Accueil > Critiques > 2023

Ptrattseul - L’Oiseau de Nuit (EP)

lundi 4 septembre 2023, par marc


Une des tendances de cette année 2023 est l’arrivée de nombreux talents en chanson française. Loin de la tradition de la rive gauche, il existe toute une frange un peu inclassable et très aboutie dont les membres seraient Guillaume Léglise, Max Darmon, Auren ou autres Buridane. Si les résultats sont très différents, la verve avec laquelle ils abordent la pop francophone est une bonne surprise.

Fort bien produit, ce premier EP de Prattseul le situe dans cette mouvance et on est contents de l’avoir découvert. Il arrive à planquer des références gainsbouriennes derrière un beat rond qui lui va bien au teint. Les basses sont rondes mais bien assimilées. Parce qu’il y a beaucoup de cordes sur Nuits Blanches qui dégage un parfum indéniable de Joseph d’Anvers sur beaucoup de morceaux. Si le Nivernais est dans vos cordes, allez-y sans hésitation aucune.

Il y a donc une vraie amplitude sonore, beaucoup d’allant et un côté pop enlevé et très assumé. Mais pas que, parce que Mon Vieil Ami fait plutôt dans la pop symphonique de chambre. Evidemment une certaine façon des années ’70 est en ligne de mire mais quand c’est fait avec autant de goût on en redemande. Ces 20 minutes nous présentent le talent de Prattseul et sont un des conseils de la rentrée.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Trotski Nautique - Le Meilleur de A-Bas

    En musique, il est courant que les mots changent de sens. ’Pop’ ne signifie plus la même chose aujourd’hui qu’il y a 50 ans. Pareil pour ’alternatif’ qui a fameusement dévissé depuis les années ’80. Dans la démarche, ce qu’on entend chez Trotski Nautique (formidable nom...) est à placer dans cette filiation, même si les guitares maladroites ne sont pas de sortie.
    Sur le papier, c’est proposé (peu (...)

  • Françoiz Breut – Vif !

    Reconnaissable entre toutes, la voix de Françoiz Breut continue à nous faire voyager. Elle est tellement particulière et familière à la fois qu’elle peut s’accomoder de bien des contextes. On avait apprécié les atours plus synthétiques du Flux Flou de la Foule et cet album-ci se place dans cette lignée. Il faut dire que c’est la même équipe qui l’entoure, à savoir le claviériste Marc Mélia, le guitariste (...)

  • Nicolas Jules – La Reine Du Secourisme

    Jusqu’où s’arrêtera-t-il ? Practice makes perfect, tel est le dicton dans une langue non pratiquée par Nicolas Jules. Mais force est de constater qu’il le met en application avec un rythme de publication quasi annuel qui voit son œuvre se polir et se distinguer. Il se situe pour cet aspect-là dans le sillage du regretté Murat.
    Une musique n’est pas parfaite quand il n’y a rien à ajouter mais quand il (...)

  • Beyries - Du Feu Dans Les Lilas

    Honnêtement, on l’a vu venir cet album. Inconsciemment, on l’a espéré aussi. Si Encounter avait vraiment plu, c’est le seul titre en français qui avait le plus marqué. On avait retenu le nom, et le temps a passé. Quand Du Temps a été lancé en éclaireur, l’échine s’est serrée immédiatement.
    On avait détecté sur l’album précédent une tendance à produire des morceaux soyeux mais occasionnellement lisses, c’est (...)