Accueil > Critiques > 2021

Gabrielle Verleyen - Le Lac (EP)

mercredi 15 décembre 2021, par marc


Notre vie d’auditeur frénétique est articulée autour de découvertes en tous genres. Aussi quand une jeune compatriote propose un EP personnel aussi soigné, on ne peut que s’en saisir.

Sans surprise, c’est la voix qui est au centre des débats, fort mise en avant. Et ce choix donne du corps et de la cohérence à ce Lac. I Feel part dans un genre de jazz blues moderne, celui qui a été dépoussiéré chez nous par artistes comme Mélanie De Biasio. C’est une extrémité stylistique, la seule en anglais d’ailleurs.

Parce qu’elle privilégie sa langue maternelle pour être au plus près des émotions. Si à titre plus personnel on est moins touchés par le ton plus concerné de Le Renard Passe, le ton est juste. Et les morceaux peuvent aussi monter ou se montrer plus louvoyants (entre deux langues déjà, choix qui laisse toujours perplexe). Les ressemblances et comparaisons ne s’appliquent pas vraiment ici, tout au plus pense-t-on à Camille sur Je Reviens.

C’est sans doute sur le Demain final que son style déjà bien marqué s’exprime le mieux. Mais on n’avait pas besoin de ça pour noter le nom pour plus tard, curieux qu’on est de voir comment ce spectre si large va évoluer. Suivre des artistes est une passion alimentée par des découvertes comme celle-ci.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Gabrielle Verleyen - Le Lac (EP) 15 décembre 2021 21:00, par Laurent

    Cette façon de citer Camille pour appâter le chaland laisse à penser que ce site devient de plus en plus racoleur ! :-D

    Forcément, j’ai donc été obligé d’écouter de toute urgence ce nouveau talent francophone, au terme d’une année 2021 qui en aura prodigué son lot. Encore une belle découverte ajoutée à la liste des noms à suivre. Si le son assez "live" n’enlève rien à la subtilité de l’ensemble, c’est effectivement la voix qui nous enveloppe et séduit le plus immédiatement. Dominique A ferait bien de s’intéresser le plus vite possible à ces chansons et y apporter sa patte, je pense que les sons se marieraient à merveille.

    Tiens, c’est la deuxième fois que j’entends une chanson citer notre Maggie nationale aujourd’hui (après le plus foufou "Maggie débloque" d’Unik Ubik écouté ce matin). Renaud devrait peut-être réenregistrer son "Miss Maggie", il y a matière à tabac de ce côté de la frontière...

    repondre message

    • Gabrielle Verleyen - Le Lac (EP) 16 décembre 2021 13:11, par Marc

      Oui, racoleur est le mot d’ordre ici, surtout pour attirer le commentateur unique (pas lecteur unique, c’est déjà ça...).

      Bonne idée de soumettre ça à Dominique A, si tu as le numéro je te laisse l’initiative.

      Il faut dire que Maggie a fort opportunément disparu des radars, on n’a pas encore entendu de chanson parlant de son successeur au nom de coureur cycliste...

      repondre message

  • Bertier – Machine Ronde

    L’essoufflement est un phénomène bien connu en musique. Un des mécanismes pour le contourner est de s’entourer. Autour des deux membres fixes du projet (Pierre Dungen et Lara Herbinia), il y a toujours eu une effervescence créative, ce qui leur permet non seulement d’évoluer mais de présenter avec ce quatrième album une sorte de synthèse et leur opus le plus abouti et enthousiasmant.
    Chanson (...)

  • Louis Arlette – Chrysalide

    Si on ne connait pas encore très bien Louis Arlette, on peut dire que le patrimoine a une grande place dans sa vie. Après avoir revisité le volet littéraire sur un EP de mise en musique de poésie française, les thèmes de ces morceaux vont chercher des allusions historiques. Mais le ton a changé, radicalement. Si l’EP se voulait iconoclaste et l’était peu (ce qui n’est pas un problème en soi, (...)

  • Kloé Lang - Ce Que La Nuit (EP)

    On ne connaissait de Kloe Lang que des reprises de Barbara et Janis Joplin qui étaient à la base d’un spectacle. Et on avait eu envie de savoir ce qu’elle avait dans le ventre en tant qu’autrice. Cet EP propose Aimez-Moi présent sur l’album précédent et ce morceau plus déstructuré n’est pas typique de ce qu’on entend ici.
    Première chose à signaler, on ne retrouve ici aucune ressemblance littérale avec (...)

  • Centredumonde - Ubac (EP)

    La critique est aussi une lutte perdue d’avance contre la marche du temps, maintenant qu’il est des nôtres, Centredumonde le sait aussi. Il avait déjà évoqué en parlant du moins marquant dernier Daho de cette anecdote d’un cactus écrasant celui qui lui a tiré dessus. Sur ce nouvel EP, il imagine un parcours à ce personnage. On retrouve donc ici quelques losers qui ne se donnent même pas la peine d’être (...)

  • Factheory – Serenity In Chaos

    On avait déjà évoqué les musiques cold comme étant le pendant musical du cinéma de genre. Le groupe belge revendique d’ailleurs un statut d’artisans et d’amateurs dans l’acception de ceux qui aiment. Et on ne pourrait être plus exact. Mais n’allez pas en conclure que le résultat fleure l’amateurisme, ce n’est vraiment pas le cas parce qu’après une poignée d’EPs dont un qui avait capté notre attention, (...)

  • Peritelle - l’Ampleur des Dégâts

    Alors que les dossiers de presse font état d’un album qui n’existe que dans la tête de ceux qui le défendent, il est difficile de faire mieux que Un album de la presque-maturité où la mélancolie succède presque au second degré... Cela risque d’en faire pleurer plus d’un·e !
    Cette laconique présentation met le doigt sur ce qui fait la spécificité de Peritelle, ’presque’. Parce que c’est dans ces (...)

  • Isbells - Basegemiti

    Isbells avait toujours été associé avec une formation comme Marble Sounds. Les deux groupes ont partagé certains membres et étaient sociétaires du même et attachant label Zeal Records et pratiquaient des genres musicaux similaires. Si Marble Sounds a continué sur la même voie jusqu’au dernier album en date, Isbells semble prendre la tangente. Ils ont donc changé de label, de management et même de (...)

  • La Jungle – Blurry Landscapes

    S’il en est qui ne semblent jamais s’arrêter, ce sont bien les deux turbulents Rémy Venant et Mathieu Flasse. On se remet à peine d’Ephemeral Feast que voici déjà son successeur. Il faut dire que ces deux album ont été tous deux composés pendant les confinements. Un simple album de plus alors ?
    Pas vraiment parce qu’il y a ici une composante visuelle. Ils ont eu en effet l’idée de proposer à dix (...)