Accueil > Critiques > 2004

Within Temptation : Mother Earth

mercredi 23 août 2006, par Fred


On aura tout vu cette année. Et donc après m’être quasi fait avoir par le succédané de gothique d’Evanescence, je me tape la galette de Within Temptation et là les aspirations sont les mêmes mais on ne joue plus à plaire aux ados… Amis des chœurs au synthé, des grosses guitares et des mélodies et parlotes dépressives, bonjour/bonsoir (c’est selon). Autant vous le dire d’emblée, le gothique n’est pas le truc qui m’inspire le plus au monde, mais bon, on doit quand même reconnaître à Within Temptation le fait que les compo tiennent largement la route. Les chansons sont accrocheuses.

Là où la pilule passe moins bien, c’est la voix de la chanteuse que je trouve horripilante : qu’on laisse les chanteuses d’opéra en dehors du rock s’il vous plait ! En sus, vient le caractère beaucoup trop sucré de cette guimauve. C’est beaucoup trop doux, trop bien produit, et même trop clair au niveau du son pour ce type de musique. On ressort donc un peu écoeuré par l’ensemble.

Conseil d’utilisation : Dans la salle d’attente de votre ORL, pour préparer la voie… (F.)

    Article Ecrit par Fred

Répondre à cet article

  • Ultra Sunn - US

    Suivre des artistes, découvrir de prometteurs EP et puis écouter leur premier album qui confirme tout le potentiel soupçonné, c’est vraiment un des plaisirs de cet étrange hobby. Et dans les EP qui nous avaient vraiment plu (et pas qu’à nous si on en juge par l’ampleur de leur tournée), le duo bruxellois se plaçait assez haut. Gaelle Souflet et Sam Huge nous reviennent donc US qu’ils ont écrit, (...)

  • Dark Minimal Project – Remixes

    On vous avait déjà dit tout le bien qu’on pensait du second album de Dark Minimal Project, Ghost of Modern Times. On avait décelé un cousinage certain avec Depeche Mode et c’était loin de nous déplaire. Et la ressemblance se prolonge avec ces remixes, le groupe anglais étant très friand de l’exercice. Sur la pochette, les deux protagonistes Guillaume VDR et Ange Vesper semblent avoir pris cher mais (...)

  • Factheory – Serenity In Chaos

    On avait déjà évoqué les musiques cold comme étant le pendant musical du cinéma de genre. Le groupe belge revendique d’ailleurs un statut d’artisans et d’amateurs dans l’acception de ceux qui aiment. Et on ne pourrait être plus exact. Mais n’allez pas en conclure que le résultat fleure l’amateurisme, ce n’est vraiment pas le cas parce qu’après une poignée d’EPs dont un qui avait capté notre attention, (...)

  • Dark Minimal Project – Ghost of Modern Times

    Dark Minimal Project. Rarement un nom de formation n’a sonné autant comme une déclaration d’intention. A l’instar du post-rock il y a dix ans dont les représentants qui se succédaient à une allure folle, les groupes cold-wave semblent maintenant se bousculer dans la boîte mail. On retrouve la même difficulté à les différencier, à les classer pour mieux en parler. Mais bon, s’il y a toujours un cahier des (...)