Accueil > Critiques > 2004

Nick Cave And The Bad Seeds : Abattoir Blues/The Lyre Of Orpheus

mardi 8 août 2006, par marc


Et un retour, un ! Finalement, il ne nous avait pas quittés il y a si longtemps que ça, mais l’indigence des derniers albums nous faisaient croire à une séance de sur-place telle (No more shall we part, Nocturama) qu’on ne s’attendait pas à le voir ressurgir.

Il faut pour prendre toute la mesure d’un nouvel album de l’Australien faire un petit retour en arrière. Nous sommes au début des années ’80. Des terroristes sonores du nom de The Birthday party déconcertent les tenants les plus curieux de la scène alternative. Si vous trouvez un album de cette période-là, tendez l’oreille mais pas trop longtemps, c’est rapidement éreintant et extrémiste. Puis la carrière solo qui suit va tourner d’expérimentions sonores (Your funeral, my trial) en hymnes folk burnés (Henry’s dream) en passant par des albums sombres et apaisés (The good son) et des albums sombres et tourmentés (le romantique Let love in). Et puis, le recueillement presque mystique s’empare de lui (The boatman’s call, No more shall we part) avant de le voir sérieusement radoter (Nocturama).

Dès les premières notes de Get ready for love, on sent l’envie d’en découdre, la rage de revenir. Bien sûr, les choeurs qui parsèment ce double album (plutôt deux simples d’ailleurs) comme par exemple sur Nature boy évoquent les productions les plus récentes de Leonard Cohen, ce qui n’est pas forcément ce que je préfère mais enfin, la rage revient.

Ceux qui connaissent l’oeuvre du maître corbeau seront tout de suite en terrain connu (les crissements de Cannibal blues). Le plus déconcertant pour qui ne connait que les derniers opus sera sans doute Hiding all away, déstructuré, cassé mais puissant. La propension à la rupture s’exprime également sur Fable of the brown ape. Mon préféré restera l’emballement total de There she goes my beautiful world, qui m’évoque le pourtant insurpassable The Mercy seat. Rendons tout de même aux bad seeds (en grande forme) l’honneur d’interdire toute mièvrerie (Messiah ward).
Pour ne rien vous cacher, la seconde partie m’a moins touché. Mais en l’abordant comme une bonne petite douceur, elle est un contrepoint très réussi à la furie de la première.

En offrant une relecture d’une déjà longue carrière, en renouant avec la qualité et la quantité, ce double album installe Nick Cave comme un songwriter incontournable. (M.)

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Mildfire - Kids In Traffic

    Pourquoi les genres disparaissent-ils ? Ces symphonies de poche tellement présentes et attachantes ont un peu perdu de leur lustre et c’est un peu dommage. Parmi ces orfèvres, citons The Annuals, Choir of Young Believers, Musée Mécanique, Fanfarlo ou Efterklang parce qu’il est toujours bon de se rappeler de bons souvenirs. Dans cette veine, on avait spécialement apprécié Einar Stray et on ne (...)

  • The Smile - Wall of Eyes

    Même en 2042 et après avoir sorti 13 albums réussis, The Smile restera ’le groupe des deux types de Radiohead’. C’est comme ça, le groupe d’Oxford est trop ancré dans la culture pop pour passer au second plan de quoi que ce soit. Mais cette encombrante et inévitable figure tutélaire ne doit pas oblitérer les qualités indéniables de The Smile. Les deux protagonistes, flanqués du batteur Tom Skinner au (...)

  • Maxwell Farrington & Le Superhomard - Please, Wait...

    On ne peut pas dire que la paire formée par Maxwell Farrington et Le Superhomard (le producteur français Christophe Vaillant) se repose sur les lauriers d’un premier album remarqué. Après un EP il y a deux ans et une tournée intense, voici déjà le second album en peu de temps sur le toujours excellent label Talitres.
    Australien établi à Blinic en Bretagne, Maxwell Farrington propose sa belle voix de (...)

  • Heeka - The Haunted Lemon

    Il faut se méfier des avis trop rapides, des débuts d’albums trompeurs. Ce sur les morceaux initiaux du premier album de l’artiste flamande (née Hanne Hanegraef) installée dans le sud de la France doivent beaucoup aux voix, dédoublées. Quelque part entre Camille et Agnes Obel, ces morceaux intrigants et séduisants à la fois ne représentent cependant qu’une facette d’Heeka.
    Une fois mis en confiance, (...)