Accueil > Musique > 2004 > The Libertines : The Libertines

The Libertines : The Libertines

jeudi 10 août 2006, par Marc


Cette année 2004 sera festive ou ne sera pas. Car après The Rapture, Franz ferdinand, The Killers et en attendant Bloc Party et autres Interpol, il tombe des cordes de disques joyeux, foutraques et euphorisants. Heureusement, tous ces groupes proposent des variantes personnelles sinon on s’y perdrait un peu.

A la question : quelle est la musique qu’on peut écouter facilement sans avoir la sensation d’être pris pour un con ?’ Fred répondra par le dernier Hives et je brandirai The Libertines.

Honnêtement, j’ai complètement laissé passer leur premier opus (je vais rattraper ça bientôt) et les frasques des membres (vols, cassages de gueule et autre petite délinquance) cachaient un peu l’aspect musical.
On découvre souvent un album par un single sensé ouvrir l’appétit. Celui-ci est très aguichant puisqu’il s’agit de Can’t stand me now qui ouvre également l’album. C’est à la nonchalance de Morrissey qu’on pense d’abord avant que l’énergie ne nous fasse changer d’avis. De l’énergie, c’est ce qu’il y a le plus sur cet album. The ha ha wall, The man who would be king, voilà pour les exemples. Et quand la fureur devient punkoïde, ils prennent le temps de la canaliser en 1’15 et vous avez Arbeit macht frei...
Revival garage sixties sans le côté happy days de Franz Ferdinand, post-punk bordélique et attachant, rockabilly irrésistible (j’ai dû écouter What Katie did des milliers de fois mais le riff est vraiment entêtant), il n’en est pas moins un disque de son époque.

En résumé en conclusion, un disque qui supporte les hautes fréquences de passage tant la variété et la qualité sont bluffantes. Le buzz du moment est amplement mérité, et rien que ça ça vaut le détour. Pas de titres à zapper non plus. Bon, j’écoute ça et je vous encourage à en faire autant. ( M.)

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Black Country, New Road – Ants From Up there

    On avait vu passer au loin le buzz de Black country, New Road l’an passé, saisissant au vol quelques morceaux tous dignes d’intérêt. Cette fois, on ne voulait pas passer à côté. Mais on est passé à côté.
    Ils aiment les angles, c’est de l’art-rock dans ce qu’il a de plus revigorant et d’usant aussi. Moins héroïques que leurs cousins canadiens au rang desquels on compte les projets tordus des songwriters d’exception à (Sunset Rubdown, Swan Lake, Silver Mt Zion et autres...), ils en partagent pourtant (...)

  • Squid - Bright Green Fields

    Il est des groupes qu’on voit venir dès les premiers morceaux lâchés au fil de leur Bandcamp. Mais on attend souvent l’album pour voir si les raisons de s’enflammer sont légitimes. Dans le cas des remuants Squid, elles le sont. On retrouve d’emblée une morgue très british, un constat social narquois mêlée à une distanciation et une diction qu’on apprécie chez beaucoup de leurs compatriotes, Art Brut en tête.
    Ce n’est pourtant pas l’ambiance potache qui prime ici, on fait plutôt dans le groove lourd et (...)

  • Jarv Is... - Beyond The Pale

    This is not a live album… It’s an alive album.
    Cette déclaration sibylline donne une petite idée de la genèse un peu inhabituelle du projet. La formation groupée autour de Jarvis Cocker a en effet peaufiné et enregistré ces morceaux dans des festivals et autres petites salles avant de retravailler le matériau qu’on entend sur ce premier album. C’était en tout cas la suggestion de Geoff Barrow de Porstishead et Beak> (suivez @jetfury sur Twitter, fun acide garanti). Ce mode opératoire peut être vu (...)

  • Foals - Everything Not Saved Will Be Lost Part 2

    Ce n’est certes pas la première fois qu’un groupe sort deux albums la même année, mais c’est suffisamment rare pour qu’on le mentionne. Et puis comme on avait passé un bon moment en compagnie du premier volet, celui-ci était forcément attendu.
    Si on se demande ce qui différencie les deux volumes, on peut dire que celui-ci privilégie la puissance. Pour le meilleur mais pas que. Mieux que bien des formations, Foals a compris que maintenir le rythme est la meilleure manière d’éviter la chute. Et ça (...)