Accueil > Musique > 2008 > Los Campesinos - Hold On Now, Youngster

Los Campesinos - Hold On Now, Youngster

vendredi 22 février 2008, par Marc

Ereintante récompense


Souvent, on aborde des albums en sachant ce qu’on risque d’y trouver. Et il faut bien avouer qu’on a souvent raison. L’explication c’est qu’en connaissant plusieurs morceaux on cerne parfois vite une intention. On avait adoré vraiment le très réjouissant You !Me !Dancing !, un peu moins l’EP Stick Your Finger Into Your Sockets qui l’entourait et on aborde ce premier LP des Gallois avec gourmandise et à l’abri des surprises. Sauf que.

Le morceau qui a fait leur renommée et déjà mentionné figure en huitième position (sur onze morceaux en comptant le morceau bonus). C’est en quelque sorte le climax d’un genre qui s’applique dans les mêmes variations. Car s’ils ont plusieurs couleurs à leur palette, ils les mêlent joyeusement et proposent souvent le même mélange. On a d’excellents moments comme le premier Death To Los Campesinos ! mais d’une manière générale, la nervosité se révèle plutôt éreintante sur la longueur lors des premières écoutes. Oh je sais ce qu’on dit : si ça va trop vite et trop fort, c’est que je suis trop vieux. J’assume mais un brin de variété n’est jamais inutile. Il y a des moments où ils sortent les doigts de la prise, le temps d’un début de morceau, avant qu’exactement le même schéma ne reprenne (Don’t Tell Me To Do The Math).

Dans le jeu des familles musicales, on retrouve la patte des joyeux doux-dingues Aussies d’Architecture In Helsinki (My Year In Lists) et quand ils se font moins nerveux, le gloubiboulga sonore n’est pas sans rappeler le Broken Social Scene du dernier album (We Are All Accelerated Readers), ce qui n’est qu’à moitié étonnant quand on sait que c’est un membre du collectif (Dave Neufeld) qui est aux manettes. D’une manière générale, c’est très frais, hurlé à plein poumons et dégage un humour un peu obscur pour ceux qui comme moi n’ont pas le même univers de références qu’eux (dix ans de plus et une autre langue ça n’aide pas il faut dire). Un violon occasionnel vient même renforcer le tout (Knee Deep At ATP).

C’est donc seulement après 8 titres que l’évolution se fait sentir. La fin d’And We Exhale and We Roll Pour Eyes In Unison annonce ce qui va suivre, à savoir une augmentation de l’intérêt au détriment de l’hystérie. Ce n’est cependant que sur le suivant Sweet Dreams, Sweet Cheeks que tout leur talent explose, que l’intensité monte d’un bon cran, les mettant à égalité avec, disons, My Latest Novel ou autre Ra Ra Riot, ce que le reste de l’album leur interdisait. Même le morceau caché (arrêtez donc ce tic…) enfonce le clou de l’épaississement du propos.

Donc, dans le style pop nerveux, c’est un des rares groupes à tenir la distance d’un album même si l’ordonnancement des morceaux use un peu et se révèle même un peu excessive pour moi. La bonne surprise, c’est que quand ils sortent de leurs schémas ils sont meilleurs, avec un des tout bons titres de cette année. Il y a comme une odeur de fin d’hiver par ici.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • The Smile – A Light For Attracting Attention

    Sans vouloir manquer de respect aux autres membres de Radiohead, lesquels sortent même sous leur nom des albums charmants, Thom Yorke et Johnny Greenwood sont tout de même au cœur du processus artistique de la formation d’Oxford. Un artiste qui tente le solo, c’est dans l’ordre des choses. D’ailleurs, Yorke produit de très convaincants albums solo quand Greenwood connait un vrai succès avec ses musiques de film avec deux nominations aux Oscars à la clé. Mais que les deux forces vives d’une formation (...)

  • Maxwell Farrington et Le Superhomard - I Had It All (EP)

    Parfois il faut faire un pas de côté, prendre un peu de recul pour que les choses apparaissent sur un jour nouveau. Certes, le temps avait manqué pour vous parler de Once qui marquait la rencontre entre le chanteur australien installé en Bretagne et le musicien et producteur français Le Superhomard (Christophe Vaillant pour l’état civil), mais l’album avait plu, récoltant un beau succès critique.
    Et puis on écoute Dewaere dont il est aussi le chanteur et on se dit que ce mélange de crooner et de rock (...)

  • Black Country, New Road – Ants From Up there

    On avait vu passer au loin le buzz de Black country, New Road l’an passé, saisissant au vol quelques morceaux tous dignes d’intérêt. Cette fois, on ne voulait pas passer à côté. Mais on est passé à côté.
    Ils aiment les angles, c’est de l’art-rock dans ce qu’il a de plus revigorant et d’usant aussi. Moins héroïques que leurs cousins canadiens au rang desquels on compte les projets tordus des songwriters d’exception à (Sunset Rubdown, Swan Lake, Silver Mt Zion et autres...), ils en partagent pourtant (...)

  • Squid - Bright Green Fields

    Il est des groupes qu’on voit venir dès les premiers morceaux lâchés au fil de leur Bandcamp. Mais on attend souvent l’album pour voir si les raisons de s’enflammer sont légitimes. Dans le cas des remuants Squid, elles le sont. On retrouve d’emblée une morgue très british, un constat social narquois mêlée à une distanciation et une diction qu’on apprécie chez beaucoup de leurs compatriotes, Art Brut en tête.
    Ce n’est pourtant pas l’ambiance potache qui prime ici, on fait plutôt dans le groove lourd et (...)

  • Equipe de Foot - Géranium

    Quinze ans après Myspace, la tradition du nom de groupe étrange survit. Mais ce n’est pas le seul anachronisme ici. Le style pratiqué nous renvoie en effet plein d’années en arrière, au temps des nineties. Mais si beaucoup des formations qui font revivre ce temps-là penchent du côté alternatif de la force (The Poison Arrows, Beingmoved, Daydream Three), le duo bordelais privilégie une musique plus pop avec de grosses guitares.
    Et à titre personnel, c’est là que ça coince parce que ce n’est pas ce que (...)

  • Kitch – New Strife Lands

    Kitch n’est pas kitsch. Une lettre qui change beaucoup parce que le dégoulinant n’est vraiment pas à l’ordre du jour chez le quatuor de Villeurbane. Ils privilégient en tous cas les morceaux courts. Ce qui rend le tout à la fois assez digeste mais aussi déroutant parce que les styles s’enchainent sans pitié.
    Etambot pourrait être un morceau des Liars, un peu mystérieux. La formation peut servir de point de référence pour sa versatilité. On retrouve cette tendance sur des morceaux comme Charismatik qui (...)

  • Chev Chevin - Nectar

    Avec en accroche un phrasé à la lisière du hip-hop avec des nappes de synthés presque James Bond, on sent qu’on va explorer des limites (les nôtres) sur le premier album du duo (Max Kraft et Jonas Eckhardt) allemand Chev Chevin . Mais on s’embarque en fait pour un trip musical pour le moins varié.
    Les envolées et les voix sur Over Soon font plutôt penser à Bon Iver, avec une solidité plus marquée. Cette veine-là nous vaut de bons moments quand Nausea s’envole et bien franchement, on tient le haut du (...)

  • Rodrigo Leão - A Estranha Beleza da Vida

    Quand on découvre un artiste, on tente de se raccrocher à du connu. Rodrigo Leão a été membre de Madredeus, une des rares formations lusitaniennes dont le nom a eu un retentissement international. En se renseignant un peu, on note aussi des collaborations avec Beth Gibbons, Neil Hannon, Tindersticks, Ruichi Sakamoto ou Ludovico Einaudi. Un CV en béton armé donc.
    Il confirme d’emblée ces belles dispositions avec le simple et beau Friend of a Friend chanté par Michelle Gurevitch. Forcément quand ça (...)