Accueil du site > Musique > 2008 > Love Is All - A Hundred Things Keep Me Up At Night

Love Is All - A Hundred Things Keep Me Up At Night

mercredi 12 novembre 2008, par Marc

La petite pilule qui rend content


Il y a les albums qui plaisent puis qu’on oublie. Vous imaginez qu’avec la quantité de ce qu’on écoute c’est un cas fréquent. Et puis il y a ceux vers lesquels on revient souvent, même pour quelques titres. Le rock nerveux et euphorique de Nine Times The Same Song des Suédois de Love Is All est de cette dernière catégorie. Car les collections de titres presque tous réussis et qui donnent envie de faire quitter ses pieds du sol sont rares.

La voix un peu effrontée, un saxophone qui appuie le tout, et surtout des compositions en béton armé, sautillantes à souhait, voilà ce qui marchait et marche toujours chez le groupe de Göteborg. Un phénomène qui m’est familier, celui des albums qu’il faut prendre le temps de comprendre et appréhender. Rien de tout cela ici. Comme son prédécesseur, la dixième écoute est aussi gratifiante que la première. Un album comme celui-ci est tout simplement indispensable dans une année discographique.

Et il y a des ces chansons immédiates, qui rendent difficile la station assise comme Wishing Well. Sea Sick est aussi irrésistible dans son genre de ska nerveux et électrique. D’ailleurs, l’enchainement de Last Choice, Sea Sick et Wishing Well est une des triplettes les plus énergisantes de l’année. C’est autour de ces titres phares que l’album s’articule. Le reste est un rien en deçà, avec toujours ce soupçon d’envie d’en découdre qui jamais ne débraie. La moyenne reste élevée et on a tellement eu de déceptions cette année dans le rayon rock (Supergrass, CSS, Infadels, The Subways, Los Campesinos !) que voir Love Is All maintenir le cap est déjà une satisfaction. C’est un album sur lequel il sera bon de revenir, et on trouvera quelques remplaçants aux Busy Doing Nothing ou autre Make Up Make Out Fall Out. Pour l’anecdote, j’ajouterais aussi que la voix masculine sur A More Uncertain Future rappelle Jarvis Cocker

Comme d’habitude chez eux, les paroles sont souvent au minimum amusantes, ce qui renforce encore le plaisir. Il y a sans doute des gens qui ressentiront de l’empathie pour le fatalisme de fin de soirée de Last Choice (permettez-moi de ne pas donner mon avis) : I’m not your kind and you’re not mine/but for tonight you have to do just fine/I come back home with my last choice/With the soundtrack of the seagull’s noise.

Voici un petit album que je vous conseille. Car la pêche à toute épreuve de ces Suédois est toujours aussi revigorante. Il y a en plus quelques titres qui se destinent à de très hautes rotations lors des matins difficiles.

Article écrit par Marc

Share on Facebook

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0