Accueil > Musique > 2010 > Of Montreal - False Priest

Of Montreal - False Priest

mardi 14 septembre 2010, par Marc

Il est fou ou il fait le fou ?


La folie peut être une valeur refuge. C’est l’étrange paradoxe que m’inspirent des groupes comme Xiu Xiu ou Of Montreal. Parce que si ces deux formations peinent à livrer des albums passionnants de bout en bout, on sait qu’on aura notre content de distraction, à défait d’émerveillement. Et cette nouvelle livraison du groupe de Kevin Barnes a le mérite de ne pas trainer dans sa mise en place. Quelques millièmes de seconde et on est dans le bain moussant. La minute n’est pas passée qu’on a déjà entendu trois mélodies.

Autant dire que ceux qui ne sont pas des amateurs de ce genre de circonvolutions sauront vite où se situer. Façon polie de dire que beaucoup vont fuir. Ceux qui resteront auront droit aux traditionnelles paroles inspirées sur des thèmes qui restent toujours orientés sexe, avec une prédilection pour le transgenre, même si ici ils n’ont pas convoqué leur trans black. On ira des tribulations d’un amoureux transi d’une foldingue finalement pas si éloignée de celles qu’on a connu (non, ce n’est pas de toi dont je parle) sur Riotous Defects à un prêche convenu mais imparable (Do You Mutilate ?) en passant par de petits amuse-bouche comme If I was treating someone else/The way I treat myself/I’d be in jail.

Evidemment, on peu encaisser plus de folie de leur part, mais pas plus de dispersion que Karma Sex qui à part son gimmick (You look like a playground to me) est un peu crevant. Le dosage est ardu on le sait, et le risque est grand de voir certains morceaux partir en vrille à plat (You Do Mutilate ?).

Quand ils se canalisent, on dirait même le David Bowie période funk blanc (Modern Love, ce genre) sans la froideur (Girl Named Hello), avec un bridge qui nous rappelle que ce sont des musiciens et que pour encaisser sans sourciller toute cette exubérance, il faut de la maîtrise. Qui se traduit parfois par un aspect plus linéaire et un son plus compact qui tient sans les soubresauts continus auxquels on était habitués. Famine Affair est un de ceux-là, avec en prime un intérêt croissant au cours de morceau et des paroles toujours au top. Quant à Enemy Gene, il semble si pas bridé (n’exagérons rien), au moins légèrement moins exubérant. Casualty Of You se présente comme un slow ‘classique’. Peut-être qu’il faut voir cet album comme une transition vers un peu plus de sagesse et d’efficacité. On suivra ça et on vous tiendra au courant. On est comme ça.

Il faut bien le dire, ce sont les convaincus qui seront contents de cet album. Ceux qui ont un avis moins inconditionnel regretteront fort logiquement qu’aucun titre vraiment fort ne puisse servir d’introduction. Leur atypique et tellement formidable The Past Is A Grotesque Animal n’a pas trouvé de successeur sur ce False Priest. Accoutumance ? Essoufflement ? En ce moment, je n’ai pas encore réussi à mettre le doigt sur ce qui a manqué pour complètement me convaincre sur cet album. La folie et la fulgurance, papa, ça ne se commande pas.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

7 Messages

  • Of Montreal - False Priest 14 septembre 2010 10:32, par Nathan

    Je trouve ce disque absolument brillant. Je dois faire parti de ces convaincus, aussi. Mais, au fil des écoutes, à force de l’écouter, de le réécouter, tout le tragique, toute la lourdeur apparaît, et ça devient bien plus qu’un album de pop distrayante.
    Le lien avec Bowie est évident, oui, et prend tout son sens en concert. Barnes pousse le concept jusqu’au bout et donne des grandes messes grandiloquentes et grotesques, très théâtral, et assez unique en son genre.

    C’est pour l’instant un de mes albums préférés de 2010.

    J’avais écrit ça, d’ailleurs : http://brainfeedersandmindfuckers.blogspot.com/2010/07/mask.html

    repondre message

  • Of Montreal - False Priest 14 septembre 2010 13:43, par Laurent

    Ce groupe n’est défintivement pas fait pour moi (mais je le savais depuis un moment)...

    Le tragique ne m’apparaît que par l’aspect pathétique. En revanche, je sens bien la lourdeur là, oui. ;)

    repondre message

    • Of Montreal - False Priest 14 septembre 2010 14:25, par Marc

      Bah Of Montréal ne change pas, et leur nombre de fans ne varie pas d’un album à l’autre, aux imperceptibles variations démographiques près. Les concerts sont en effet fort distrayants, et ce sont de bons musiciens qui jouent, mais si j’applaudis au spectacle, je ne trouve pas ça spécialement profond. Les paroles restent par contre toujours rigolotes sans êtres décérébrées, ce qui est à signaler.

      @Laurent. Ton médecin traitant a quand même du te mettre en garde de ne plus tenter l’Of Montréal quand même...

      repondre message

  • Of Montreal - False Priest 15 septembre 2010 11:29, par Benjamin F

    J’adore Xiu Xiu mais je ne comprends rien à Of Montreal. Va comprendre...

    repondre message

  • Shearwater - The Great Awakening

    En général, quand plusieurs années passent entre deux albums, on se demande à quoi les artistes ont consacré leur temps, tout simplement parce que leur emploi du temps nous est inconnu. Nécessité faisant loi, Jonathan Meiburg s’est lancé sur Patreon, ce qui a pour effet secondaire de nous connecter avec son actualité. En plus de donner accès à des reprises minimalistes qui, filmées et enregistrées au téléphone, touchent souvent au sublime.
    Si plus de six années se sont déroulées depuis le dernier album (...)

  • Midlake - For The Sake of the Bethel Woods

    Vous faisiez quoi il y a 9 ans, vous en étiez où ? C’est une question oratoire (même si une réponse dans les commentaires est possible). Forcément, si la plupart des membres de Midlake présents sur Antiphon sont encore là, les choses ont changé, nous aussi, eux aussi. Et ils ne sont pas restés inactifs, on se souvient avoir croisé Eric Pulido seul en tant qu’E.B. The Younger ou avec toute la bande et plein d’invités sur le très chouette projet BNQT.
    Bethel Woods, c’est l’endroit où a eu lieu le festival (...)

  • Emily Jane White – Alluvion

    Jusqu’à son excellent album précédent, c’est dans ces lointaines ressemblances que la toujours pertinente Emily Jane White puisait sa singularité. On les cite donc parce qu’on n’en fera pas l’économie : Bat For Lashes, Marissa Nadler, voire Lana Del Rey. Voilà, vous savez où vous mettez les oreilles. Mais maintenant, quand on se demande à quoi ça nous fait penser, c’est surtout aux très bons albums précédents de la Californienne. Parce qu’elle a toujours su tracer son propre chemin et elle fait maintenant (...)

  • Cloud Cult - Metamorphosis

    Le spectaculaire ne devient pompier que quand il est mal fait. C’est une leçon que connait bien Cloud Cult, la formation du Minnesota menée par Craig Minowa. On pense d’abord les retrouver dans une volonté plus intime avant que ce Metamorphosis prenne définitivement son envol.
    La voix est plus éraillée que jamais et il y a toujours une profondeur chez eux, un questionnement qu’on ne retrouve que peu ailleurs avec la même acuité. Le tout avec un violon qui vrille, une façon d’instiller l’émotion par (...)