Accueil du site > Musique > 2009 > Micachu - Jewellery

Micachu - Jewellery

lundi 15 juin 2009, par Marc

L’art du brouillon


En général, quand je n’arrive même pas au bout de la première écoute, ce n’est pas exactement un bon signe pour un album. Ce n’est pas un encouragement à y revenir. C’est sans doute un détail biographique sans importance, mais je venais de m’enfiler en entier et sans coup férir le très exigeant Fizheuer Ziheuher de Ricardo Villalobos. Ceci explique sans doute cela. Pourtant, je suis un critique pugnace, ce qui fait que j’ai depuis assez de recul pour vous soumettre un article en bonne et due forme une critique de ce Jewellery qui est finalement passé plusieurs fois sans que mon organisme ne souffre exagérément.

On a entendu récemment une pelletée de groupes vraiment à la lisière de l’abstraction alors qu’ils produisent plein de bruit. Pensons aux Crystal Antlers, Wavves ou Health (assez fascinant en live). Si je dois bien avouer que des doses insensées ont tendance à me transformer en balle magique (l’effet est saisissant), j’écoute toujours avec plaisir de petites capsules de ces trublions. Evidemment qu’il faut laisser un peu d’air et d’indulgence pour les musiques plus ‘difficiles’ mais justement, ce projet de l’Anglaise Mica Levy (assistée de Raisa Khan et Marc Pell) n’est pas sensé en être une. Et puis quand les nerfs ne suivent pas, il est rare que l’analyse soit claire, sans même évoquer le plaisir d’écoute. Alors, qu’est-ce qui ne va pas chez Micachu ?

Des morceaux peuvent révéler un réel potentiel bizarroïde (Curly Teeth) mais c’est quand il y a des velléités plus ‘dance’ que la machine se dérègle. Pas quand le morceau est linéaire et a une mélodie (Golden Phone) qui peut faire penser à la facilité d’un High Places. Lips pourrait même être un bon morceau et sorti du contexte brouillon de l’album, il se défend tout seul. Le ton syncopé peut marcher sur Abandon Ship. Enfin, en disant ça je me rends compte que ‘supportable et intéressant’ devient le top de ce que je peux en dire. Calculator est ainsi pas trop mal, mais tape sur le système nerveux. On sent qu’on ne déteste pas ça, mais on a du mal à l’encadrer sur les trois minutes que compte le morceau.

Car pour contrebalancer ces moments de répit (pas trop rares finalement), il y a d’autres choses franchement impossibles (Wrong, Turn Me Well...). Je suis tellement passé de l’indulgence à l’énervement pur à l’excitation qu’il est difficile de faire une synthèse d’un tel arc-en-ciel de sensations. Micachu n’est pas un groupe génial, loin s’en faut, et encore moins accessible. A l’heure qu’il est, je n’ai pas encore décidé si c’était de la pose issue de calculs savants et d’hybridations ou le résultat d’une approche décomplexée de la musique. On dirait que le tout est recouvert d’une couche de trucs bien indie pour être classé dans arty. J’ai dans le folk la même assez désagréable sensation avec un Cocorosie.

Just In case est pas mal mais encore une fois, on se dit que c’est la version faussement sautillante d’élucubrations (voir les groupes susmentionnés) trop actuelles. Il y a en effet une inadéquation fondamentale entre des compositions assez rêches, à la limite du casse-bonbons même, et une volonté de faire danser les gens.

On a eu dans un passé récent des groupes qui partaient dans tous les sens au sein de morceaux parfois très courts, mais donnaient une banane indéniable. Je pense par exemple à Architecture From Helsinki. Mais les bouts assemblés par les Australiens étaient déjà excitants à la base, alors qu’ici le sourire n’est qu’occasionnellement au rendez-vous. Sans doute la différence abyssale dans la facilité mélodique est-elle une explication.

Je ne prends en général pas la température du net avant d’écrire mais je ne sais pas pourquoi, je sens que ceci a un potentiel de crédibilité de par son caractère inhabituel. Méfiez-vous. Donc, s’il ne faut pas nécessairement prendre ses jambes à son cou à l’évocation de Micachu, je ne peux pas décemment raconter que cet album m’a procuré bien du plaisir. On comprend parfois la démarche, mais la plupart de ce qui se retrouve ici est trop désagréable à l’oreille pour être écouté sérieusement. Ce n’est pas mon conseil du moment donc.

Article écrit par Marc

Share on Facebook

Répondre à cet article

9 Messages de forum

  • Micachu - Jewellery 15 juin 2009 18:07, par sylphe

    Et bien dis donc moi qui ai pour habitude de te lire je suis fort surpris de ce ton. Tu es bien acerbe, si cet album était si mauvais peut-être ne méritait-il même pas une critique non ?lol Je ne défendrai pas Micachu car je n’ai pas encore écouté. Cependant, je te préfère dans des critiques plus constructives lol. Bonne continuation musicale.

    Répondre à ce message

    • Micachu - Jewellery 16 juin 2009 16:29, par Marc

      Disons que cet album m’a énervé par moments mais plu à d’autres. Je ne pense pas être maso et quand je sens que je ne pourrai pas l’écouter assez pour en dire quelque chose de valable je laisse tomber.

      Ici, j’ai voulu essayer de distinguer ce qui me plaisait de ce qui me plaisait moins. Je ne pense pas avoir mis le doigt dessus d’ailleurs. Mais je voulais quand même en parler, et tout avis discordant est évidemment le bienvenu.

      Voilà, aucune aigreur là-dedans, juste un esprit un peu confus...

      A bientôt !

      Répondre à ce message

  • Micachu - Jewellery 16 juin 2009 10:29, par Laurent

    Coïncidence, je venais de consacrer une première écoute à cet album, en attente sur mon disque dur depuis un bout de temps (gros scepticisme oblige), la veille de ta chronique... Et force est de constater que le scepticisme reste de mise ! Cependant je me tâtais encore à lui faire grâce d’une seconde écoute. Ta critique semble vouloir me persuader que je ferais mieux de redonner sa chance au dernier Eels (ou réécouter le dernier Jason Lytle pour la 127e fois). Mais j’y reviendrai quand même, car il m’a semblé percevoir chez Micachu, çà et là, quelques éclairs d’irrésistibilité. Qui vivra verra.

    Répondre à ce message

    • Micachu - Jewellery 16 juin 2009 16:33, par Marc

      Il y a de très bonnes choses décalées chez Micachu, c’est pour ça qu’on en parle quand même. Mais il y a aussi des morceaux qui ne fonctionnent pas, ou, pire, énervent. Donc oui, ils méritent une seconde chance sans hésitation, mais tu auras à faire ton propre tri sans doute.

      Pas facile ces critiques d’albums quand on a l’impression qu’on a manqué la porte d’entrée. Parfois elle prend du temps à trouver (j’ai tourné autour de DM Stith avant de ne plus en sortir, à suivre), mais il arrive qu’on doive passer à autre chose...

      A suivre...

      Répondre à ce message

      • Micachu - Jewellery 20 juin 2009 21:17, par Mmarsupilami

        Je dois bien dire que j’ai écrit il y a peu que cet album me semblait être de la pop un peu déroutante, variée et inventive...

        Comme quoi entre l’inaudible et l’audible, loin de toute objectivité, la marge est parfois celle des goûts et des couleurs...

        Bah, on ne peut pas toujours être d’accord.
        Et ca ne nous rendra pas le Congo !

        Voir en ligne : Little review...

        Répondre à ce message

        • Micachu - Jewellery 22 juin 2009 12:54, par Marc

          Toutes les perceptions sont possibles et c’est très bien comme ça. Mais je n’ai pas trouvé la porte d’accès à cet album malgré de vraies bonnes idées.

          On se battra violemment pour autre chose si tu le veux bien...

          Répondre à ce message

          • Micachu - Jewellery 22 juin 2009 13:21, par Mmarsupilami

            Oui, oui, pour la baston, on choisira une bonne raison.

            Il s’agissait effectivement d’une simple constatation amusée. A priori, on peut avoir le même genre de trousseau. Mais pas toutes les mêmes clefs. Et c’est fort bien ainsi, comme tu dis.

            De mon côté, il semblerait que je sois dépourvu de la clef St Vincent !
            Bah...

            Ceci dit, j’aime aussi le concept que ce qui ne laisse pas indifférent est nécessairement digne d’intérêt. J’ai fait l’effort pour St Vincent, comme toi pour Micachu. Sans résultat...

            Je sens qu’un autre album qui ouvre la porte à la discussion, c’est le nouveau Dirty Projectors. Marrant, aujourd’hui, L’Homme de Rennes évoque St Vincent et Dirty Projectors, souligne qu’ils ne font pas l’unanimité. Lui aime les deux. Encore un qui, malgré un trousseau proche, dispose de clefs différentes...

            Sur ce, que la semaine soit profitable aux uns et aux autres. Pour sûr, elle ne peut que nous rapprocher des vacances...

            Répondre à ce message

            • Micachu - Jewellery 22 juin 2009 13:29, par Mmarsupilami

              Petite précision, malgré tout.

              J’ai trouvé le St Vincent néanmoins très recommandable et recommandé (voir ce que j’en avais dit sur ta chronique qui m’avait aiguillé vers lui : à la première écoute, je parlais de demi étoile en plus). Mais, après, je n’ai pas trouvé la véritable clef de ceux qui l’ont tellement apprécié.

              Il y a une technique pour pouvoir atteindre ce "plus". Réécouter dans un mois, ce que je ne manquerai pas de faire...

              Répondre à ce message

              • Micachu - Jewellery 23 juin 2009 13:31, par Marc

                Bah, on ne peut pas tout apprécier non plus. Et il faut attendre une circonstance favorable. Pour moi, c’est un concert qui m’a servi de clé (disons même, de pied-de-biche) pour entrer dans (façon de parler pour la charmante Annie) St Vincent.

                Et je n’ai toujours pas écouté les Dirty Projectors. Qui passent au Bota avec Sunset Rubdown dont je viens de mettre la critique en ligne. Quelle cohérence mes amis...

                Répondre à ce message

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0