimal, je n’ai jamais plongé plus avant mes explorations du maitre. Une erreur sans doute partiellement (...)