Accueil > Critiques > 2009

Alela Diane - To Be Still

dimanche 12 avril 2009, par Seb (un autre)

Au coin du feu


J’ai découvert Alela Diane un peu par hasard par une petite pub sur le coin d’une page d’un rock&folk il y a à peine un an. Il était bien sûr marqué un message du style : ’’la nouvelle folkeuse américaine blablabla’’. Je me suis donc procuré son premier album (The Pirate Gospel sorti en 2006) et je suis tombé directement sous le charme de ces compositions ultra simples, mais très mélodieuses et une voix magnifique d’écorchée vive sortie tout droit du bayou, une sorte de Bonnie ’’Prince’’ Billy en jupette. Je n’avais plus été ému comme cela par des morceaux guitare-voix depuis le ’’O’’ de Damien Rice.

Alela Diane Menig est née en 1983 à Nevada City en Californie, elle a grandi dans une famille ou la musique prend une place à part entière (elle est d’ailleurs accompagnée par son père en concert). Malgré le succès très honorable de son premier album pour ce style de musique qui vend malheureusement très peu, c’est un peu dans l’anonymat que sort son deuxieme album ’’To be still’’.

On sent que Alela a pris de la bouteille et se permet d’ouvrir l’album avec ’’Dry grass & shadows’’ un vieux blues à la guitare steel qui met directement dans l’ambiance, on n’est pas la pour rigoler, c’est du sérieux. Sur le morceau choisi comme single ’’White as diamonds’’ Alela épaissit un peu ses compositions avec du violon et une batterie plus en avant, mais sans jamais porter préjudice à sa voix absolument magnifique qui fout des frissons tellement elle est maîtrisée. ’’Age old blue’’ marque également un pas en avant avec duo malheureusement pas toujours évident étant donné que la voix du mec est....heu...moche.

Sur la plage titulaire Alela revient à son style de prédilection, des arpèges jouer au doigt (en fingerpicking pour les amoureux de la guitare) et sa voix qu’elle maitrise mieux que sa guitare si vous voulez mon avis. La seule chose que je pourrais reprocher à cette album est probablement son manque de diversité mais c’est le style qui veut cela sans doute.

Alela parvient a m’émouvoir presque jusqu’aux larmes (si si j’avoue) avec le dernier morceaux ’’lady divine’’ ce qui était déjà le cas sur son précédent album avec ’’oh ! My Mama’’ (j’insiste encore pour ceux qui ont raté le coche, procurez vous son premier disque). La fin d’une chanson comme cela donne une seule envie, c’est pousser sur repeat.

Alela est la nouvelle grande demoiselle du folk américain et espérons qu’elle aura un jour le succès qu’elle mérite, mais dans un pays dominé par le rnb mielleux et le hip-hop de caillera comme disent les djeuns c’est pas gagné.

Une petite vidéo pour illustrer.


Répondre à cet article

1 Message

  • JJH Potter - Low tide

    Encore un artiste folk hexagonal et encore un détour qu’il est bon de faire. Ce premier album est publié par #14 records, le refuge du génial The Wooden Wolf, ce qui est évidemment ce qui a attiré notre attention. Une fois attirée, cette attention a été captée par cette voix claire et la limpidité revigorante des morceaux, hantés mais pas trop.
    L’accord des voix sur Lonely Star pourrait être une version (...)

  • Pollyanna - Man Time (EP)

    Elle est bien vivante, la scène folk française et on en veut pour preuve cette découverte de la Lilloise Isabelle Casier sous le nom de Pollyanna. C’est d’autant plus réussi que l’origine hexagonale est indétectable. Et comme souvent, on déborde du cadre du folk traditionnel et c’est bienvenu.
    On remarque tout de suite cette voix claire qui suit tous les traitements musicaux. Parce que de folk, il (...)

  • Will Sheff - Nothing Special

    On peut toujours se demander ce qui pousse des artistes a priori seuls maitres à bord de leur formation à vouloir se lancer dans l’exercice solo. On sait depuis toujours qu’Okkervil River, c’est Will Sheff et les musiciens avec qui il a envie de travailler. Lui qui avait annoncé Okkervil River R.I.P. sur l’album Away (qui du reste n’est pas le dernier) semble maintenant faire de cette déclaration une (...)

  • June Road - Landscapes (EP)

    Moins hégémonique que dans un passé récent, la formule du duo mixte a toujours ses adeptes dans le genre folk-pop. Dans le cas qui nous occupe, le pédigrée des deux intervenants apportait aussi de belles garanties. Elle, Maia Frankowski est Belge et violoniste à l’Orchestre du Théâtre Royal de la Monnaie, lui, Harry Pane est Anglais, compositeur, et rencontre un certain succès sur la scène folk (...)