Accueil > Musique > 2010 > Skream - Outside The Box

Skream - Outside The Box

mardi 7 septembre 2010, par Laurent

Maître ès dialectes


Le dubstep fait peau neuve, et des formes mutantes d’une belle variété sont en train d’enrichir le genre pour mieux séduire les fans de rock qui n’en connaissent que la part émergée. Partis de Burial sur les bons conseils de quelques oreilles exigeantes, ils se délecteront tout autant des blips poisseux de Mount Kimbie, jaugeront le potentiel putassier de Rusko ou apprécieront la largeur de la palette de Skream.

Oliver Jones, le DJ est sorti de son garage du South London avec un second album appelé à régner. Flirtant avec à peu près tout ce que la musique électronique compte d’efficace sans jamais s’égarer dans les limbes du kitsch, pareil au linguiste qui maîtriserait tous les dialectes sous-jacents à la koinè véhiculaire, Skream se montre à l’aise dans chacun des sous-genres qu’il explore, entre ambient en lévitation (Perferated, A Song For Lenny) et house perfide (Where You Should Be), entre minimalisme berlinois (Fields of Emotion) et eurodance concassée à l’ibizéenne (I Love the Way).

Dès que l’ennui guette, on contourne le problème avec l’invité vocal ad hoc : rappeur bionique sur 8 Bit Baby, comme un Sugarhill Gang vintage coincé dans Super Mario, ou petit chaperon rouge pixelisé sur l’excellente How Real, qui ressemble à la complainte d’une voix de GPS en mal d’affection. Cerise sur le gâteau, La Roux rend la pareille à celui dont le remix a popularisé plus encore son In For the Kill : le featuring du duo sur Finally est un de ces grands morceaux inquiétants comme pouvait en produire la part sombre de la pop eighties.

Au final, après une Epic Last Song qui préfère nous laisser dans un tourbillon drum’n’bass, on se dit que Skream n’a plus beaucoup de comptes à rendre au dubstep qui l’a / qu’il a révélé au grand public. Futur talent majeur de la scène électro britannique, le bonhomme nous livre un de ces petits sans-faute qui, sans forcément se retrouver en tête des tops de fin d’année, font du bien par où ils passent. Et comme le propos est définitivement polyglotte, on espère le voir prospérer dans des langues aux grammaires plus complexes que le patois bourrin de son projet collectif Magnetic Man.

Article Ecrit par Laurent

Répondre à cet article

1 Message

  • Flying Lotus - Cosmogramma

    Si ta tata tond ton tonton...
    Lorsque, il y a trois ans, on découvrait Flying Lotus via son premier EP pour la maison Warp – décidément toujours aussi perspicace – on se disait qu’on était en train d’écouter la musique du futur. Rarement, avant le jeune Steve Ellison et ce “Reset”, on avait entendu fusion si dense et cohérente d’électro lancinante, de dubstep et de nu-jazz. L’incrustation du jazz dans l’électro n’est, en soi, pas forcément dépaysante pour les amateurs, depuis son versant le plus mélodique (...)

  • Nedry - Condors

    Apesanteur matérialisée
    Saluons d’emblée le flair de Mmarsupilami, qui avait chroniqué le présent opus en avant-première, suscitant un buzz intergalactique autour de sa sortie toute fraîche. Enfin, presque : il s’agirait manifestement d’une réédition, soutenue par l’obscur label Monotreme et orchestrée, pour tout dire, encore bien discrètement, les disquaires ne se bousculant pas pour le placer en tête de gondole. Résultat, on se refile la version physique sous le manteau sur les sites de vente en ligne – (...)

  • Two Fingers - Two Fingers

    Un bon coupe-faim
    Les projets d’Amon Tobin sont toujours très attendus par les aficionados des travaux du magicien du sample. Après avoir compléter un cycle avec son dernier album Foley Room, et être ainsi passer en quelques ouvrages de challenger au titre de grand maître de la musique électronique au sens large, on voyait difficilement comment il allait pourvoir se renouveller. Rapidemment est venue la nouvelle de ce projet TwoFingers, une collaboration d’Amon Tobin avec Doubleclick, producteur (...)

  • The Qemists - Join The Q

    Join the Q or not !
    Paradoxalement, pour trouver de quoi abreuver nos oreilles, on se réfère la plupart du temps aux mêmes sources, ce qui fait qu’on tourne assez vite en rond. Pour ma part, ayant souvent été fort secoué par les sorties des labels Ninja Tune et Warp, les sites de ces labels font souvent l’objet d’une visite. C’est ainsi que j’ai découvert The Qmists il y a quelque temps déjà et retenu leur nom. Juste leur nom, car si les signes étaient prometteurs, les morceaux n’étaient pas d’une (...)