Accueil > Critiques > 2007

Do Make Say Think : You, You’re A History In Rust

vendredi 2 mars 2007, par marc

Un coup de coeur presque sans paroles et frigotartinable


A quel moment intervient la saturation de bons groupes ? Très tard sans doute, pour peu qu’elle arrive jamais. Il n’en reste pas moins que ces derniers temps j’ai apprécié beaucoup de choses. Question de sélection sans doute. Je ne connaissais pas Do Make Say Think, qui vient comme tant de bonnes choses (citons pêle-mêle Final Fantasy, Feist, The Dears, Broken Social Scene, Tokyo Police Club). Et je les ai adoptés tout de suite. J’ai même sur moi un ticket de concert pour la semaine prochaine, histoire de mettre des visages sur ces sons.

Comme récemment, nous allons parler musique instrumentale ou presque. Pas de chapelles, d’étiquettes ou d’obédiences, Do Make Say Things échappe un peu à tout ça. Les références sont plutôt des ressemblances qu’on va épingler pour que vous sachiez dans quoi vous vous lancez. Et j’espère que vous vous y lancerez. Vous avez sans doute compris que je vais être insistant.

Une des choses qui semblent avoir étonné les puristes du groupe est la présence de chant sur cet album. Personnellement, la musique purement instrumentale ne me fait plus peur mais je ne perçois pas la présence de voix humaines comme un appauvrissement. Les chants sur A With Living tiennent d’ailleurs plus de la psalmodie. Ils les rapprochent des groupes qu’on qualifie psyché-folk faute de mieux (Animal Collective, Grizzly Bear tout ça...), ce qui pourrait être pire convenons-en. L’autre intrusion est sur le final In mind qui les voit user de leurs penchants bruitistes. C’est un mélange déconcertant. Je me suis laissé dire qu’ils exploitaient plus cette veine auparavant. En tous cas, je les prends tels quels... On constate d’ailleurs avec le chant combien cette musique est plus riche que ce qu’on entend habituellement

Pour le reste et donc le plus important, la musique, on vole très haut. Pour fixer les idées, je pense aux meilleurs moments du TNT de Tortoise (typique sur le riff de A With Living) ou à You Forgot it In People de Broken Social Scene (par exemple la basse de Herstory Of Glory) avec qui ils partagent deux musiciens. En tous cas, c’est d’une tenue mélodique irréprochable et parfaitement exécuté. Souvent très enlevé, jamais mollasson. Même quand ils s’essaient au vieux blues déglingué You You’re Awesome) avec cuivres (présents sur tout l’album) et tout. Les nombreux (bons) arpèges de guitare sèche pourraient nous faire penser que c’est du folk (A Tender History In Rust, In Mind) et c’est vrai qu’on n’en est parfois pas loin.

Une des choses que je préfère reste quand même la section rythmique. La basse ronde et surtout une batterie subtile en toute circonstance. C’est son faux effacement qui rend certains titres si accrocheurs. L’accumulation des instruments ne fait jamais perdre le fil et les incursions plus rares (la guitare slide par exemple) sont judicieuses. C’est cette volonté de créer des morceaux cohérents, sans effets de manche qui parfois les rend efficaces. Très simple, la progression sur Executioneer blues en est un bel exemple. Une phrase récurrente qui présente toutes ses variations et on est emportés par le tourbillon. Le tout se termine dans une relative cacophonie. Il n’y a d’ailleurs pas de montées insensées ni de ruptures franches, juste des poussées de fièvre.

Vous aurez à ce moment de la lecture déduit que c’est une musique plus facile à écouter qu’à commenter. Je n’imaginais pas qu’il existait une musique aussi séduisante aux confins d’une certaine tradition jazz, post-rock ou folk. Cette drôle de plante avait toutes les chances de pousser sur le fertile terreau canadien. A des millions de kilomètres de tout hermétisme ou facilité, on peut trouver une musique accessible et séduisante, aérée et frigotartinable (ça n’a rien à voir, c’est pour voir si vous aviez suivi)

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Mono – Oath

    Ce qui est rare est précieux. Et dans un contexte musical où le post-rock se raréfie, les plaisirs que confèrent une formation comme Mono ne sont pas reproductibes par d’autres genres et deviennent d’autant plus précieux. Mais cette rareté ne confère pas pour autant le statut de chef-d’œuvre au moindre album du genre, loin s’en faut même.
    Une fois ces généralisations balancées, penchons-nous sur le cas (...)

  • Binidu - //

    Si on avait croisé le chemin de Vincent Dupas quand il officiait en tant que My Name Is Nobody, on était passés à côté de ce projet qu’il partage avec Jean Baptiste Geoffroy et Jérôme Vassereau (ils sont aussi tous membres de Pneu). Le troisième album en onze sera donc l’occasion de faire la découverte.
    On sent dès le début de We Grew Apart que le morceau ne restera pas aussi désolé et de fait une (...)

  • Oootoko - Oootoko

    l y a plusieurs expressions qui attirent immédiatement notre attention. Et big band n’en fait pas vraiment partie. Mais il faut reconnaitre que les effectifs pléthoriques sont aussi une belle façon de susciter l’ampleur. C’est précisément ce qui rend Oootoko immédiatement sympathique.
    Impossible donc de valablement tenter le jeu des étiquettes. Même le terme générique de ’musique instrumentale’ ne (...)

  • Midas Fall - Cold Waves Divide Us

    Il ne nous est jamais arrivé de penser qu’une voix manquait à des morceaux. Même quand Albin de la Simone a jeté sur un album instrumental ce qui est devenu plus tard de ’vraies’ chansons, l’élément vocal ne semblait pas indispensable. Dans le cas de Midas Fall par contre, le chant a toujours semblé de trop, redondant par rapport à la majesté du post-rock qui l’entoure. On aborde donc cet album en (...)

  • Boeckner – Boeckner !

    Les carrières de Spencer Krug et Dan Boeckner n’en finissent plus de se croiser. Ainsi, après Wolf Parade (leur groupe commun), Handsome Furs, Divine Fits et Operators, le voici qui utilise également son nom pour la suite de sa carrière (solo). On a beau retrouver un univers musical très familier, ceci n’est pas exactement identique à ce qu’on lui connait déjà.
    Il faut dire aussi que si Moonface (...)

  • The Rural Alberta Advantage – The Rise and The Fall

    En caricaturant, on avait défini le style de Rural Alberta Advantage avec une voix éraillée et une batterie fièrement en avant. Et on a tout ça ici, d’emblée. On se retrouve d’autant plus en terrain connu que les 6 premiers morceaux sont ceux de The Rise EP paru l’an passé. Ce qu’on en a dit tient toujours bien évidemment.
    Mais il y a encore quelques morceaux saignants comme Plague Dogs. C’est (...)

  • Spencer Krug - I Just Drew This Knife

    Les choses sont sans doute un peu plus simples depuis que Spencer Krug officie sous son nom propre mais ce n’est pas ça qui a ralenti sa légendaire productivité. Pour jeter un peu de confusion tout de même, il reprend la route avec Sunset Rubdown...
    La transition de Moonface à Spencer Krug s’est faite en même temps que son apparition sur Patreon. En gros, c’était le versant plus personnel, distillé (...)

  • Metric – Fromentera II

    En général, la productivité d’un.e artiste croit rarement avec les années. Mais il y a des exceptions. Alors que leur rythme était plutôt d’un album tous les trois ans, Metric livre déjà un successeur au Fromentera sorti l’an passé. Il se présente d’ailleurs comme le second volet d’un dyptique. La premier nous avait d’ailleurs laissé une impression très favorable, avec en exergue un dantesque Doomscroller (...)