Accueil > Critiques > 2021

Gabrielle Verleyen - Le Lac (EP)

mercredi 15 décembre 2021, par Marc


Notre vie d’auditeur frénétique est articulée autour de découvertes en tous genres. Aussi quand une jeune compatriote propose un EP personnel aussi soigné, on ne peut que s’en saisir.

Sans surprise, c’est la voix qui est au centre des débats, fort mise en avant. Et ce choix donne du corps et de la cohérence à ce Lac. I Feel part dans un genre de jazz blues moderne, celui qui a été dépoussiéré chez nous par artistes comme Mélanie De Biasio. C’est une extrémité stylistique, la seule en anglais d’ailleurs.

Parce qu’elle privilégie sa langue maternelle pour être au plus près des émotions. Si à titre plus personnel on est moins touchés par le ton plus concerné de Le Renard Passe, le ton est juste. Et les morceaux peuvent aussi monter ou se montrer plus louvoyants (entre deux langues déjà, choix qui laisse toujours perplexe). Les ressemblances et comparaisons ne s’appliquent pas vraiment ici, tout au plus pense-t-on à Camille sur Je Reviens.

C’est sans doute sur le Demain final que son style déjà bien marqué s’exprime le mieux. Mais on n’avait pas besoin de ça pour noter le nom pour plus tard, curieux qu’on est de voir comment ce spectre si large va évoluer. Suivre des artistes est une passion alimentée par des découvertes comme celle-ci.

    Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Gabrielle Verleyen - Le Lac (EP) 15 décembre 2021 21:00, par Laurent

    Cette façon de citer Camille pour appâter le chaland laisse à penser que ce site devient de plus en plus racoleur ! :-D

    Forcément, j’ai donc été obligé d’écouter de toute urgence ce nouveau talent francophone, au terme d’une année 2021 qui en aura prodigué son lot. Encore une belle découverte ajoutée à la liste des noms à suivre. Si le son assez "live" n’enlève rien à la subtilité de l’ensemble, c’est effectivement la voix qui nous enveloppe et séduit le plus immédiatement. Dominique A ferait bien de s’intéresser le plus vite possible à ces chansons et y apporter sa patte, je pense que les sons se marieraient à merveille.

    Tiens, c’est la deuxième fois que j’entends une chanson citer notre Maggie nationale aujourd’hui (après le plus foufou "Maggie débloque" d’Unik Ubik écouté ce matin). Renaud devrait peut-être réenregistrer son "Miss Maggie", il y a matière à tabac de ce côté de la frontière...

    repondre message

    • Gabrielle Verleyen - Le Lac (EP) 16 décembre 2021 13:11, par Marc

      Oui, racoleur est le mot d’ordre ici, surtout pour attirer le commentateur unique (pas lecteur unique, c’est déjà ça...).

      Bonne idée de soumettre ça à Dominique A, si tu as le numéro je te laisse l’initiative.

      Il faut dire que Maggie a fort opportunément disparu des radars, on n’a pas encore entendu de chanson parlant de son successeur au nom de coureur cycliste...

      repondre message

  • Auren – Il s’est passé quelque chose

    Il y a des albums qui donnent envie d’en savoir plus. Alors on cherche longtemps pourquoi on aime ça et on ne trouve pas vraiment. Reste cette évidence, Auren nous fait une très belle proposition de pop en français et on se contentera de ça. Apprécier est mieux que comprendre après tout.
    C’est via ce duo avec Jeanne Cherhal (c’est en-dessous) qu’on avait eu vent de cet album et on le retrouve avec (...)

  • Bird Voices - Mirage

    Si le hip-hop est hégémonique, ce n’est pas la seule voie pour mêler écriture et musique comme le confirme brillamment le duo de Montpellier sur son premier album. Ce qu’on peut dire tout de suite est qu’on apprécie cette poésie naturaliste. Il est toujours difficile de dire précisément pourquoi. C’est entièrement au premier degré mais jamais sentencieux et musicalement, ces vignettes se distinguent (...)

  • Nicolas Jules – Carnaval Sauvage

    On vous voit, ceux qui forcent leur originalité, les as du marketing, ceux qui copient en moins bien. Et Nicolas Jules n’est pas dans votre camp. On lui donnait par boutade rendez-vous à cette année en parlant du très bon Yéti et il a tenu parole. Si on avait tout de suite apprécié les deux albums précédents, celui-ci marque encore plus sa singularité et se présente comme plus qu’une confirmation. (...)

  • Garden With Lips - Magnolia

    La transitivité simple qui veut que les amis de nos amis soient aussi nos amis connait certes quelques ratés mais reste une base solide. C’est lacollaboration avec Centredumonde sur un bel EP qui nous avait signalé Garden With Lips et l’occasion est belle de se frotter à un album complet. Surtout que comme on va le voir, la découverte est de taille.
    On commence par un instrumental languide, que (...)

  • The Imaginary Suitcase - Alone, we go faster. Together, we go further (...)

    Dix ans déjà et maintenant dix critiques de notre côté (on se place tout de même comme exégètes officieux), c’est le temps de la célébration. Pour fêter ça, ce n’est pas vraiment le genre de la maison de sortir une best-of pour les fêtes. Par contre, profiter de l’occasion pour retrouver des collaborateurs qui l’ont accompagné, c’est bien plus le genre de Laurent Leemans. Regarder dans le rétroviseur pour (...)

  • Sïan Able - Veni Vidi Sensi

    D’accord, un premier EP qui plait, c’est un bon début mais confirmer avec un bon premier album, c’est l’étape cruciale d’une carrière. Donc Sïan Able (anagramme de son vrai nom Anaïs Elba) passe la vitesse supérieure et son talent ne se dilue pas dans la taille d’un album.
    On l’a déjà dit, les styles plus soul ne sont pas nécessairement ceux qu’on goûte le plus. Pourtant on l’avait tout de suite adoptée, (...)

  • Van Den Bear - No Plan Survives First Contact (EP)

    On n’a pas deux fois l’occasion de faire une première impression. Fort de ce poncif, le Bruxellois Antoine Van den Berg entame son troisième EP avec fracas, comme une version (forcément) soft d’A Place To Bury Strangers, déflagrations comprises. La voix est clairement l’argument principal mais ce n’est fort heureusement pas le seul. On peut donc convoquer sans honte des références au bel organe parce (...)

  • Auguste Lécrivain - Noir Quart D’Heure

    Sans qu’on sache trop pourquoi ni comment, les artistes francophones deviennent plus nombreux en ces colonnes. Et logiquement, la diversité est au rendez-vous. Si on vous a parlé de ceux qui brouillent les frontières et les genres, ce jeune artiste belge se situe dans un versant résolument traditionnel. Mais n’allez pas en déduire que c’est daté, le son et les influences un peu bossa viennent (...)