Accueil > Musique > 2009 > The Qemists - Join The Q

The Qemists - Join The Q

dimanche 22 mars 2009, par Paulo

Join the Q or not !


Paradoxalement, pour trouver de quoi abreuver nos oreilles, on se réfère la plupart du temps aux mêmes sources, ce qui fait qu’on tourne assez vite en rond. Pour ma part, ayant souvent été fort secoué par les sorties des labels Ninja Tune et Warp, les sites de ces labels font souvent l’objet d’une visite. C’est ainsi que j’ai découvert The Qmists il y a quelque temps déjà et retenu leur nom. Juste leur nom, car si les signes étaient prometteurs, les morceaux n’étaient pas d’une grande originalité, mais étant rarement convaincu dès la première écoute, autant donner une chance à cet album.

The Qmists avec leur album Join The Q affiche une image rebelle, de contestataires, dans l’esprit des Prodigy, Rage Against The Machine, Fun’damental, voir KLF, sans vouloir minimiser le réel engagement de certains de ces groupes. Et au-delà de l’image , c’est dans la musique que The Qmists s’inspirent de leurs ainés, puisque l’on a droit à un ensemble caricatural de drum’nbass, de rock "trancy" et d’autres influences jungle/Hiphop/R&B... un grand fourrage de dinde anarchiste, c’est du lourd.

C’est vrai que les titres pris séparément montrent une certaine efficacité, de la puissance, mais en appréhendant l’album tout entier, il se révèle assez vite indigeste. Les titres sont trop long, c’est bien en préécoute 30s sur internet mais 5min, c’est complètement fatiguant.

Sinon Stompbox fait le boulot, sans intelligence, juste le gras des prodigy passés auparavant. Lost Weekend suit tout aussi bien, dans lequel vient se perdre un Mike Patton, c’est puissant, énervant, utilisant un riff trop bien connu des RATM.
On the Run se fait un peu lécher par cette voix "dance" bon marché, c’est un peu racolleur. Dans le style ça ressemble un peu à la sortie de DJKentaro également sur NinjaTune en 2007, mais en moins fin, on sentait que le japonais plus dans l’esprit de la fête, il y avait une démarche plus amusante, j’étais plus accro à ses vitamines. Mais c’était avant la crise, et ça a peut-être un effet sur le marketing musical car finalement voilà un autre exemple de groupe utilisant une image "collectif émeutier", si on suit l’idée du Manual For Succesfull Rioting de Birdy Nam Nam.

Trêve de sociologie, côté musique donc, Dem Na Like Me, qui est également efficace en single possède un rap très bien posé par Wiley. On pense reconnaitre un sample, Prodigy probablement. Dans l’ensemble, ça commence à ressembler à de la soupe.

Ce qui sauve pour moi cet album c’est le court morceau SWAG Intro dans un autre esprit avec la voix intéressante de Zoe Devlin Love. SWAG étend l’idée à la ligne principale de l’album et perd un peu de son intérêt.

Là je me souviens de ma prof de français qui demandait "pourquoi avez-vous lu ce livre si vous n’aimiez pas ?" "Ben parce que je ne savais pas avant de l’avoir lu madame !". Donc on sent vite que les plages suivantes ne vont pas offrir autre chose, on s’arrête sur la destruction de l’intro cinématographique de The Perfect High, on se dit que le dimanche soir à Dour sur la grande scène, ça doit le faire, mais chez moi...

Bref, ça me laisse perplexe, conscient que ça puisse plaire à un certain public, conscient également du potentiel live de ce groupe, je suis par contre un peu déçu d’une telle sortie sur Ninja Tune, à se demander ce que sont devenus les choix artistiques des Coldcut. C’est vrai que leurs productions personnelles ne sont pas réputées pour le finesse, mais elles sont souvent basées sur de bonnes idées, on sent ici un esprit similaire mais beaucoup trop primaire et exagéré pour côtoyer des Amon Tobin, Bonobo, c’est peut-être un signe que les temps changent. Au final, je retiendrai tout de même un morceau intéressant, je lui dédie l’étoile de l’article.

Article Ecrit par Paulo

Répondre à cet article

1 Message

  • Plastikman and Chilly Gonzales - Consumed in Key

    Plaquer du piano sur un album électro semble une idée improbable. Mais repousser les limites de l’improbable semble une mission de tous les jours pour Chilly Gonzales. Il a ici jeté son dévolu sur un classique electro de Plastikman (un des prête-noms du génial Richie Hawtin) sorti en 1998 sous la houlette d’un troisième comparse canadien, Tiga.
    Si j’ai usé l’incunable Transitions, acte fondateur minimal, je n’ai jamais plongé plus avant mes explorations du maitre. Une erreur sans doute partiellement (...)

  • Kowari - Trail

    Kowari est le projet du violoniste Damien Chierici (Dan San, Yew) et du pianiste Louan Kempenaers (Piano Club, Aucklane) et propose un mélange de cordes et d’électronique. Oui, on a déjà entendu ça récemment chez d’autres duos comme Abraham Fogg ou MadSci. Mais le résultat est sensiblement différent ici et c’est une bonne chose, les comparaisons frontales ne sont jamais plaisantes.
    Tout d’abord, la force du duo belge est indéniablement mélodique. Quand ils ajoutent une trompette sur Daylight, on songe (...)

  • Glass Museum – Reflet

    Il est étonnant de constater à quel point un concept simple sur le papier (un piano et une batterie) peut se décliner. Le troisième album (si on inclut Deux) du duo belge Glass Museum montre qu’il est même possible de faire évoluer la formule. Leur style était déjà bien affirmé et on connaissait leur versant plus percussif, surtout si on considère le piano comme un instrument à cordes frappées. Ils avaient ensuite injecté un peu d’électronique au mélange pour un résultat toujours musclé. Les envies du (...)

  • MadSci – Ascension (EP)

    Mêler violon, guitare et les sons électroniques n’est pas une idée vraiment neuve mais on est souvent surpris par la variété et de la nouveauté des résultats. C’est encore le cas avec le second EP du duo montréalais MadSci. Leur nom vient du plaisir à tenter des choses avec le violon de David Piché et la guitare de Michaël Charrette. Il faut dire que les deux comparses ont déjà une belle expérience et ça se sent. Tous les morceaux enregistrés ici ont déjà été présentés sur scène.
    Sur le papier, on pourrait (...)

  • Wire - 10:20

    Un album d’inédits sortis pour le Record Store Day, ce n’est pas a priori la proposition la plus alléchante de la part de Wire, même si une discographie étalée sur 43 ans et des setlists imprévisibles regorgent de morceaux peu ou pas entendus. C’est sur le papier donc un album pour fans exclusifs, pour collectionneurs compulsifs et dont le résultat est hétéroclite. Enfin, tout ça serait vrai si Wire était un groupe habituel.
    Parce que Wire est tout sauf un groupe comme les autres. Ne refaisons pas (...)

  • Foals - Everything Not Saved Will Be Lost Part 1

    Parfois la sortie d’un album nous prend par surprise : on ne l’avait pas vu venir, on n’avait pas suivi les annonces.... Parfois, la surprise est même double car on apprend que c’est la "Part 1" et qu’il y aura donc une deuxième fournée, à l’Automne 2019 précisément. C’est le scénario pour ce nouvel album de Foals.
    Car Foals, c’est un groupe qu’on suit désormais sans déplaisir, sachant qu’ils peuvent surprendre, mais on ne les tient plus pour une des meilleures formations de la scène actuelle et on est moins (...)

  • Roger Waters - Is This The Life We Really Want ?

    Ici, on a toujours privilégié la critique et l’analyse plutôt que le versant personnel, on a toujours dit ‘on’ au lieu de ‘je’ mais bon, on a une vision différente pour certains artistes et il est aussi illusoire et inutile de la cacher. Ainsi le premier texte que j’ai écrit sur un album date de 1992 (non, il n’existe plus de trace du méfait) et traitait d’Amused to Death de Roger Waters, grand album au demeurant. L’ancien bassiste de Pink Floyd n’en a d’ailleurs rien sorti depuis, privilégiant de (...)

  • Ride - Weather Diaries

    Le point d’entrée d’un groupe, l’album qui nous l’a fait découvrir, est loin d’être anodin, et conditionne l’image qu’on en aura pour le reste de leur carrière. Quand on découvre leurs débuts, tout va bien, mais il arrive qu’on l’aborde par la bande sans le vouloir. C’est ainsi que j’ai découvert Jesus and The Mary Chain via leur atypique Stoned and Dethroned et Ride à travers Carnival of Lights pour découvrir après que cet album décrié (mais que j’aime beaucoup) était établi bien loin de leur camp de base. (...)

  • Skream - Outside The Box

    Maître ès dialectes
    Le dubstep fait peau neuve, et des formes mutantes d’une belle variété sont en train d’enrichir le genre pour mieux séduire les fans de rock qui n’en connaissent que la part émergée. Partis de Burial sur les bons conseils de quelques oreilles exigeantes, ils se délecteront tout autant des blips poisseux de Mount Kimbie, jaugeront le potentiel putassier de Rusko ou apprécieront la largeur de la palette de Skream.
    Né Oliver Jones, le DJ est sorti de son garage du South London avec (...)

  • Flying Lotus - Cosmogramma

    Si ta tata tond ton tonton...
    Lorsque, il y a trois ans, on découvrait Flying Lotus via son premier EP pour la maison Warp – décidément toujours aussi perspicace – on se disait qu’on était en train d’écouter la musique du futur. Rarement, avant le jeune Steve Ellison et ce “Reset”, on avait entendu fusion si dense et cohérente d’électro lancinante, de dubstep et de nu-jazz. L’incrustation du jazz dans l’électro n’est, en soi, pas forcément dépaysante pour les amateurs, depuis son versant le plus mélodique (...)

  • Nedry - Condors

    Apesanteur matérialisée
    Saluons d’emblée le flair de Mmarsupilami, qui avait chroniqué le présent opus en avant-première, suscitant un buzz intergalactique autour de sa sortie toute fraîche. Enfin, presque : il s’agirait manifestement d’une réédition, soutenue par l’obscur label Monotreme et orchestrée, pour tout dire, encore bien discrètement, les disquaires ne se bousculant pas pour le placer en tête de gondole. Résultat, on se refile la version physique sous le manteau sur les sites de vente en ligne – (...)

  • Two Fingers - Two Fingers

    Un bon coupe-faim
    Les projets d’Amon Tobin sont toujours très attendus par les aficionados des travaux du magicien du sample. Après avoir compléter un cycle avec son dernier album Foley Room, et être ainsi passer en quelques ouvrages de challenger au titre de grand maître de la musique électronique au sens large, on voyait difficilement comment il allait pourvoir se renouveller. Rapidemment est venue la nouvelle de ce projet TwoFingers, une collaboration d’Amon Tobin avec Doubleclick, producteur (...)