Accueil > Critiques > 2020

Jarv Is... - Beyond The Pale

lundi 24 août 2020, par marc


This is not a live album… It’s an alive album.

Cette déclaration sibylline donne une petite idée de la genèse un peu inhabituelle du projet. La formation groupée autour de Jarvis Cocker a en effet peaufiné et enregistré ces morceaux dans des festivals et autres petites salles avant de retravailler le matériau qu’on entend sur ce premier album. C’était en tout cas la suggestion de Geoff Barrow de Porstishead et Beak> (suivez @jetfury sur Twitter, fun acide garanti). Ce mode opératoire peut être vu aussi comme une limitation, la précision millimétrique des albums de Pulp apportant un souffle qu’on retrouve occasionnellement ici.

Parce que s’il est évidemment illusoire d’attendre de l’album solo d’un leader de groupe de produire une suite de ce qu’il faisait avec son groupe culte, les amateurs de Pulp seront la cible la plus facilement identifiable ici. Jarvis fait des signes qui ne trompent pas, il y a beaucoup plus de connexions de style avec Pulp ici sur le très opportunément nommé Must I Evolve qui présente un petit côté épique, s’arrêtant pour mieux repartir comme une petite bombe de concert. Oui, c’est un morceau taillé pour la grande scène de Glastonbury. C’est évidemment un signe gros comme ça pour le fan quadra (ou quinqua), il y a des moments qui n’auraient pas déparé His ‘n Hers.

On distingue d’ailleurs d’autre moments de bravoure quand Am I Missing Something ou Sometimes I Am Pharaoh enclenchent la surmultipliée. Et quand ce ne sont pas des hauts faits, il maintiennent le cap avec une douceur qui fait plaisir (Swanky Modes), rendant cet album bien agréable dans l’ensemble. Si c’est forcément différent musicalement, on peut aussi penser à Leonard Cohen quand il susurre (Save The Whale).

On retrouve aussi une connivence certaine avec les passages plus discoïdes de la harpiste et claviériste Serafina Steer qu’on retrouve avec bonheur ici. Ils par le resque dub Children of The Echo qui fait craquer en plusieurs endroits son cocon psychédélique et montre l’étendue des possibilités de cette solide formation.

Si vous étiez un fan de Pulp, c’est un conseil sans réserve et vous ne m’avez sans doute pas attendu. Dans le cas inverse, c’est un bon test pour vous décider à vous frotter à la discographie de la formation de Sheffield (allez-y de notre part de toute façon). Dans tous les cas, c’est une incursion dans la musique d’une autre époque qui a vraiment bien vieilli, avec une écriture qui fait toujours mouche.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

3 Messages

  • Kate Nash – 9 Sad Symphonies

    Nous sommes en 2013. Après un premier album acclamé emmené par le tube Foundations, la star de Myspace a confirmé avec My Best Friend Is You la plupart des espoirs placés en elle et la voici en position de définitivement asseoir son statut avec un troisième album traditionnellement piégeux. Mais elle va relever le défi.
    Sauf que vous savez que ça ne ça ne s’est pas passé comme ça. Larguée par son (...)

  • The Smile - Wall of Eyes

    Même en 2042 et après avoir sorti 13 albums réussis, The Smile restera ’le groupe des deux types de Radiohead’. C’est comme ça, le groupe d’Oxford est trop ancré dans la culture pop pour passer au second plan de quoi que ce soit. Mais cette encombrante et inévitable figure tutélaire ne doit pas oblitérer les qualités indéniables de The Smile. Les deux protagonistes, flanqués du batteur Tom Skinner au (...)

  • PJ Harvey – I Inside The Old Year Dying

    C’est un phénomène que j’ai du mal à m’expliquer. Il m’est difficile voire impossible de me plonger dans des œuvres récentes d’artistes que j’ai beaucoup aimés il y a longtemps. Si dans certains cas c’est la qualité de leurs albums qui est l’explication la plus facile (Muse, The Killers, Foals...), c’est plus mystérieux en ce qui concerne Radiohead, Nick Cave ou PJ Harvey.
    Il faut dire aussi qu’elle a pris (...)

  • Ralfe Band - Achilles Was A Hound Dog

    Outre un flair hors-normes pour dégotter des talents très actuels (Nadine Khouri, Raoul Vignal, Emily Jane White...), Talitres a aussi le chic de remettre en selle des formations culte. A l’instar de Flotation Toy Warning ou The Apartments, Ralfe Band était passé sous nos radars et c’est le label bordelais qui nous le signale.
    Et il fait bien. Si les albums précédents du groupe d’Oly Ralfe datent (...)